Nucléaire : Elisabeth Borne met la pression sur le nouveau PDG d’EDF, Luc Rémont - L'EnerGeek

Nucléaire : Elisabeth Borne met la pression sur le nouveau PDG d’EDF, Luc Rémont

nucleaire elisabeth borne met pression sur nouveau pdg edf luc remont - L'Energeek

Dans une lettre rendue publique ce 6 janvier 2023, la Première ministre Elisabeth Borne fixe au nouveau PDG d’EDF, Luc Rémont, trois objectifs prioritaires : remettre l’appareil nucléaire français en état de marche, mieux maîtriser les projets en cours, et redresser les finances de l’énergéticien. L’actualité récente est chargée pour EDF, entre bonnes nouvelles (un réacteur nucléaire mis à l’arrêt devant une consommation électrique plus faible qu’attendue…) et mauvaises (nouveau retard dans l’EPR de Flamanville…).

Elisabeth Borne fixe trois priorités au nouveau patron d’EDF, Luc Rémont

Envoyer une lettre fixant des objectifs élevés, en la rendant publique : la manoeuvre, venant d’un gouvernement exerçant une tutelle sur une entreprise publique, ressemble bel et bien à une mise sous pression. Ce 6 janvier 2023, les Echos ont en effet publié une lettre envoyée par la Première ministre Elisabeth Borne au nouveau PDG d’EDF, Luc Rémont. Elle lui fixe trois priorités.

Numéro 1 : rétablir la production d’EDF en France « à un niveau cohérent avec les capacités de son outil industriel et les meilleurs comparables internationaux ». Actuellement, 14 réacteurs nucléaires sur 56 sont encore à l’arrêt, la plupart à cause de travaux pour régler le soucis de corrosion sous contrainte, qui affecte notamment les réacteurs les plus récents et les plus puissants du parc.

Numéro 2 : « maîtriser les délais et les budgets des projets nucléaires en cours ». L’allusion à l’EPR de Flamanville, en proie à de nombreux retards et surcoûts, est évidente. Or, quelques jours après la rédaction de cette lettre, EDF a annoncé un nouveau retard de six mois et un surcoût supplémentaire de 500 millions d’euros sur ce chantier, pour une mise en service désormais prévue d’ici à la mi-2024.

Numéro 3 : « redresser la trajectoire financière de l’entreprise », très endettée, mais aussi répondre « aux attentes des consommateurs dans le contexte de hausse des prix de l’énergie ». Une véritable quadrature du cercle, notamment avec le maintien d’un dispositif comme l’Arenh, particulièrement néfaste pour EDF en période de hausse des prix.

Luc Rémont doit proposer, sous six mois, sa feuille de route stratégique pour EDF

Luc Rémont a six mois pour transmettre au gouvernement une feuille de route répondant à tous ces défis. « Les objectifs fixés à l’entreprise par le gouvernement s’inscrivent dans un contexte particulier » car EDF « doit faire face à des difficultés opérationnelles importantes sur le parc nucléaire français et répondre à la volonté du gouvernement de relancer une politique électronucléaire parmi les plus ambitieuses au monde », a expliqué ce 6 janvier 2023 Matignon à l’AFP.

Les températures historiquement douces cet hiver ont permis à EDF de mettre à l’arrêt le réacteur nucléaire de Tricastin 4, pour limiter l’usage de combustible nucléaire, preuve que le risque d’un délestage à court terme est écarté.

Sur le sujet de la corrosion sous contrainte, Ouest France a attiré l’attention, le 5 janvier 2023, sur un courrier très critique, adressé par l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) à EDF, le 7 novembre 2022, et portant sur l’usine italienne sous-traitant la fabrication des « parties principales sous pression » de remplacement pour ses circuits concernés par la corrosion.

Selon l’ASN, le contrôle qu’EDF exerce sur la qualité de fabrication de ces pièces sensibles présente des lacunes au point que les inspecteurs se sont interrogés sur la cohérence globale de la stratégie de surveillance, dont le volume n’apparaît pas en lien avec l’importance du programme de fabrication .

 

 

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 19 Sep 2014
Si les difficultés d'approvisionnement redoutées pour l'hiver prochain ont remis à l'ordre du jour la place de l'énergie nucléaire dans le mix énergétique belge, celle-ci reste pour le gouvernement indispensable à la stabilité du réseau à court et moyen termes.…
jeu 31 Jan 2013
Plusieurs investissements conséquents vont être entrepris sur les différents sites liés à l’activité nucléaire de Marcoule, dans le Gard. Selon le journal économique lalettreM.fr. Ces investissements dans les domaines de la sûreté et de la sécurité seront réalisés à la demande…
lun 11 Déc 2017
Si la centrale de Fessenheim devrait bel et bien fermer fin 2018, comme l’envisage le groupe depuis le mois d’avril dernier, EDF a rappelé à l’occasion de la publication de ces données 2018 sur le site du gestionnaire RTE, que…
jeu 23 Juin 2016
Alors que Ségolène Royal se félicite de l’adoption du projet de ratification de l’Accord de Paris, le directeur de l'environnement de l’OCDE, Simon Upton, souhaite accélérer sa mise en œuvre. Face à l’urgence climatique, il convent selon lui de « définir les…

COMMENTAIRES

  • Paradoxe sur Paradoxe !
    “…Les températures historiquement douces cet hiver ont permis à EDF de mettre à l’arrêt le réacteur nucléaire de Tricastin 4,…”
    Et après ça on importe les MWh requis???
    Après le 1er paradoxe Arenh, voilà qu’on arrête 1 réacteur car trop de MWh dispo !!!
    J’ai du mal à comprendre: ds ce contexte, les MWh devraient être disponibles pour un prix d’approx 42 € / MWh !!!? pas 380 voire plus !!..ce qui étrangle nos boulangers, autres artisans, TPE et PME !!! ça frole le délire !
    On marche sur la tête !!!
    Merci à La Rédaction de nous éclairer sur cet état des lieux qq peu incompréhensible.
    Merci
    Slts
    Guydegif(91)

    Répondre
  • Mme Borne se moque du monde !!
    Elle se vantait d’avoir fermé fessenheim il n’y a pas si longtemps et maintenant elle critique EDF pour ses réacteurs arrêtés ?

    de plus, après avoir pioché 8 milliards dans les caisses d’Edf, elle demande maintenant à son nouveau patron de redresser les comptes.

    Décidément, ces escrocs et ces menteurs n’ont honte de rien !!!

    Répondre
  • “J’ai du mal à comprendre: ds ce contexte, les MWh devraient être disponibles pour un prix d’approx 42 € / MWh !!!”

    C’est simple.
    Par contrat, la production eolienne est prioritaire sur le réseau pour renumeré, les propriétaires d’éoliennes.
    Résultat, pour que les eoliennes puissent injecter, il ne faut pas que les réacteurs produisent trop et donc, des réacteurs pouvant produire sont maintenu à l’arrêt.

    Par ailleurs, 2 ème effet kisscool, il faut des turbines à gaz pour pouvoir gérer l’intermittence des eoliennes.
    Comme les règles absurdes du marché de l’électricité indexe le prix de l’électricité sur le gaz, qui est très élevé en ce moment, le prix de l’électricité l’est aussi.
    Cqfd

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.