L’Assemblée et le Sénat actent la nomination de Boris Ravignon à la tête de l’Ademe - L'EnerGeek

L’Assemblée et le Sénat actent la nomination de Boris Ravignon à la tête de l’Ademe

assemblee senat actent nomination boris ravignon tete ademe - L'Energeek

Malgré une majorité de votes contre, mais insuffisante pour la bloquer, la nomination du maire LR de Charleville-Mézières Boris Ravignon à la tête de l’Ademe a été validée, ce 14 décembre 2022, par l’Assemblée nationale et le Sénat.

Emmanuel Macron propose Boris Ravignon, maire (LR) de Charleville-Mézières comme nouveau PDG de l’Ademe

Bis repetita. Quelques semaines après celle d’Emmanuelle Wargon à la direction de la CRE, les parlementaires ont de nouveau, ce 14 décembre 2022, validé une nomination à la tête d’une agence dédiée à l’énergie, malgré une majorité exprimée contre.

Début décembre 2022, le président de la République Emmanuel Macron a en effet proposé le maire LR de Charleville-Mézières (Ardennes) Boris Ravignon, pour succéder à Arnaud Leroy (démissionnaire en juin 2022) à la tête de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). La présidence par intérim de l’agence était assuré par Patrick Lavarde depuis le 1er septembre.

Boris Ravignon est énarque, de la même génération qu’Emmanuel Macron : les deux hommes ont travaillé ensemble à l’Inspection générale des Finances à Bercy en 2004-2005. Leurs chemins politiques avaient bifurqué ensuite, l’un vers Nicolas Sarkozy dès 2007, l’autre vers l’administration d’État puis François Hollande en 2012.

29 pour, 33 contre : insuffisant pour retoquer une nomination présidentielle

En avril 2022, Boris Ravignon avait renoncé à soutenir la candidate de son parti (LR) à la présidentielle, Valérie Pécresse, pour se ranger derrière Emmanuel Macron. Ce renvoi d’ascenseur manifeste a visiblement déplu aux parlementaires, réunis en commission ce mercredi pour se prononcer sur cette nomination, mais pas assez pour l’annuler.

La nomination de Boris Ravignon à la tête de l’Ademe a en effet recueilli 16 voix contre et 10 pour au Sénat, ainsi que 19 pour et 17 contre à l’Assemblée nationale, soit 33 contre et 29 pour. Mais, pour être retoquée, une nomination par le président de la République doit être rejetée par au moins les deux-tiers des membres des commissions concernées (soit 38 sur 62).

« Le sens de ma candidature c’est d’être un élu local connaissant bien les enjeux, les difficultés, mais aussi les possibilités, le potentiel de la transition écologique au niveau des territoires », s’était défendu le maire de Charleville durant une audition au Sénat, ce 14 décembre au matin.

Il a également présenté les enjeux essentiels de sa mission en matière de transition énergétique, notamment sur le fonds chaleur, le fonds économie circulaire ou la décarbonation industrielle, sans prononcer une fois le mot « nucléaire ».

Cette nomination a été fortement critiquée par le groupe des sénateurs socialistes, qui reprochent notamment à Boris Ravignon de vouloir conserver son mandat de maire en plus de sa charge de directeur de l’Ademe.

Les sénateurs socialistes estiment que « l’Ademe a besoin d’un président à plein temps » et que « les 12 000 agents de l’Ademe attendent un vrai encadrement et la gestion des moyens financiers conséquents destinés à la transition écologique ne peuvent être gérés à la petite semaine ».

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 16 Déc 2022
Lundi 12 décembre, plusieurs experts de l’électricité avaient prédit une alerte Ecowatt orange, voire, un risque de délestage. Pourtant, l’indicateur de RTE est resté au vert, et il n’y a pas eu de coupures de courant en France. Mais ce…
Quelques jours après le dévoilement du contenu définitif de la future réglementation environnementale 2020 (RE2020), une étude réalisée par l’ADEME et RTE confirme la pertinence des choix gouvernementaux dans le bâtiment.  Au terme de deux années de recherche commune, l’agence…
lun 4 Déc 2023
Les questions d'énergie et de mobilité durable étant au cœur des préoccupations, la compagnie ferroviaire française Le Train se prépare à révolutionner le transport ferroviaire dans le Grand Ouest. Avec une approche axée sur l'innovation et le développement régional, Le…
ven 1 Mar 2024
La Chine, première émettrice mondiale de gaz à effet de serre, s'est engagée à atteindre la neutralité carbone avant 2060, alignant ses ambitions sur l'Accord de Paris qui vise à limiter le réchauffement planétaire à 1,5 °C. Cette ambition nécessite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.