Les États membres réduisent l’ambition du plan REPowerEU sur les EnR - L'EnerGeek

Les États membres réduisent l’ambition du plan REPowerEU sur les EnR

etats membres reduisent ambition plan repowereu sur enr - L'Energeek

Exit l’objectif de 45 % d’énergies renouvelables pour 2030, et retour aux 40 % adoptés officiellement au tout début de l’été : tel est le plus spectaculaire amendement, parmi ceux proposés par les États membres au plan REPowerEU de l’Union européenne.

L’objectif des 45 % d’EnR en 2030 de REPowerEU raboté à 40 % par les États membres

Ce 13 octobre 2022, Euractiv est parvenu à se procurer la version révisée par les États membres du plan REPowerEU, dévoilée le 18 mai 2022, et qui vise à sortir l’Union européenne de sa dépendance aux énergies russes.

Les amendements proposés par les États dont le média se fait l’écho se concentrent tous sur l’accélération du déploiement des renouvelables dans l’Union. Le plus spectaculaire est le renoncement à l’objectif d’atteindre les 45 % d’EnR dans la consommation finale d’énergie en 2030.

La version révisée s’en tient aux 40 % validés fin juin 2022 par le Conseil européen, via l’adoption de cette mesure, dans le cadre du paquet législatif Fir for 55 (qui doit permettre d’atteindre une réduction de 55 % les émissions de gaz à effet de serre de l’Union européenne d’ici 2030). Le Parlement européen et la Commission européenne soutiennent tous les deux ce chiffe de 45 %.

Plus « d’intérêt public supérieur » pour les renouvelables

Autre changement majeur : les amendements des États suppriment la volonté de la Commission européenne d’inscrire dans le droit communautaire le principe selon lequel les énergies renouvelables doivent être considérées comme une question « d’intérêt public supérieur ». L’objectif avoué de cette mesure était de réduire considérablement les recours contre les parcs renouvelables, en particulier éolien, pour accélérer leur déploiement.

La version révisée de REPowerEU conserve en revanche le principe d’établir des « zones propices » aux renouvelables, où leur déploiement pourrait être rationalisé et accéléré, avec notamment des processus d’octroi des permis beaucoup plus rapides.

Mais les amendements allongent toutefois la durée de ces procédures d’autorisation dans ces zones, en permettant des prolongations plus importantes en cas de litige. De quoi offrir une solide gueule de bois aux professionnels du secteur, très enthousiastes sur cette mesure à son annonce.

« Le plan d’action de la Commission sur l’octroi de permis répond à toutes les attentes. Les propositions juridiques clarifient les permis qui doivent être délivrés dans les délais existants et créent des zones propices où les projets peuvent être mis en œuvre encore plus rapidement après une évaluation environnementale stratégique », défendait notamment Giles Dixon, PDG de WindEurope.

L’atténuation de ses mesures pourrait mettre un frein au déploiement des renouvelables dans l’Union européenne, dans une période particulièrement sensible sur la question énergétique.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Quelques jours après le dévoilement du contenu définitif de la future réglementation environnementale 2020 (RE2020), une étude réalisée par l’ADEME et RTE confirme la pertinence des choix gouvernementaux dans le bâtiment.  Au terme de deux années de recherche commune, l’agence…
Après la mise à l'arrêt du projet NEMO, développé par Naval Energies et Akuo Energy en 2018, un groupe de sept entreprises européennes, réuni derrière Global OTEC, lance un nouveau projet de conversion d'énergie thermique des mers (ETM) aux îles…
Le Premier ministre, Gabriel Attal, a dévoilé les premiers chiffres du Centre interprofessionnel technique d'études de la pollution atmosphérique (Citepa) concernant la baisse de CO2 de la France en 2023 lors d'un meeting en Mayenne le mercredi 22 mai 2024.…
lun 16 Nov 2020
Encouragé par les nouvelles réglementations environnementales, le secteur de la construction opère une transition progressive vers des procédés plus durables, et donc moins dépendants des énergies fossiles. En France comme en Europe, l’heure est désormais au bâtiment bas carbone. Comme…

COMMENTAIRES

  • Le charBon est devenu très copain avec les ENRi, chacun ses créneaux horaires et/ou suivant le Vent… Dans le cas allemand, les excédents d’ENRi sont “balancés” chez les voisins à presque la vitesse de la Lumière !!!

    De plus en plus le coté “obscur” des ENRi en Europe est occupé par le charBon (pas Bon pour les GES) faute de Gaz, ce n’est pas hilarant comme situation mais la réalité !!!

    Les ENRi sans Back-up, c’est possible, mais cela ne garantira plus nos modes de vie actuels à des niveaux “actuels” et même légèrement passés d’ailleurs, ce sera de l’intermittence de nos modes de vie, pas facile de garantir bien des usages électriques autrement que par intermittence… (en bien des places en Afrique, ils vivent avec, mais c’est parfois pénible…) – C’est un Choix !!!
    Ne confondons pas des Vessies (renouvelables d’ailleurs!) et des lanternes (“alimentables” par toute sorte d’énergie porvenant de Mix ENR, fossiles, Nucléaire)…

    Répondre
  • Sans Gaz “Bon marché” et sans Nucléaire, le Charbon (King Coal) se refait une “santé” et ce n’est pas bon pour la santé des Européens à tous les sens du terme…

    Il est temps de remettre certaines réalités sur les places d’église et de “modérer” des mythes sur le Renouvelable (qui est certes nécessaire mais pas suffisant).

    Répondre
  • “”…les énergies renouvelables doivent être considérées comme une question « d’intérêt public supérieur ”: voilà qui paraissait une position sensée !
    Très Dommage de s’en écarter !
    ” La Maison brûle, nos décideurs regardent ailleurs !”: avait dit un Président à son époque !
    Un revirement ou manque de conviction ce qui se trame par l’UE !
    Du mal à avancer en cohérence !
    Slts
    Guy

    Répondre
  • “…les énergies renouvelables doivent être considérées comme une question « d’intérêt public supérieur ”: voilà qui paraissait une position sensée !
    Très Dommage de s’en écarter !
    ” La Maison brûle, nos décideurs regardent ailleurs !”: avait dit un Président célèbre à son époque !
    Un revirement ou manque de conviction, ce qui se trame à l’UE !
    Du mal à avancer en cohérence pour la Transition et les EnR !
    Slts
    Guy

    Répondre
  • En France, le taux d’énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie n’a été que de 19,3 % en 2021. Que de chemin à parcourir encore ! Ce sera d’autant plus difficile que le nucléaire nous coûte très, très cher, trop cher.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.