Gazprom cesse d’utiliser la portion polonaise du gazoduc Yamal-Europe - L'EnerGeek

Gazprom cesse d’utiliser la portion polonaise du gazoduc Yamal-Europe

gazprom cesse utiliser portion polonaise gazoduc yamal-europe - L'Energeek

Ce jeudi 12 mai 2022, la Russie a annoncé une vague de contre-sanctions économiques contre l’Occident, visant le secteur énergétique et gazier. Gazprom va ainsi cesser de collaborer avec la société polonaise EuRoPol GAZ, qui exploite la partie polonaise du gazoduc Yamal-Europe, bloquant de faite son utilisation. Une bonne part des autres sanctions vise des sociétés appartenant à Gazprom Germania, passé sous contrôle du gouvernement allemand. En réaction à ces annonces, les cours du gaz sont repartis à la hausse.

Les sanctions russes contre l’énergie occidentale poussent Gazprom à bloquer le gazoduc Yamal-Europe

Le gazoduc Yamal-Europe relie les champs gaziers de la péninsule russe de Yamal, au Nord du pays, à l’Allemagne, en traversant le Bélarus et la Pologne. Il est, avec Nord Stream 1, l’un des principaux axes d’approvisionnement de l’Europe occidentale en gaz russe.

Ce gazoduc est la principale victime d’une vague de contre-sanctions économiques décidées par la Russie, ce 11 mai 2022, pour réagir aux sanctions imposées par l’Union Européenne, les Etats-Unis et Singapour. Moscou a ainsi ciblé 31 sociétés du secteur énergétique, notamment gazier. Ces sanctions interdisent notamment les transactions financières et l’entrée dans les ports russes de navires liés aux sociétés concernées.

Parmi les sociétés visées figure EuRoPol GAZ S.A., le propriétaire de la partie polonaise du gazoduc Yamal-Europe. Ce 12 mai 2022, Gazprom a ainsi indiqué que ces sanctions impliquent bien « une interdiction d’utiliser un gazoduc appartenant à EuRoPol GAZ pour transporter du gaz russe à travers la Pologne ».

Le géant gazier russe précise que « la partie polonaise a violé à plusieurs reprises les droits de Gazprom en tant qu’actionnaire d’EuRoPol GAZ et, le 26 avril 2022, a inscrit Gazprom sur la liste des sanctions, bloquant la possibilité pour l’entreprise d’exercer des droits sur les actions et autres titres d’EuRoPol GAZ, et recevoir des dividendes ».

Dans les faits, cela revient à cesser d’utiliser Yamal-Europe pour livrer du gaz à l’Union Européenne.

Les tensions sur l’approvisionnement provoquent une nouvelle hausse des cours du gaz en Europe

La plupart des autres entreprise visées par les sanctions sont des filiales de Gazprom Germania, ex-filiale du géant russe, passée sous contrôle de l’État allemand au nom de la souveraineté énergétique du pays. En revanche, ces sanctions ne touchent pas le gazoduc Nord Stream 1, partiellement offshore et reliant directement la Russie à l’Allemagne.

Fin avril, Gazprom avait déjà cessé de livrer la Pologne et la Bulgarie en gaz fossile, les deux pays refusant de le payer en roubles. Dans le même temps, l’Ukraine a annoncé ce 11 mai que l’approvisionnement en gaz de l’Europe par la route gazière Sokhranivka, dans la région de Lougansk, avait été, pour la première fois depuis le début de la guerre, interrompu.

Ces annonces ont provoqué un fort rebond des cours du gaz naturel en Europe. La référence du marché du gaz naturel européen, le TTF néerlandais, a ainsi clôturé ce 12 mai à +12,5%, à 105,50 euros le MWh après avoir atteint les 115,00 euros le MWh.

« Moscou a tiré une deuxième salve de perturbations gazières sur l’Europe, provoquant de nouvelles incertitudes et une flambée des prix », estime Kaushal Ramesh, de Rystad Energy.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 24 Avr 2015
EDF s'est lancé il y a quelques années dans un important programme de modernisation de son parc thermique, qui affiche une puissance de 12.600 MW et contribue à assurer la stabilité du réseau électrique français. Un programme qui comprenait notamment l'arrêt…
Deux semaines après avoir publié le bilan du débat public sur la révision de la Programmation pluriannuelle de l’énergie, la Commission particulière du débat public (CPDP) et son président Jacques Archimbaud présentait officiellement mercredi 12 septembre 2018 les enseignements clés…
mar 28 Fév 2017
Alors que la production de gaz vert reste toujours insuffisante en France pour espérer atteindre les objectifs de la loi de transition énergétique, selon le dernier panorama du gaz renouvelable publié par le SER, le gouvernement a décidé vendredi 24…
mar 25 Juil 2017
Alors que fournisseurs d’énergies et autres industriels se démènent pour améliorer l’efficacité énergétique des logements via le progrès technologiques et la numérisation progressive des réseaux, la réduction de l’empreinte carbone individuelle dépend surtout de la bonne volonté de chaque consommateur.…

COMMENTAIRES

  • Une des nombreuses solutions pour nettement réduire la consommation énergétique et se passer de gaz :

    Enerdrape (combinaison de “énergie et rideau”), start-up issue de l’Ecole Polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) : la géothermie sans forage

    Panneaux thermiques architecturaux légers connectés à une pompe à chaleur exploitant et optimisant la chaleur naturelle des parkings, tunnels, caves, sous-sols, etc (sans les frigorifier ! )

    Ils peuvent contribuer jusqu’à 60% du chauffage d’un bien immobilier, où à son refroidissement l’été, et se déployer dans les sous-sols à un coût additionnel marginal proche de la gratuité en renforçant l’autonomie énergétique.

    Ces panneaux fonctionnent selon le même principe qu’une sonde géothermique: ils puisent la chaleur du béton ou de l’air, ce qui chauffe l’eau à l’intérieur d’un circuit fermé de tuyaux passant en leur sein et alimentent une pompe à chaleur, mais sans forage car on ne puise pas l’énergie en profondeur. L’eau gagne ainsi une moyenne de 5 degrés, de quoi engendrer des coefficients de performances plus élevés des pompes à chaleur tout en assurant une partie du stockage donc de permettre une énergie différée aux moments de consommations les plus opportuns

    On produit la même quantité d’énergie de jour comme de nuit, car dans les sous-sols la chaleur est constante.

    L’efficacité du système dépend du bâtiment qui en bénéficie: 1 m2 de panneau chauffera 5 m2 s’il répond aux dernières normes ou sinon 2 m2 pour un bâtiment mal isolé.

    Le potentiel est élevé : Enerdrape estime à 50 millions de m² la seule surface de parkings souterrains en Europe

    https://enerdrape.com/fr/notre-solution/

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.