De l’eau dans le gaz vert de la Programmation pluriannuelle de l'énergie ?

De l’eau dans le gaz vert de la Programmation pluriannuelle de l’énergie ?

Publiée le 25 janvier 2019, la Programmation pluriannuelle de l’énergie ne fait pas que des heureux. Les professionnels de la filière biogaz estiment que cette PPE est « la chronique d’un rendez-vous manqué avec les territoires ». Les ambitions affichées par le gouvernement sont en effet en baisse et la filière craint pour son avenir malgré son potentiel pour contribuer à la transition énergétique. L’association Française de gaz (AFG) et Coénove ont signé un communiqué de presse conjoint sous forme de cri d’alarme…

Un objectif en recul qui passe mal…

Chaque arbitrage gouvernemental génère son lot de mécontents. La Programmation pluriannuelle de l’énergie dévoilée dans son intégralité par le gouvernement le 25 janvier ne fait pas exception à la règle. Les professionnels de l’éolien en mer ont déjà fait part de leurs réserves. Mais la filière biogaz regrette le manque d’ambitions pour cette source d’énergie verte. La PPE fixe l’objectif d’atteindre 7 % de gaz vert dans la consommation en 2030. Une décision qui est toutefois perçue comme une reculade puisque l’objectif de la loi de transition énergétique était d’atteindre 10 %, soit une production annuelle de 30 TWh.

Le président de l’association Coénove, Bernard Aulagne parle ainsi d’une « chronique d’un rendez-vous manqué avec les territoires, en ignorant leurs potentialités et leurs besoins, la dynamisation que peut représenter la méthanisation pour les plus ruraux d’entre eux au profit d’un arbitrage technocratique et discutable ». L’association n’est pas la seule à exprimer sa déception puisque GRTgaz a signé un communiqué qui déplore « une trajectoire de 6 TWh injectés en 2023, en net retrait par rapport à la précédente PPE, et de 14 à 22 TWh en 2028, couplée à une baisse de coûts beaucoup trop rapide (67 euros /MWh en 2023) ».

Les avantages du biogaz peinent à convaincre le gouvernement ?

Le gouvernement vise donc une forte baisse des coûts. De leur côté, les professionnels du gaz vert estime cette baisse de coûts « irréaliste ». Qui plus est, ils regrettent que ne soit pas pris en compte le « caractère non intermittent et facilement stockable de ce mode de production d’énergie renouvelable, ni de ses bénéfices en matière de soutien à l’agriculture, d’économie circulaire et de traitement des déchets, d’aménagement et de création d’emplois dans les territoires ».

Selon eux, leur filière est délibérément négligée par le gouvernement. La Programmation pluriannuelle de l’énergie laisserait « une part trop faible aux équipements gaz dans les bâtiments » au profit de l’électrique. La conclusion est sans appel : « ce projet de PPE, en oubliant les atouts du gaz, ne fournit pas les bonnes réponses aux enjeux de la transition énergétique ». C’est pourquoi, les professionnels espèrent que le gouvernement relèvera les objectifs pour le biogaz. Toutefois, il n’est pas certain que la filière parvienne à se faire entendre…

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 11 Sep 2014
Selon le tableau de bord Éolien-Photovoltaïque rendu public le 29 août dernier par le Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l'Énergie, les filières éoliennes et photovoltaïques françaises sont plutôt en bonne santé, même si le solaire risque de s’essouffler  Selon les dernières…
mar 8 Sep 2020
Au lendemain des élections municipales et du succès du vote écologiste, Emmanuel Macron a décidé de reprendre l'ensemble des propositions (146 sur 149) élaborées par la Convention citoyenne pour le climat (CCC). Côté automobiles, le programme de la CCC prévoit…
mar 11 Avr 2017
Avec son électricité 100% verte, l’Islande fait office de paradis des énergies renouvelables. Très en avance sur le reste des pays occidentaux, l’Islande est aussi devenu un territoire sur lequel les entreprises du domaine énergétique développent de nouvelles solutions pour…
mer 24 Sep 2014
Le groupe agro-industriel africain SIFCA et l'électricien français EDF ont annoncé lundi 22 septembre, la signature d'un protocole d'accord portant sur l'édification et l'exploitation d'une centrale électrique alimentée par de la biomasse en Côte d'Ivoire. Cette unité de production, d'une…

COMMENTAIRES

  • Il n’y a pas que la filière biogaz qui est insatisatisfaite. La flière oyro-gazéïfication qui commence à décoller pouvait attendre des encouragements de cette PPE. Résultat….rien. On réserve cette technologie à la production de chaleur, merci c’est toujours ça, mais les meilleurs savent aussi faire de l’électricité et au plan territorial, c’est autrement plus intéressant. C’est en résumé une PPE qui se veut encourager les energies renouvelables intermittentes tout en freinant les energies renouvelables pilotables et tres vertueuses (incluant bien sûr la cogénération même au gaz nat. On pouvait s’attendre dans l’ambiance à un coup de pouce vers les territoires qui grondent, c’est l’inverse qui se produit. Comment ne pas sentir dans cette incohérence le résultat et l’influence des lobbyes ! Et cerise sur le gateau, la conversion à la biomasse des centrales charbon. Ah, biomasse-électricité pour EDF c’est possible, mais couteux, dangereux, de mauvais rendement (allez cogénérer 600 MWe !). Beau travail et bon courage !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.