San Francisco tourne le dos au gaz naturel, Engie le veut 100% renouvelable - L'EnerGeek

San Francisco tourne le dos au gaz naturel, Engie le veut 100% renouvelable

san francisco interdir gaz naturel engie renouvelable - L'Energeek

Ce jeudi 19 novembre 2020, la ville de San Francisco a annoncé qu’elle allait désormais interdire l’usage du gaz naturel dans les bâtiments neufs. Le même jour, Engie a réaffirmé son ambition de proposer du gaz 100% renouvelable en 2050, en présentant un nouveau procédé permettant la création de gaz vert.

San Francisco proscrit l’usage du gaz naturel dans les bâtiments neufs, y compris en construction

La transition énergétique avance sur le front du gaz naturel. Ce 19 novembre 2020, deux informations sont venues étayer la volonté globale des acteurs énergétiques mondiaux de s’affranchir des sources émettrices de gaz à effet de serre.

Ainsi, la municipalité de San Francisco a annoncé que tous les bâtiments neufs, en construction ou à construire, ne pourront désormais plus utiliser de gaz naturel comme source d’énergie, chauffage ou cuisson. Une dérogation sera exclusivement accordée aux cuisines des restaurants. Pour le reste la décision s’appliquera à 54 000 habitations et à 3 millions de m2 d’espaces commerciaux en cours de construction. En 2019, la ville de Berkley, voisine de San Francisco, avait pris une décision similaire.

La ville veut réussir au plus vite sa transition énergétique et entend privilégier pour cela l’électricité, déjà produite, en Californie, en grande partie par des énergies renouvelables. En effet, 40% des émissions totales de la ville proviennent du bâtiment résidentiel et commercial, en grande partie à cause de la combustion du gaz naturel. Plus globalement, la ville s’est fixé comme objectif de se fournir à 50% en renouvelables d’ici fin 2020, et à 100% dès 2030.

Cette mesure devra donc s’étendre, progressivement, aux bâtiments dans l’ancien : « nous travaillons avec les autorités à un plan qui permettrait de moderniser aussi les anciennes habitations en les reliant intégralement au réseau électrique », note Chris Naso, un des leaders de la « Campagne pour l’interdiction du gaz naturel dans la baie » de San Francisco.

Engie présente un nouveau procédé de production d’un gaz vert

Ce même jour, Engie a présenté un nouveau procédé permettant de produire du gaz vert et renouvelable. Pour l’heure, la quasi-totalité du biogaz produit annuellement par Engie (270 GWh/an, soit 10% de la production du géant énergétique) est issu de la méthanisation des déchets putrescibles.

Mais le groupe veut désormais produire du gaz vert à partir de matériaux durs et secs : « il s’agit de produire du méthane à partir de toute matière sèche contenant de la lignocellulose », explique Alessandra Barba, responsable du laboratoire biomasse chez Engie. Dans le détail, pourraient être valorisés : produits forestiers, déchets agricoles, à base de papier, de bois, vieux meubles, palettes et même noyaux…

Engie mis en service un démonstrateur près de Lyon, fin 2019, avec des résultats impressionnants : « le rendement final est excellent, autour de 80 %, le procédé n’émet aucun gaz toxique et produit, outre un peu de cendres, du gaz naturel utilisable dans le réseau ou comme carburant pour véhicule, tout en émettant de la chaleur récupérable », précise Allesandra Barba.

Le groupe a débloqué d’importants investissements afin de produire du biogaz grâce à ce procédé, à échelle industrielle, dès 2023. Engie ambitionne de vendre 100% de gaz d’origine renouvelable en 2050.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 13 Déc 2017
Inscrite dans le Grand plan d’investissement du quinquennat et dans la concertation du "Plan rénovation énergétique des bâtiments", la lutte contre les passoires thermiques est au premier plan des priorités gouvernementales. Le ministère de la Transition écologique et solidaire entend…
ven 18 Avr 2014
Le 18 avril, EDF a annoncé qu’il allait créer une co-entreprise avec le groupe Datang dans le but de construire et d'exploiter sa première centrale au charbon de nouvelle génération en Chine. La Chine profite de l'abondance du charbon et…
lun 3 Mai 2021
En Pologne, le gouvernement et les syndicats ont signé, ce 30 avril 2021, un accord préliminaire visant la fermeture de toutes les mines de charbon du pays en 2049. Le texte prévoit notamment un programme de reconversion et des indemnités…
dim 13 Déc 2015
Après le tonnerre d’applaudissements, samedi 12 décembre, venu clore la conférence sur le climat de Paris, que restera-t-il de cette COP21 ? Si les 195 participants ont signé l’accord final proposé par Laurent Fabius, il doit encore être ratifié dans chaque pays. De…

COMMENTAIRES

  • Il est également important au plan parlementaire de prévoir plus rapidement la récupération, entre autres, du phosphore qui va manquer, depuis les stations d’épuration.

    La gazéification hydrothermale des effluents cette fois liquides et/ou humides dispose déjà de plusieurs démonstrateurs dans le monde et permettent avec des rendements entre 60 et 90% le traitement des micro-algues, boues de stations d’épuration, digestat d’unités biogaz, micro-plastiques des stations, autres déchets humides notamment des installations agricoles en Bretagne etc donc sources de nitrates et algues vertes, d’industries entre autres papetière, agro-alimentaire etc.

    Mise en place en France dès 2025. Potentiel plus d’1/3 de la consommation française de gaz à horizon 2050 mais çà vaut la peine d’anticiper et préparer un déploiement assez rapide vus les multiples avantages et la large gamme des unités concernées de toutes tailles, connectées ou non au réseau classique gaz avec élimination des phases de transport et stockage, production rapide et en continu et récupération de 90% du phosphore indispensable à la vie

    https://www.youtube.com/embed/E1LzvZHASjg

    .

    Répondre
  • En complément il est également important au plan parlementaire de prévoir plus rapidement la récupération, entre autres, du phosphore qui va manquer, depuis les stations d’épuration.

    La gazéification hydrothermale des effluents cette fois liquides et/ou humides dispose déjà de plusieurs démonstrateurs dans le monde et permettent avec des rendements entre 60 et 90% le traitement des micro-algues, boues de stations d’épuration, digestats d’unités biogaz, micro-plastiques des stations, autres déchets humides notamment des installations agricoles en Bretagne etc donc sources de nitrates et algues vertes, d’industries entre autres papetière, agro-alimentaire etc.

    Mise en place en France dès 2025. Potentiel plus d’1/3 de la consommation française de gaz à horizon 2050 mais çà vaut la peine d’anticiper et préparer un déploiement assez rapide vus les multiples avantages et la large gamme des unités concernées de toutes tailles, connectées ou non au réseau classique gaz avec élimination des phases de transport et stockage, production rapide et en continu et récupération de 90% du phosphore indispensable à la vie

    https://www.youtube.com/embed/E1LzvZHASjg

    .

    Répondre
  • Quelle que soit la solution retenue pour le produire, le biogaz zéro CO2 est indispensable pour le 100% renouvelable car c’est, en attendant un éventuel remplacement de cette solution par de l’hydrogène produit par les excédents éoliens, le meilleurs moyens de palier les insuffisances des renouvelables variables éoliens et solaires des périodes de météo défavorables.
    Aujourd’hui rien n’empêche de se diriger directement vers cette solution conduisant au 100% de renouvelable à la vitesse des investissements consentis dans l’éolien, le solaire, les centrales à gaz, et les divers moyens de produire ce gaz.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.