Réchauffement climatique : dans le monde, seule la Gambie est dans les clous de l'accord de Paris - L'EnerGeek

Réchauffement climatique : dans le monde, seule la Gambie est dans les clous de l’accord de Paris

rechauffement climatique seule gambie dans clous accord paris - L'Energeek

A moins de deux mois de la COP26 de Glasgow, à l’importance sans doute déjà décisive, l’ONG Climate Action Tracker publie, ce 16 septembre 2021, un bilan des politiques climatiques mises en œuvre par 35 pays et l’Union Européenne, en terme de mesures effectives et d’objectifs. Or, un seul suit la trajectoire d’un réchauffement climatique sous les 1,5°C à la fin du siècle, comme promis par l’accord de Paris : la Gambie – qui représente 0,0016% des émissions mondiales de CO2 en 2019 ! Union Européenne et Etats-Unis sont classés dans les politiques “insuffisantes”, Chine et Inde dans les “hautement insuffisantes”, la Russie dans les “critiquement insuffisantes”.

Les politiques mondiales sont aujourd’hui insuffisantes pour maintenir le réchauffement climatique sous les 1,5°C

La COP26 se tiendra début novembre 2021 à Glasgow, au Royaume-Uni. Reportée d’un an pour cause de pandémie de Covid-19 (elle aura donc lieu deux ans après la COP25) son importance n’en est que plus cruciale. C’est en effet à cette échéance que les différents Etats signataires de l’Accord de Paris doivent présenter leurs feuilles de route pour tenir l’objectif mondial de limiter le réchauffement climatique sous les 1,5°C.

Mais, alors même que les signaux d’alarme se multiplient, tant par la fréquence des phénomènes climatiques extrêmes que via des études toujours plus accablantes sur l’urgence à agir, comme le dernier grand rapport du Giec, les politiques des Etats du monde demeurent drastiquement insuffisantes.

C’est la conclusion de la dernière analyse de l’ONG Climate Action Tracker, publiée ce 16 septembre 2021. L’étude porte sur 35 pays du monde ainsi que l’Union Européenne dans son ensemble. L’analyse inclue certes des « petits » pays en terme de taille et d’émission de CO2 (Nepal, Singapour, Costa Rica, Ethiopie…), mais tous les plus gros pollueurs sont là aussi. Au total, les Etats pris en compte représentent 80% des émissions mondiales.

L’ONG a ensuite classé ces différents Etats en fonction de l’adéquation entre, d’une part, les mesures prises et les objectifs ayant force de loi sur l’urgence climatique, et, d’autre part, la nécessité de ne pas dépasser un réchauffement climatique de 1,5°C depuis l’ère pré-industrielle.

Réchauffement climatique : pour respecter l’accord de Paris, l’échéance de 2030 est la plus stratégique

Au final, un seul Etat passe le test de Climate Action Tracker, et disposerait donc d’une politique compatible avec l’Accord de Paris, la Gambie. Soit un pays ayant émis 592 000 tonnes de CO2 en 2019. Soit… 0,0016% des 36,8 milliards de tonnes d’émissions mondiales liées à la combustions des énergies fossiles et à la fabrication du ciment…

Suivent ensuite les pays aux politiques « presque suffisantes ». Le Royaume-Uni y est le seul pollueur de très grande importance, aux cotés du Maroc, du Nigeria ou du Kenya. Les Etats-Unis et l’Union Européenne mènent le groupe des pays aux politiques jugées « insuffisantes » – même si le rapport salue le fait que ces deux géants ont récemment opté pour des politiques beaucoup plus ambitieuses. On retrouve aussi dans ce groupe le Japon, la Norvège, l’Afrique du Sud ou le Chili.

La Chine, devenu depuis plusieurs années le plus gros émetteur mondial de gaz à effet de serre (27% du total), mène, selon Climate Action Tracker, une politique de réduction carbone « hautement insuffisante », tout comme plusieurs autres géants démographiques ou économiques, comme l’Inde, le Brésil, l’Australie, la Corée du Sud, l’Indonésie ou le Mexique. L’ONG pointe enfin cinq Etats aux politiques « critiquement insuffisantes ». La Russie est en tête de ces mauvais élèves, aux cotés de l’Iran, de l’Arabie Saoudite, de la Thaïlande et de Singapour.

Climate Action Tracker insiste par ailleurs sur la nécessité d’agir vite, à échéance courte ou moyenne. En effet, si de très nombreux pays se sont donnés un objectif de neutralité carbone en 2050, « l’échéance la plus importante est celle de 2030, date à laquelle les émissions globales doivent avoir été réduites de 50 %. Les gouvernements sont mal partis pour l’atteindre », critique le rapport.

Le texte souligne d’ailleurs que de trop nombreux objectifs de neutralité carbone sont flous et vagues. Or, et c’est tout l’enjeu de la prochaine COP, le monde a besoin d’objectifs à court terme, précis, clair et contraignants.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 3 Jan 2023
La baisse des prix du gaz observée en Europe depuis la mi-décembre, qui semble se poursuivre en ce début d’année 2023, masque malheureusement une autre réalité : A l’heure de la reconstitution des stocks de gaz pour l’hiver prochain, le…
L'industrie automobile américaine pourrait bien être sur le point de gravir une nouvelle marche vers la mobilité durable pour les véhicules lourds. Les équipes de l'entreprise Achates Power et du Laboratoire national Argonne sont en train de développer un nouveau…
mer 17 Avr 2024
Bercy vise à installer un million de pompes à chaleur d'ici à 2027, promettant une réduction significative de la dépendance aux énergies fossiles et un élan pour l'emploi avec la création de 47 000 postes. Les aides pour les pompes…
L'augmentation des prix de l'électricité en février 2024 a secoué les budgets de nombreux Français. Selon une enquête de Rothelec, plus de la moitié des ménages prévoient de réduire encore davantage leur consommation et se tournent de plus en plus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.