Malgré les pressions et les polémiques, le nucléaire devrait rester dans la taxonomie - L'EnerGeek

Malgré les pressions et les polémiques, le nucléaire devrait rester dans la taxonomie

malgre-pressions-polemiques-nucleaire-devrait-rester-taxonomie

Depuis l’annonce, le 31 décembre 2021, de l’intégration du nucléaire (et du gaz naturel) dans la taxonomie verte de l’Union Européenne, en tant qu’énergies de transition, les débats et les polémiques font rage. Des pays estiment la mesure insuffisante pour déployer l’atome à grande échelle, comme la République Tchèque, d’autres menacent de porter plainte contre la Commission Européenne pour ce soutien au nucléaire, comme l’Autriche. En attendant, Mairead McGuinness, commissaire aux Marchés financiers de l’Union Européenne, a annoncé, ce 26 janvier 2022, que la proposition de taxonomie verte ne devrait pas être modifiée en profondeur d’ici à la présentation de sa version finale.

La taxonomie verte que présentera la Commission le 2 février 2022 devrait probablement être validée telle quelle

Le 31 décembre 2021, la Commission Européenne a présenté son projet de taxonomie verte, incluant le gaz naturel et le nucléaire comme « énergie de transition », et donc éligibles, avec des contraintes fortes, à des financements « verts ». Cette présentation ouvrait à trois semaines de discussions avec les Etats avant validation, durée ramenée à cinq semaines devant l’ampleur de la contestation.

C’est donc le 2 février 2022 que la Commission présentera sa nouvelle version du texte. Cette taxonomie verte sera considérée comme définitivement adopté quatre mois après sa publication, sauf rejet par une majorité simple au Parlement européen ou par une majorité qualifiée des États au Conseil Européen – soit 20 États sur 27, ce qui paraît impossible.

Sachant que la présence du gaz naturel et du nucléaire font toutes les deux polémiques, mais ne sont pas toujours défendues par les mêmes Etats (même si certains, notamment à l’Est, veulent s’appuyer sur les deux pour leur transition énergétique), il est également peu probable que le Parlement Européen rejette la proposition de la Commission.

En conclusion, la version présentée ce 2 février fixera, selon toute probabilité, les financements auxquels auront droit l’atome et le gaz fossile. D’où l’intense lutte d’influence qui a été relancée depuis début 2022 sur ce sujet, en particulier sur le nucléaire.

Peu de changements à attendre, malgré la polémique : le nucléaire devrait rester une « énergie de transition » de la taxonomie verte

Le Luxembourg, l’Allemagne et l’Autriche se sont, à nouveau, opposés à cette décision. « En tant que gouvernement fédéral, nous avons une fois de plus clairement exprimé notre rejet de l’inclusion de l’énergie nucléaire. Elle est risquée et coûteuse », ont ainsi déclaré les ministres allemands de l’Économie Robert Habeck et de l’Environnement Steffi Lemke.

L’Autriche a été encore plus loin en menaçant de porter plainte contre la Commission Européenne si elle ne modifie pas sa proposition de taxonomie verte. Seul le Luxembourg s’est dit prêt à suivre Vienne dans cette voie.

A l’inverse, la Tchéquie a souligné que les limites aux financements verts du nucléaire dans la version actuelle de la taxonomie mettaient en péril le plan de développement de l’électricité du pays, et pourrait menacer la construction programmée de nouveaux réacteurs indispensables à Prague pour atteindre la neutralité carbone.

Pour autant, le texte ne devrait pas connaître de francs bouleversements, du moins selon une déclaration de Mairead McGuinness, commissaire aux Marchés financiers, dans une interview au Frankfurter Allgemeine Zeitung, ce 26 janvier 2022.

« Nous pourrions être en mesure de modifier sur un point ou l’autre notre proposition pour répondre à certaines objections. Mais nous avons vraiment une marge de manœuvre limitée », a-t-elle affirmé.

Certaines clauses pourraient connaître de légères modifications, mais, de façon presque certaine, gaz naturel et nucléaire seront classées comme « énergies de transition », et donc éligibles pendant un temps limité aux financements verts.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 10 Mar 2022
Le chancelier allemand Olaf Scholz a douché les faibles espoirs ukrainiens en rappelant lundi 7 mars que les importations de gaz russe restent, à l’heure actuelle, « essentielles pour l’Europe ». Un désaveu pour l’Union européenne qui, en pleine guerre russo-ukrainienne, cherche…
ven 19 Avr 2019
C’est la fin d’un long parcours pour l’usine Creusot Forge de Framatome (ex-Areva NP). Lorsqu’en 2015, un audit, entrepris par ex-Areva NP, met en évidence des écarts qualité, des modifications ou des omissions dans les dossiers de fabrication de composants confectionnés…
mar 19 Avr 2022
Alors que le conflit ukrainien semble déjà entraîner la réouverture de plusieurs centrales à charbon en Europe, le dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), publié le 4 avril dernier, fournit des arguments pertinents en faveur…
ven 19 Oct 2018
Un mois après l'assignation en justice d'Orano par Greenpeace, la justice française a statué mardi 16 octobre 2018 en faveur du géant industriel français et débouté l’ONG de sa demande. Celle-ci accusait Orano de stocker des déchets étrangers sur le…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.