Bruno Le Maire veut supprimer des avantages fiscaux aux combustibles fossiles - L'EnerGeek

Bruno Le Maire veut supprimer des avantages fiscaux aux combustibles fossiles

bruno le maire veut supprimer avantages fiscaux combustibles fossiles - L'Energeek

Le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire a indiqué, ce 12 juin 2023, son souhait de supprimer, dès la loi de finances 2024, « un certain nombre d’avantages fiscaux sur les énergies fossiles ». Il a, en revanche, réaffirmé son opposition à « l’ISF vert », défendu par les économistes Jean Pisani-Ferry et Selma Mahfouz.

Bruno Le Maire défend la fin de certains avantages fiscaux aux fossiles dès 2024…

Ce lundi 12 juin 2023, durant une table ronde sur l’industrie verte organisée par son parti Renaissance, le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire a ouvert la boîte de Pandore des avantages fiscaux aux combustibles fossiles.

Depuis plusieurs années, l’État français est en effet critiqué pour maintenir des dispositifs de soutien aux fossiles. Et le ministre a reconnu que c’était incohérent avec l’ambition climatique, affichée par le gouvernement, de réduire en 2030 de 55 % les émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990.

« Sur l’argent public, je pense qu’il est essentiel d’avoir de la cohérence (…) Cela veut dire qu’on ne peut pas investir sur le vert et continuer à avantager le brun. Ça veut dire faire ce qui est le plus difficile en politique, faire des choix. Et quand on fait des choix, on ne satisfait pas tout le monde », a indiqué Bruno Le Maire.

« Oui, je considère qu’il va falloir retirer, dès le projet de loi de finances 2024, un certain nombre d’avantages fiscaux sur les énergies fossiles », synthétise-t-il. « Pour tous ceux qui sont concernés –ça peut être les transporteurs routiers, les entreprises du bâtiment, les travaux publics–, ça veut dire que les chantiers ne sont plus rentables, que les entreprises peuvent perdre de l’argent », précise-t-il.

Des mesures d’accompagnement dans le temps lui semblent donc indispensables : « La brutalité, ça ne marche pas. On ne peut pas dire du jour au lendemain: je supprime telle aide. Il faut de la pluri-annualité », plaide-t-il.

… mais refuse toujours l’ISF vert de Jean Pisani-Ferry

Le ministre de l’Économie s’est en revanche, une nouvelle fois, opposé à « l’ISF vert », cette taxe climatique sur les 10 % de ménages les plus riches, pour financer la transition énergétique, proposée récemment par les économistes Jean Pisani-Ferry et Selma Mahfouz, dans le cadre d’un rapport de France Stratégie, organe rattachée à la Première ministre Élisabeth Borne. Jean Pisani-Ferry avait rédigé le programme économique du candidat Emmanuel Macron en 2017.

« Quand on dit 10% des Français les plus riches, c’est quand même 10% des Français, c’est plusieurs millions de personnes. Donc il faut faire très attention à ne pas susciter une allergie fiscale à la décarbonation de notre économie. (…) Nous considérons, avec le président de la République et la Première ministre, que cette option d’augmentation de la fiscalité n’est pas la meilleure dans un pays qui a le niveau d’imposition le plus élevé de tous les pays de l’OCDE », a précisé Bruno Le Maire.

Cette double prise de position a été, à la fois, saluée et critiquée par le mouvement citoyen Les écologistes. « Enfin une bonne nouvelle de la part de Bruno Le Maire, qui souhaite retirer des avantages fiscaux sur les énergies fossiles «dès 2024». Il ne reste plus qu’à financer la transition avec les 7 milliards d’euros par an requis par ⁦Jean Pisani-Ferry ⁩ et on vote pour lui », a indiqué le collectif.

 

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 4 Mar 2024
L'OPEP+, en tant qu’organisation réunissant les plus gros pays producteurs de pétrole, orchestre l'offre de brut avec une précision qui cherche à équilibrer les intérêts économiques globaux et la stabilité énergétique. Mais en février 2024, l’organisation a annoncé une stratégie…
mer 17 Jan 2024
La Norvège change son fusil d'épaule. Mardi 16 janvier 2024, le pays scandinave a annoncé l'octroi d'un nombre record de nouvelles licences pétrogazières dans le but de garantir sa souveraineté énergétique.   Gaz : la Norvège veut assurer sa position…
mer 10 Jan 2024
L'année 2024 s'annonce difficile pour les Français qui se chauffent au gaz. Leur facture devrait inévitablement augmenter, principalement en raison du doublement de l'accise et de la prochaine augmentation des coûts de distribution prévue en juillet 2024.   Doublement de…
sam 19 Nov 2022
Alors que l’énergie est au cœur des préoccupations des chefs d’État européens, le Kazakhstan -premier fournisseur d’uranium de la France et gros exportateur d’hydrocarbures à destination de l’Europe- appelle ses citoyens aux urnes pour une présidentielle où le Président sortant…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.