Le conflit en Ukraine pousse les prix des combustibles fossiles vers des records - L'EnerGeek

Le conflit en Ukraine pousse les prix des combustibles fossiles vers des records

conflit ukraine pousse prix combustibles fossiles records - L'Energeek

Les cours du pétrole et du gaz naturel continuent de s’envoler dans le monde, dépassant ce 2 mars 2022 des maximums jamais atteints depuis dix ans. Le conflit en Ukraine, et les craintes qu’il fait peser sur les exportations russes de combustibles fossiles, expliquent cette nouvelle flambée, que l’Opep+ n’a pas pu (ou pas voulu) contenir.

Les cours du pétrole et du gaz naturel atteignent des sommets historiques

Après un épisode de hausse vertigineuse à l’automne 2021, les prix de l’énergie connaissent une nouvelle flambée, attisée d’une part par les mêmes causes (reprise économique mondiale plus rapide et plus forte que prévue, tensions géopolitiques dans plusieurs pays exportateurs de combustibles fossiles), d’autre part par le conflit armé en Ukraine, et le risque de voir la Russie limiter ses exportations de pétrole de de gaz naturel, par choix ou suite à des sanctions économiques.

Du coté du pétrole, le prix du WTI américain a atteint 108,36 dollars, en hausse de 4,81%, ce 2 mars 2022 en clôture, après avoir grimpé jusqu’à 112,51 dollars, un record depuis 2013. Le Brent de la mer du Nord a lui progressé de 5,78%, à 111,00 dollars, après avoir atteint dans la journée 113,94 dollars, un record depuis 2014. Cette hausse s’est poursuivie ce 3 mars, avec un WTI dépassant les 115 dollars, et un Brent approchant les 120 dollars.

Même constat pour le gaz naturel. Le TTF néerlandais a vu son cours exploser ce 2 mars, avec une hausse de 36,05 %, à 165 euros le MWh, après avoir atteint dans la journée 194,715 euros, un sommet historique. Le gaz britannique approchait quant à lui son record de décembre 2021.

La guerre en Ukraine met en péril les exportations russes de combustibles fossiles

Ces nouvelle hausses suivent la décision des pays de l’Opep+, Arabie Saoudite et Russie en tête, de ne pas augmenter leur production, malgré le contexte mondial. Une décision qui s’explique par le fait que « l’Opep n’est déjà pas en mesure d’atteindre ses propres quotas de production dans plusieurs pays », selon Tamas Varga, de PVM, mais aussi par un refus catégorique de la Russie.

Moscou sait que ses combustibles fossiles sont un de ses atouts maîtres dans le jeu géopolitique et économique, la Russie demeurant le deuxième exportateur de pétrole dans le monde et fournissant 40 % du gaz naturel de l’Union Européenne.

Le secteur énergétique est d’ailleurs pour l’heure épargné par les sanctions économiques utilisées pour faire pression sur le Kremlin pour qu’il mette fin à l’offensive en Ukraine. Sept banques russes ont ainsi été déconnectées du système financier international Swift, mais l’Union Européenne a épargné les deux banques russes les plus liées au pétrole et au gaz naturel.

Mais l’Occident pourrait finir par se décider à interdire les importations de pétrole ou de gaz naturel russe – le président américain, Joe Biden, ne l’a d’ailleurs pas exclu. En attendant, l’Agence Internationale de l’Energie a annoncé, ce 2 mars 2022, la mise sur le marché de 60 millions de barils tirés des réserves de ses pays membres – dont la moitié par les États-Unis -, sans arrêter la flambée des cours.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 16 Mai 2024
L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a ajusté à la baisse ses prévisions de croissance de la demande de pétrole pour 2024, citant une série de facteurs économiques et environnementaux. Pétrole : un ralentissement de la demande en Europe L'Agence internationale…
mer 17 Jan 2024
La Norvège change son fusil d'épaule. Mardi 16 janvier 2024, le pays scandinave a annoncé l'octroi d'un nombre record de nouvelles licences pétrogazières dans le but de garantir sa souveraineté énergétique.   Gaz : la Norvège veut assurer sa position…
lun 28 Mar 2022
L’augmentation des prix du gaz et de l’électricité conduit de nombreux Français à réaliser des travaux de rénovation énergétique dans leur logement.  Avant même que la guerre en Ukraine n’accroisse les prix de l’énergie, 53% des Français souhaitaient déjà effectuer…
mer 5 Oct 2022
Sur le front de l’énergie, au moins une bonne nouvelle : le 5 octobre 2022, la Commission de régulation de l’énergie annonce que les réserves de gaz français sont pleines à 100 %. Si l’on remonte dans le temps, on…

COMMENTAIRES

  • AIE : les renouvelables et 10 mesures pour réduire de plus d1/3 en seulement 1 an la consommation et la dépendance aux énergies fossiles qui servent à financer les dépenses et exactions militaires de Poutine dont 1 seul de ses missiles Satan 2 à 12 têtes nucléaires peut raser la France

    Cà correspondrait à une baisse de l’appel annuel de l’UE sur les importations de gaz russe de plus de 50 milliards de m3 en un an et les réductions d’émissions et impacts favorables sur la santé qui vont avec

    https://www.iea.org/reports/a-10-point-plan-to-reduce-the-european-unions-reliance-on-russian-natural-gas

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.