Union Européenne : la fiscalité des combustibles fossiles ne cadre pas avec la transition énergétique - L'EnerGeek

Union Européenne : la fiscalité des combustibles fossiles ne cadre pas avec la transition énergétique

union europeenne fiscalite combustibles fossiles transition energetique - L'Energeek

Ce 31 janvier 2022, la Cour des Comptes de l’Union Européenne a alerté les Etats membres sur leur fiscalité, qui privilégie pour l’heure trop les combustibles fossiles pour cadrer avec les objectifs de transition énergétique. Certains mauvais élèves, dont la France, subventionnent même davantage les fossiles que les EnR. Le sujet est sensible, car il touche au pouvoir d’achat des citoyens, mais les Etats membres doivent s’en saisir.

Pour la Cour des Comptes de l’Union Européenne, la fiscalité actuelles sur les fossiles est incompatible avec la transition énergétique

La Cour de Comptes de l’Union Européenne a publié, ce lundi 31 janvier 2022, un rapport cinglant sur le manque de cohérence fiscale de l’Union en terme de transition énergétique. La conclusion est sans appel : les politiques fiscales des Etats « ne cadrent pas avec leurs objectifs climatiques ».

“Si les subventions aux énergies renouvelables ont presque quadruplé entre 2008 et 2019, celles en faveur des combustibles fossiles sont restées relativement stables, malgré l’engagement de la Commission européenne et de certains Etats membres de les supprimer progressivement”, détaille ainsi le texte.

En effet, si, entre 2008 et 2019, les subventions énergétiques accordées aux renouvelables ont bondi de 20 milliards d’euros à 78 milliards par an, celles à destination des combustibles fossiles sont d’une inquiétante stabilité, entre 55 et 58 milliards d’euros par an, dont les deux-tiers en exonération fiscale.

Pas de quoi accélérer la décarbonation de l’économie, et difficilement compatible avec l’objectif européen de réduction des émissions carbone de 55 % en 2030 par rapport à 1990. La Cour pointe ainsi de nombreuses incohérences : le charbon est, en moyenne, moins taxé que le gaz naturel ; les combustibles fossiles sont, dans ces certains Etats, “considérablement moins imposés que l’électricité” ; les taxes sur les carburants plafonnent trop souvent autour des minima imposés par l’Union Européenne.

L’acceptabilité sociale en question

Quinze Etats accordent même davantage de subventions aux fossiles qu’aux EnR : Finlande, Irlande et Chypre sont les plus mauvais élève, mais la France est cinquième de ce classement, juste derrière la Belgique.

A l’autre bout du spectre, Italie, Espagne, Allemagne et Tchéquie favorisent nettement les renouvelables, et sont responsables (presque) à eux seuls de la prééminence des EnR sur les fossiles en terme de subventions dans l’Union.

Certes, la Cour des Comptes pointe que ces subventions aux fossiles (crédits ou réductions d’impôt, aides aux revenus, soutien des prix, transferts directs…) profitent bien, in fine, aux ménages. Mais elles tendent à freiner la transition énergétique et à “accroître les risques de ‘verrouillage’ des investissements” dans des infrastructures polluantes. Elles rendent aussi, par contrecoup, « l’énergie propre et les technologies à faible consommation d’énergie relativement plus onéreuses ».

Le rapport souligne d’ailleurs que « l’élimination progressive des subventions aux fossiles d’ici à 2025, engagement pris par la Commission et les Etats, s’annonce délicate sur les plans économique et social ».

L’acceptabilité sociale d’une hausse des tarifs des combustibles fossiles, en particulier les carburants et le gaz naturel résidentiel, risque d’être plus que problématique. La Cour des Comptes recommande donc “la réduction de taxes” sur d’autres dépenses des ménages et des mesures de redistribution en faveur des citoyens les plus fragiles.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 25 Juil 2016
L'ancienne centrale EDF de Champagne-sur-Oise, composée de deux unités de production à charbon d'une puissance de 250 mégawatts, a été arrêtée il y a plus de dix ans. Tandis que le chantier de déconstruction ne sera terminé qu’en 2017, le…
mer 11 Déc 2019
Après déjà plusieurs jours de mobilisation très suivie, la grève des transports bat son plein en France. Une grève qui n'est pas sans conséquences sur l'environnement. Alors que de nombreux usagers des transports en commun reprennent leurs voitures, la pollution…
jeu 1 Fév 2018
Si la France ne compte actuellement qu’environ 500 méthaniseurs en service et affiche par conséquent un retard important sur ses voisins européens, notre pays dispose d’un potentiel très prometteur pour les prochaines décennies. Selon une étude publiée mardi 30 janvier…
ven 14 Juil 2017
Si nos besoins en hydrocarbures ne devraient pas commencer à diminuer avant plusieurs décennies, compte tenu notamment de leur domination dans le secteur des transports, la filière connaît malgré tout un ralentissement significatif du fait des faibles prix du pétrole…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.