BarMar, futur pipeline à hydrogène de l'Europe - L'EnerGeek

BarMar : nouveau projet d’un pipeline pour l’hydrogène en Europe

BarMar : nouveau projet d'un pipeline pour l'hydrogène en Europe

Le France reste mobilisée pour faire progresser l’hydrogène en Europe. Après l’échec du projet MidCat, le gouvernement français défend un nouveau projet de pipeline pour le transport de l’hydrogène en Europe. Baptisé BarMar, ce futur pipeline devrait relier Marseille à Barcelone, en traversant la mer Méditerranée.

Un “corridor énergétique vert”

En octobre dernier, on apprenait que l’Europe abandonnait le projet de gazoduc MidCat, soutenu par l’Allemagne et l’Espagne. Le président Emmanuel Macron s’était opposé au projet, remettant en question sa pertinence dans le contexte économique et énergétique actuel. Finalement, le projet sera remplacé par un nouveau pipeline en Europe, dévolu cette fois à l’hydrogène.

Le nouveau projet de remplacement est baptisé BarMar. Et il doit devenir un véritable “corridor énergétique vert” au coeur de la future Europe de l’énergie. Son atout par rapport à MidCat ? Puisque BarMar a vocation à transporter de l’hydrogène vert, son projet de construction pourra bénéficier de financements européens dans le cadre du Green Deal.

BarMar : le futur pipeline à hydrogène pour alimenter l’Europe

A peine engagé, le projet BarMar est déjà le cheval de bataille d’Emmanuel Macron. Le président français s’est fait le défenseur de BarMar, un pipeline qui devrait soutenir l’essor de l’hydrogène en Europe. “Réduire nos émissions pour protéger notre climat, fournir à nos territoires une énergie propre pour réindustrialiser et renforcer notre autonomie stratégique, voilà les objectifs que nous visons avec le projet H2Med, première étape d’un grand réseau européen d’hydrogène.”

En effet, BarMar (également nommé H2Med) a pour ambition de transporter l’hydrogène vert produit en Espagne pour l’acheminer dans le nord de l’Europe, via la France. Il va relier Barcelone à Marseille par voie sous-marine. Et il devrait entrer en fonction dès 2030.

Un projet déjà validé, mais critiqué

Le 9 décembre dernier, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen était présente en Espagne, à Alicante, pour le lancement officiel du projet. A ses côtés étaient rassemblés les représentants Emmanuel Macron, le premier ministre espagnol Pedro Sanchez ainsi que le premier ministre portugais Antonio Costa.

Ensemble, ils ont validé les termes du projet BarMar. Le futur pipeline à hydrogène vert coûtera 2,5 milliards d’euros pour alimenter l’Europe. Et il devrait transporter 2 millions de tonnes d’hydrogène par an selon les estimations. D’après les projections sur la consommation européenne d’hydrogène à l’horizon 2030, BarMar assurera donc le transport de 10% de la consommation européenne.

Mais cette projection reste floue. Pour l’instant, l’hydrogène progresse mais beaucoup d’inconnus demeurent. A commencer par la capacité réelle de production d’hydrogène vert dans les dix années à venir. De plus, les associations de défense de l’environnement ne sont pas favorables à l’implantation d’un pipeline sous-marin en Méditerranée, dans un écosystème naturel déjà fragilisé par l’activité humaine. Il reste d’ailleurs aux différents pays parties prenantes à se mettre d’accord sur le tracé final de BarMar.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 3 Avr 2013
Delphine Batho et Stéphane Le Foll ont présenté, le vendredi 29 mars, le plan « Énergie Méthanisation Autonomie Azote » dans le cadre du débat national sur la transition énergétique. Ce plan prévoit la création de 1000 méthaniseurs à la ferme…
ven 26 Fév 2021
Le 25 février, EDF a annoncé sa prise de participation dans deux entreprises africaines. L'énergéticien français confirme ainsi son intérêt stratégique pour les ENR sur le continent africain. Ces dernières années, il a multiplié les partenariats et les accords. Alors…
mar 22 Juin 2021
Ce 18 juin 2021, le gouvernement a durci les règles d'implantation d'un parc éolien en France : le périmètre imposant l'autorisation du Ministère des Armées passe ainsi de 30 à 70 kilomètres d'un radar militaire. Le même jour, le Sénat…
lun 10 Oct 2016
Après la restructuration d’Alstom et de General Electric, l’industriel allemand Siemens prépare un plan de réorganisation de sa branche Energy management en France. Sur les 405 salariés du groupe localisés à Grenoble, la suppression d’un cinquième des postes est ainsi…

COMMENTAIRES

  • Les politiciens ont sans doute une intelligence supérieure qu’il est difficile de comprendre.

    En gros, ils ne veulent pas d’un pipeline entre la France et l’Espagne si il transporte du gaz naturel dont ils ont pourtant désespérément besoin.

    Par contre, ils veulent bien de ce même pipeline à condition qu’il transporte de l’hydrogène dont personne ne sait ce que seront ses applications et sa part et quand le gazoduc sera terminé et qui risque de ne pas être compatible avec le reste du réseau de gaz.

    Bien sur , les dirigeants européens qui clament vouloir sortir des énergies fossiles ne peuvent pas dire ouvertement qu’ils vont construire un nouveau gazoduc….

    Répondre
  • La différence fondamentale entre un pipe transportant du méthane et un pipe transportant de l’hydrogène, est, pour ceux qui ont du mal à comprendre, que le premier cherche à se substituer au gaz russe en livrant du gaz arabe, et l’autre, fait le pari d’une production d’énergie avec des EnR qui deviennent stockable et pilotable. Mais pour certains, comprendre cela, c’est difficile.

    Répondre
  • A mon avis, c’est surtout vous qui n’avez rien compris.
    Vous parlez de stocker dans l’hydrogène mais l’hydrogène est de très loin le gaz le plus difficile à stocker.
    Soit sous forme gazeuse comprimé dans des réservoirs de 350 à 700 bars pour avoir quelques kilos dans un volume de 200 litres, soit sous forme liquide refroidi à – 250 °C.
    Le gaz naturel est bien meilleur car il a une densité énergétique par unité de volume qui est 3 fois supérieure à celle de l’hydrogène.

    Et bien cela le plus gros problème de l’hydrogène et pas son rendement contrairement à ce qu’on lit souvent.

    Bref, aucune chance que son usage ne se déploie à grande échelle d’ici 7 ans.

    Encore un commentaire stupide pour vous faire passer pour plus intelligent que vous ne l’êtes réellement…..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.