L’Allemagne d'Olaf Scholz en quête de partenariats « verts » au Kenya - L'EnerGeek

L’Allemagne d’Olaf Scholz en quête de partenariats « verts » au Kenya

allemagne olaf scholz en quete partenariats verts kenya - L'Energeek

Le chancelier allemand Olaf Scholz arrive ce jeudi 4 mai 2023 en Afrique de l’Est pour une visite de quelques jours : il espère y nouer des partenariats dans l’énergie « propre », notamment au Kenya, champion africain de l’électricité verte. Berlin compte notamment pouvoir lui acheter de l’hydrogène « vert ». Le GNL avait été au cœur du premier voyage du chancelier en Afrique, en mai 2022, tout particulièrement au Sénégal.

Olaf Scholz en visite en Afrique de l’Est

L’année dernière, en mai 2022, le chancelier allemand Olaf Scholz avait visité plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, notamment pour y nouer des partenariats énergétiques. Le gaz fossile, et donc le GNL, était au cœur des préoccupations du dirigeant allemand, en pleine quête d’alternative au gaz russe.

Il avait notamment obtenu un accord de principe du président sénégalais Macky Sall pour bénéficier de la future manne gazière du champ offshore que partage le Sénégal avec la Mauritanie.

En ce printemps 2023, Olaf Scholz retourne en Afrique, cette fois à l’est du continent. La visée du voyage est davantage politique, en particulier en Éthiopie, en proie à une dramatique guerre civile 2020.

Elle s’inscrit aussi dans une volonté de contester l’influence grandissante de la Chine et de la Russie dans la région : le chancelier a déclaré qu’il voulait « proposer une coopération économique et politique d’égal à égal » avec des pays d’Afrique de l’est.

L’Allemagne souhaiterait, à terme, exporter de l’hydrogène vert du Kenya, produit avec de la géothermie

Ce sera notamment le cas durant sa première étape, le Kenya, où Olaf Scholz arrive ce jeudi 4 mai 2023, et où il espère bien nouer des partenariats énergétique, non plus pour du gaz, mais pour des énergies « vertes ».

Le Kenya est en effet un pays pionnier des énergies renouvelables, qui assurent 90 % de sa production électrique, notamment par la valorisation d’un considérable potentiel géothermique. Le pays envisage de faire passer cette part à 100 % dès 2030, et soutenir ainsi la décarbonation de l’ensemble de son économie.

Déjà premier partenaire économique de l’Allemagne en Afrique de l’est, le Kenya pourrait devenir un allié de la volonté allemande d’atteindre la neutralité carbone en 2045. Des sources gouvernementales ont indiqué, ce 2 avril 2023, que Berlin voyait un grand potentiel pour « des coopérations dans l’énergie et le climat » avec le Kenya.

Ces mêmes sources estiment en effet que la géothermie offre « d’excellentes conditions » à la production d’hydrogène vert qui pourrait à terme « être importée depuis le Kenya ». L’Allemagne veut s’appuyer sur l’hydrogène vert pour décarboner son industrie et, potentiellement, ses transports, et est en quête de partenariats pour en importer, car la production européenne ne pourra suffire à répondre aux besoins de la première industrie européenne.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 25 Oct 2023
Le monde automobile connaît une mutation, avec l'émergence du rétrofit. Ce procédé, qui donne une seconde vie aux véhicules thermiques, se voit propulsé par les ambitions gouvernementales et la prise de conscience écologique. Une homologation stricte qui garantit la sécurité…
ven 3 Nov 2023
La consommation d'éclairage peut avoir un gros impact à la fois sur la facture d'électricité et sur l’environnement. Il est donc important de minimiser les dépenses, notamment via l’utilisation d’ampoules économes en énergie. Par ailleurs, d’autres démarches comme le choix…
ven 1 Déc 2023
L'État français propose une aide substantielle pour l'achat de thermostats et radiateurs connectés. Cette initiative, en vigueur du 1er décembre 2023 au 31 décembre 2024, vise à encourager les ménages à réduire leur consommation d'énergie.         Énergie…
mer 17 Avr 2024
La grande distribution n’est pas prête à appliquer la loi en matière d’énergies renouvelables. Le secteur demande un délai de deux ans pour se mettre en conformité. Une requête qui agace. La grande distribution pas encore prête pour les énergies…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.