France : création d’un organe pour faciliter la programmation de l’éolien en mer - L'EnerGeek

France : création d’un organe pour faciliter la programmation de l’éolien en mer

france creation organe pour faciliter programmation eolien en mer - L'Energeek

Ce lundi 5 novembre 2022, le gouvernement français a acté la constitution d’un Conseil national de la mer et des littoraux (CNML), regroupant acteurs de la mer, élus et énergéticiens, visant à planifier l’utilisation des façades maritimes, en particulier pour l’éolien en mer.

Le gouvernement met en place le Conseil national de la mer et des littoraux (CNML), chargé de la planification des façades maritimes

La France mise gros sur l’éolien en mer pour sa transition énergétique : souhaitant enfin valoriser un potentiel considérable (le deuxième mondial après le Royaume-Uni), le président de la République Emmanuel Macron table sur 40 GW installés en 2050, soit une cinquantaine de parcs, à mi-chemin des différents scénarios proposés par RTE, oscillant entre 22GW et 62GW.

Dans ce cadre, en plus de la loi sur l’accélération des renouvelables, que l’Assemblée nationale a commencé à étudier ce lundi 5 décembre 2022 (après sa validation au Sénat ce 2 décembre), le gouvernement vient de se doter d’un outil de planification de l’utilisation de ses façades maritimes, qui devrait jouer un rôle-clé dans le déploiement de l’éolien en mer.

Le secrétaire d’Etat chargé de la Mer, Hervé Berville, a ainsi acté, ce 5 décembre 2022, la création d’un Conseil national de la mer et des littoraux (CNML) de 52 membres – pêcheurs, transporteurs, énergéticiens, associations environnementales, élus et autres acteurs concernés.

Ce CNML aura donc en charge une planification, façade par façade, qui « devra s’articuler avec les démarches de développement portées par les collectivités, à la fois en termes industriels, d’infrastructures et d’emploi, et aura notamment vocation à aborder la question de la localisation des parcs éoliens en mer ».

Cet organe devrait piloter, en 2023, des ateliers pour établir une « concertation large », qui devra définir « des orientations stratégiques partagées », pour nourrir la mise en place de la nouvelle Programmation Pluriannuelle de l’Energie, au calendrier de l’année prochaine.

Etablir des « zones précises » pour l’éolien en mer

« L’objectif est de capitaliser sur les enjeux maritimes, de protection des océans, de transports, du tourisme, de l’économie, de la pêche et de la conchyliculture, et maintenant énergétiques », précise le cabinet du secrétariat d’Etat.

Ces travaux déboucheront ensuite sur une série de débats publics, afin d’établir des « documents stratégiques de façades », priorisant les activités, avec modes opératoires et cartographies, « moins précis que les PLU mais par exemple, là où se situeront des zones assez précises pour l’éolien en mer, les couloirs maritimes, les zones marines protégées… ».

Cette cartographie de zones de développement autorisés pour l’éolien en mer était une demande de la filière, qui estime que cette méthodologie permettra de gagner beaucoup de temps sur la technique classique des appels d’offre.

Ce vendredi 2 décembre 2022, le bouclage de la loi sur l’accélération des renouvelables au Sénat a permis de retoquer l’amendement limitant l’installation des parcs éoliens en mer à plus de 40 kilomètres des côtes (qui auraient eu pour effet d’interdire l’installation de parcs sur les façades de la Mer du Nord, de la Manche et de la Méditerranée).

Il a été remplace in extremis par un amendement imposant une implantation des parcs éolien en zone économique exclusive (ZEE), soit un seuil de 12 milles nautiques (22km).

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 22 Déc 2023
Volkswagen s'aligne sur les géants de l'industrie en adoptant la norme de recharge nord-américaine de Tesla, le NACS. Cette décision marque un tournant stratégique pour le groupe allemand et ses filiales, mais aussi pour le passage à l'électromobilité. Voiture électrique…
jeu 23 Nov 2023
La France se lance dans une ambitieuse transformation de l'énergie. Avec un plan dévoilé le 22 novembre 2023, le gouvernement vise une indépendance totale des énergies fossiles d'ici 2050.   La grande évasion des énergies fossiles Le gouvernement français a…
Le gouvernement peine à donner une direction à la stratégie énergétique et climatique de la France. L'avis des Français sera une nouvelle fois demandé sur ces sujets. Gabriel Attal a annoncé une prochaine grande consultation suite à une réunion qui…
mar 21 Nov 2023
Les camions à hydrogène, mêlant innovation et défis, se positionnent comme des éléments essentiels pour la décarbonation du transport routier. La transition est-elle imminente ? Poids lourds : les moteurs à hydrogène vont-ils bientôt remplacer les diesels ? Imaginez des…

COMMENTAIRES

  • La géothermie dont les systèmes EGS prend beaucoup de retard en France

    Exemple de l’Allemagne où l’objectif est de 100 projets géothermiques supplémentaires d’ici 2030.

    Le ministère fédéral allemand de l’Économie et de la Protection du climat (BMWK) a publié un document clé qui met en évidence les stratégies de développement de projets géothermiques à profondeur moyenne et profonde, incluant certains aspects de la géothermie à faible profondeur, intitulé « Pierres angulaires d’une campagne géothermique »

    En février 2022, il y avait 42 projets d’énergie géothermique profonde opérationnels en Allemagne représentant une capacité de 343 MWth. Il y a 4 autres projets en construction et 4 classés comme projets de recherche.

    Le document définit une stratégie visant à cibler 10 TWh de production géothermique à partir de ressources de profondeur moyenne et profonde d’ici 2030. Cela multiplie par dix l’alimentation actuelle du réseau de chauffage à partir de la géothermie.

    Ainsi, le gouvernement vise à ajouter au moins 100 projets géothermiques supplémentaires d’ici 2030, à les raccorder aux réseaux de chaleur et à rendre la géothermie utilisable dans les bâtiments résidentiels, les quartiers et les processus industriels.

    L’Association allemande de géothermie (BVG) avait précédemment rejoint une alliance d’associations énergétiques en Allemagne pour appeler à des politiques qui permettront l’expansion rapide et accrue de l’énergie géothermique profonde.

    https://www.bmwk.de/Redaktion/DE/Downloads/Energie/eckpunkte-geothermie.pdf?__blob=publicationFile&v=6

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.