Malgré l’opposition du Parlement, Emmanuelle Wargon nommée à la tête de la CRE - L'EnerGeek

Malgré l’opposition du Parlement, Emmanuelle Wargon nommée à la tête de la CRE

malgre opposition parlement emmanuelle wargon nommee tete cre - L'Energeek

Un décret paru ce mercredi 17 août 2022 acte la nomination, par le président Emmanuel Macron, de son ancienne ministre Emmanuelle Wargon à la tête de la Commission de Régulation de l’Energie (CRE), malgré une opposition du Parlement, qui n’a pas atteint la majorité qualifiée nécessaire pour annuler la nomination.

La nomination d’Emmanuelle Wargon à la tête de la CRE officialisée

C’est peu dire que la nomination d’Emmanuelle Wargon à la tête de la CRE ne suscite pas l’enthousiasme. Le poste est pourtant fondamental en cette période de crise énergétique, puisque la CRE est l’autorité indépendante chargée de garantir le bon fonctionnement des marchés français de l’énergie “au bénéfice du consommateur”.

Son prédécesseur, le très indépendant Jean-François Carenco, qui n’hésitait pas à se montrer très critique avec certains acteurs du marché, a été pour sa part nommé ministre des Outre-Mers.

En juillet, Emmanuel Macron a proposé son ancienne ministre Emmanuelle Wargon, 51 ans, pour le remplacer. Largement battue aux législatives, Mme Wargon avait occupé, durant le quinquennat précédent, les postes de secrétaire d’État à l’Ecologie (2018-2020), puis de ministre du Logement (2020-2022).

Ce 17 août 2022, sa nomination pour un mandat de six ans non renouvelable a été officialisée par un décret, publié la veille : “Par décret du Président de la République en date du 16 août 2022, Mme Emmanuelle Wargon est nommée présidente de la Commission de régulation de l’énergie”, indique le texte, paru au Journal Officiel.

 

Une salve de critiques contre l’ancienne ministre des gouvernements Philippe et Castex

Invité à se prononcer sur ce choix, le Parlement l’avait rejeté début août, mais sans atteindre la majorité qualifiée des deux-tiers nécessaire pour s’opposer à une nomination du Président de la République. Emmanuelle Wargon avait ainsi recueilli 43 voix et 48 contre parmi les représentants de l’Assemblée nationale et du Sénat participant au vote.

Critiquée durant son audition préalable à ce vote pour ses liens très forts avec le parti présidentielle, problématiques pour une autorité indépendante, Emmanuelle Wargon avait indiqué : “Cette nomination m’honore et me conduit à tourner la page de la politique. Conformément à l’engagement pris pendant les auditions parlementaires, j’exercerai mon mandat en toute indépendance, au service des Français”.

Le publication du décret actant cette nomination a provoqué une franche hostilité dans l’opposition parlementaire, qui critique le « recasage » d’une ministre battue à des élections, choisie pour sa proximité avec le pouvoir, et non ses compétences.

Mickael Delauné, de la Nupes, a ainsi commenté : « Voilà la Macronie, leur clan n’a même pas besoin de traverser la rue, un petit décret suffit et hop vous êtes recasés », quand Thierry Mariani (RN) indiquait : « les parlementaires s’étaient opposés à la nomination d’Emmanuelle Waron. Mais Macron la nomme néanmoins à la Présidence de la CRE, chargée de réguler le marché de l’énergie. Le message est clair : le parlement il s’en moque ».

L’expert énergétique pro-nucléaire Fabien Bouglé a déploré pour sa part la nomination d’une « antinucléaire notoire » à la tête du « régulateur “indépendant” de l’énergie malgré l’opposition d’une majorité de parlementaires ».

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 29 Oct 2013
EDF a lancé lundi le projet de réseau intelligent «  Smart Electric Lyon ». Pendant quatre ans, ce programme va permettre d’expérimenter de nouvelles technologies de l’information et de la communication dans le but de mesurer leur impact en termes d’économies…
lun 18 Sep 2017
A l'heure où les solutions pour une consommation d’énergie mieux maîtrisée se multiplient, la société Citelum, filiale du groupe EDF, spécialisée dans l’éclairage intelligent et les services connectés associés, et le groupe Lucibel, spécialisé dans l'éclairage led pour les professionnels,…
mar 30 Juil 2019
L'Etat français réfléchit au déploiement d'infrastructures de recharge électrique dans l'Hexagone. Une étude sur l'électromobilité, publiée le 15 juillet 2019 par Bercy, revient notamment sur les enjeux du développement des bornes de recharges. Parallèlement, alors qu'Enedis organise une réunion le…
mar 13 Mar 2018
Alors que les bus électriques commencent tout doucement à faire leur apparition dans les agglomérations françaises, la première ligne régulière de bus longue distance entièrement électrique devrait bientôt voir le jour en France. L’opérateur FlixBus et son partenaire B.E. Green…

COMMENTAIRES

  • ” j’exercerai mon mandat en toute indépendance, au service des Français”.

    Ils devraient vraiment se lancer dans des carrières d’acteurs ces politiciens…. ou de comiques.

    A mourir de rire !!!

    Répondre
  • Difficile de dire qui est le plus lamentable dans cette affaire :celle qui accepte sans vergogne un poste clef ou celui qui la nomme .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.