Equinor et RWE lancent un plan hydrogène bas carbone germano-norvégien pour l’Allemagne - L'EnerGeek

Equinor et RWE lancent un plan hydrogène bas carbone germano-norvégien pour l’Allemagne

equinor rwe lancent plan hydrogene bas carbone germano-norvegien pour allemagne - L'Energeek

Les géants énergétiques norvégien Equinor et allemand RWE ont annoncé, ce 5 janvier 2023, leur intention de collaborer pour décarboner l’énergie en Allemagne, notamment grâce à de l’hydrogène bas-carbone. Le plan comporte notamment la construction de nouvelles centrales au gaz et d’un pipeline sous-marin entre les deux pays, alimenté d’abord par de l’hydrogène bleu, puis par de l’hydrogène vert.

Equinor et RWE signent un accord de collaboration pour l’approvisionnement énergétique de l’Allemagne, avec de l’hydrogène

Ce 5 janvier 2023, le ministre allemand de l’Economie et du Climat, Robert Habeck, s’est rendu à Oslo, en Norvège. Dans sa délégation, des représentants du géant énergétique allemand RWE en ont profité pour signer un protocole de collaboration avec le géant norvégien Equinor afin de décarboner l’énergie en Allemagne, via le gaz fossile norvégien et l’hydrogène.

Certes, la communication se concentre sur l’hydrogène, un vecteur énergétique à l’image « verte » (alors qu’il peut s’avérer beaucoup plus carboné que du gaz fossile s’il est produit à l’aide de ce même gaz fossile sans captation de carbone). Mais l’accord prévoit d’abord la construction, par Equinor, d’un nombre « indéterminé » de centrales électriques au gaz, pour permettre à Berlin de fermer toutes ses centrales au charbon d’ici 2030. Le gaz émettant moins de CO2 que le charbon, ce remplacement permet donc de réduire les émissions allemandes.

Ces nouvelles centrale seront d’abord alimentées par du gaz fossile norvégien – avec la rupture d’une grande partie des approvisionnements russes, la Norvège est devenue le premier fournisseur de gaz fossile de l’Union européenne. Ce gaz sera progressivement remplacé par de l’hydrogène produit sur le sol norvégien.

D’abord du gaz fossile pour remplacer le charbon, puis de l’hydrogène bleu, et enfin seulement de l’hydrogène vert

Concernant cet hydrogène, il sera d’abord « bleu », c’est à dire produit par vaporeformage du gaz naturel avec captage et séquestration du CO2 émis dans l’opération – Equinor annonce un captage de 95 % du carbone.

L’hydrogène deviendra ensuite progressivement « vert », en étant produit par électrolyse de l’eau grâce à de l’électricité décarbonée, fournie par des fermes d’éolien en mer qu’Equinor et RWE veulent construire conjointement au large de l’Allemagne et de la Norvège.

« Il est urgent de développer rapidement une économie tournée autour de l’hydrogène. L’hydrogène bleu en grande quantité est un bon point de départ, avec ensuite une conversion vers de l’hydrogène vert », a expliqué le directeur général de RWE, Markus Krebber.

Tout ce bel hydrogène sera acheminé en Allemagne par un pipeline sous-marin, dont la faisabilité est actuellement à l’étude chez Gassco, opérateur norvégien de gazoducs. Et promis, tout comme BarMar, ce nouveau gazoduc ne transportera que du bel hydrogène bien écologique, et jamais du méchant gaz fossile polluant. Aucun calendrier n’a été évoqué pour les différentes étapes de ce plan « vert ».

Des associations environnementales ont vivement critiqué le choix allemand d’avoir recours, une fois encore, à une énergie fossile, certes moins émettrice de CO2 que du charbon, mais loin, très loin de la neutralité carbone. Robert Harbeck a réagi d’une phrase lacunaire : « Nous ne sommes pas dans une situation où nous pouvons encore être très sélectifs ». Nécessité fait loi, une fois encore.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 26 Sep 2022
12 %: C’est la part d’électricité produite cet été par les panneaux photovoltaïques en Europe. Sachant qu’en réalité, en journée, la part du solaire dans le mix de consommation électrique européen dépassait allègrement les 20 %. Au total, ce sont…
mar 30 Mai 2017
Et si on utilisait l’air pollué pour produire de l’énergie ? C’est en partant de cette idée un peu folle qu’une équipe de chercheurs belges a entamé une série de travaux visant à transformer l’air pollué en hydrogène exploitable comme source…
mer 15 Nov 2017
Critiqué ces dernières semaines pour avoir voulu couper l’herbe sous le pied des Tepos (Territoire à énergie positive), le gouvernement joue désormais l’apaisement. Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, Sébastien Lecornu, a annoncé mardi…
lun 24 Jan 2022
Déterminé à stopper la ventre de véhicules thermiques dès 2030, le Royaume-Uni veut renforcer sa capacité de production de batteries de véhicules électriques. Ce 21 janvier, Britishvolt a annoncé avoir levé 1,7 milliards de livres sterling (2 milliards d’euros), assorties…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.