La ville de New-York signe la fin du gaz naturel dans les bâtiments neufs - L'EnerGeek

La ville de New-York signe la fin du gaz naturel dans les bâtiments neufs

ville new-york fin gaz naturel batiments neufs - L'Energeek

Ce 15 décembre 2021, le Conseil Municipal de New-York a voté une loi interdisant le raccordement au gaz naturel pour la majorité des nouvelles constructions, qui entrera en vigueur en 2023 pour les petits immeubles, et 2027 pour les grands. C’est une première aux Etats-Unis.

New-York interdit le gaz naturel dans le neuf à partir de 2023 et 2027

Les bâtiments représentent aujourd’hui 70 % des émissions de gaz à effet de serre de la ville de New-York, aux Etats-Unis. La cité, lancée dans un verdissement de son électricité (objectifs : 70 % d’EnR dans le mix en 2030, neutralité carbone en 2040), a décidé de cibler le secteur résidentiel pour accélérer sa transition énergétique.

Ce 15 décembre 2021, le Conseil Municipal de New-York a donc adopté une nouvelle loi, qui interdira l’usage du gaz naturel ou du mazout dans les nouveaux immeubles construits dans la ville. La mesure rentrera en vigueur dès 2023 pour les immeubles de moins de 7 étages ; il faudra attendre 2027 pour les immeubles plus grand.

La loi doit encore être signée par le maire Bill de Blasio, une simple formalité puisqu’il la défend. Les bâtiments anciens ne sont en revanche pas concernés par la mesure, qui fait également une exception pour les hôpitaux, les cuisines commerciales et les laveries automatiques, qui pourront continuer à utiliser le gaz naturel.

« Si la plus grande ville d’Amérique peut prendre cette mesure critique pour interdire l’utilisation du gaz, n’importe quelle ville peut faire de même. C’est ainsi que l’on lutte contre le changement climatique au niveau local et que l’on garantit une ville verte pour les générations à venir », s’est félicité Bill de Blasio dans un communiqué.

Des émissions de 2,1 millions de CO2 évitées d’ici 2040

Le think tank RMI estime que la mesure devrait permettre d’éviter l’émission de 2,1 millions de tonnes de CO2 d’ici 2040, et pourrait conduire, sur les projets de construction, à des économies globales de plusieurs centaines de milliers de dollars, en évitant les travaux de raccordement au réseau de gaz naturel.

Cette loi permettra aussi de réduire la pollution de l’air intérieur dans les quartiers les plus pauvres, ainsi que le risque d’explosion, même si, pour ces risques, les bâtiments anciens insalubres sont davantage concernés que les immeubles neufs.

Plusieurs autres villes américaines ont décidé d’interdire le raccordement au gaz naturel de certains types de bâtiments neufs pour des raisons climatiques, comme San Francisco, Berkeley et San Jose (Californie), Cambridge (Massachusetts) ou Seattle (Washington). A l’inverse, le Texas ou l’Arizona ont adopté des lois interdisant aux villes ce genre de mesures. Les défenseurs de l’environnement espèrent étendre cette mesure à l’ensemble de l’Etat de New-York puis, à terme, au niveau fédéral.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 15 Fév 2017
Si les émissions de CO2 du secteur aérien n'entrent pas dans l'accord de Paris (COP21), les compagnies aériennes doivent cependant faire leur part du chemin pour contenir les gaz à effet de serre. Les biocarburants alternatifs durables ont dans ce…
mer 28 Juin 2017
Interrogé sur BFMTV/RMC vendredi 23 juin 2017, le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire a détaillé les premières mesures qu’il compte mettre en œuvre en matière de politique énergétique. Fervent défenseur de l’environnement, Nicolas Hulot entend notamment donner…
ven 2 Oct 2015
Le premier producteur d’électricité au monde entame une revue stratégique de ses actifs dans les énergies fossiles, conformément au souhait de son PDG, Jean-Bernard Lévy. Le 28 septembre dernier, la sous-secrétaire d'Etat au ministère de l'Industrie italien, Simona Vicari, a…
ven 2 Fév 2018
Fort d'une production d'énergie renouvelable en pleine progression, le Chili intensifie ses efforts pour lutter contre le changement climatique et prévoit d’atteindre un mix énergétique à 90% renouvelable dès 2050. Le ministre de l’énergie Andrés Rebolledo souhaite pour cela abandonner…

COMMENTAIRES

  • Mouais…
    une mesure surtout symbolique.
    Etant donné le taux de renouvellement des immeubles, dans une ville comme new-york, cette mesure va toucher très peu d’immmeubles.
    Et si le but c’est de remplacer par des pompes à chaleur dont l’électricité provient de centrale à gaz alors le bilan CO2, c’est ZERO !!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.