Landes : Enedis lance Reflex, pour l'effacement des centrales photovoltaïques en cas de surproduction - L'EnerGeek

Landes : Enedis lance Reflex, pour l’effacement des centrales photovoltaïques en cas de surproduction

landes enedis reflex effacement photovoltaiques surproduction - L'Energeek

Ce 15 septembre 2021, Enedis a lancé l’appel au marché de Reflex, dans les Landes : ce projet smart grid va piloter l’effacement de la production de certains producteurs d’électricité renouvelable (en particulier photovoltaïque) en cas de forte surproduction. Le but est de pouvoir raccorder davantage de centrales renouvelables sur chaque poste source, sans avoir à effectuer des travaux d’infrastructures supplémentaires. Le gain espéré est de 130 MWc de puissance renouvelable supplémentaire. Une expérimentation du même ordre est en cours dans la Somme.

Pourquoi la surproduction photovoltaïque ou éolienne peut être dangereuse pour le réseau électrique

L’injection d’électricité issue de sources renouvelables intermittentes pose plusieurs types de soucis au réseau électrique. Si les situations où la production est trop faible pour la consommation sont plus souvent mises en avant, notamment parce qu’elles imposent l’utilisation de sources d’appoint pilotables, celles où la production est trop importantes sont tout aussi problématiques.

En effet, si, à un instant T, l’injection d’électricité sur un réseau électrique dépasse la consommation, la tension sur ce réseau va augmenter, dépassant sa fréquence normale (50 Hz), au risque de dommages considérables sur les équipements électriques. Il est dès lors indispensable de maintenir un équilibre constant entre production et consommation d’électricité sur un réseau électrique.

L’intermittence d’une source de production électrique peut donc devenir hautement problématique si la production devient trop forte pour la consommation. C’est notamment le cas du photovoltaïque, durant des journées de plein ensoleillement en été. Dans ces moments où la consommation électrique en éclairage et en chauffage est limitée, le risque d’un pic de tension est réel.

Qui plus est, un poste source électrique est dimensionné pour recevoir une quantité maximale d’électricité. Si un trop grand nombre de centrales intermittentes sont branchées dessus, il risque d’importants dommages en cas de pic de production.

Reflex, une solution d’effacement de la production renouvelable, qu’Enedis va expérimenter pendant trois ans

C’est pour répondre à ces problématiques qu’Enedis développe différentes solutions de flexibilité, en particulier des dispositifs d’effacement de la production photovoltaïque (qu’il ne faut surtout pas confondre avec l’effacement de la consommation, autre outil de la flexibilité, mais en cas de consommation dépassant la production). Ce 15 septembre 2021, Enedis a ainsi lancé l’appel de marché du projet Reflex dans les Landes.

Cette expérimentation, développée également dans la Somme, va permettre d’effacer une partie de la production photovoltaïque en cas de surproduction. Reflex a donc pour objectif d’augmenter la quantité de centrales photovoltaïques raccordées au réseau sans infrastructures supplémentaires.

En effet, une fois ce dispositif mis en place, « les installations éoliennes et photovoltaïques pourront être raccordées sans attendre des travaux supplémentaires notamment dans les postes-sources en permettant l’augmentation des capacités d’accueil en contrepartie d’écrêtements ponctuels des producteurs », selon Enedis.

Pour vulgariser, Christophe Cres, directeur territorial d’Enedis dans les Landes, décrit Reflex comme un “bison futé de l’électricité” :“Sur une autoroute à deux voies, on ne va pas mettre une troisième voie pour un ou deux jours d’embouteillages dans l’année. On va plutôt demander aux conducteurs d’éviter de se déplacer. Le principe de Reflex est un peu le même : quelques heures dans l’année, on va demander à des producteurs photovoltaïques dans les Landes de s’effacer”, explique-t-il.

Dans le détail, un centre de prévision de la production photovoltaïque situé à Pau pourra anticiper les flux à J+1. Si la production menace de dépasser la consommation, le smart grid demandera aux producteurs d’éteindre quelques-uns de leurs panneaux solaires pendant une courte durée (10 à 15 heures par an). Permettant ainsi de lisser la production, et autorisant, de fait, de raccorder davantage d’installations photovoltaïques sur le territoire, sans risquer de surproduction.

Enedis estime que l’ensemble du dispositif permettra de raccorder 200 MWc de puissance supplémentaire sur les deux territoires, dont 130 MWc dans les Landes. Reflex participe ainsi à l’ambition du département d’atteindre une électricité 100% renouvelables à horizon 2030. L’expérimentation va se poursuivre jusqu’en 2024 et, en cas de succès, elle pourra être étendue sur l’ensemble du territoire.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 28 Jan 2015
Selon le rapport « The Future of Electricity » du Forum économique mondial, les énergies renouvelables ne sont pas judicieusement déployées en Europe. Des panneaux photovoltaïques et des éoliennes ont été excessivement implantés dans des endroits qui ne leur sont pas les mieux adaptés. Pour…
lun 21 Août 2017
Que vous soyez acheteur potentiel ou vendeur d’une maison ou d’un bâtiment, connaître en détails la performance énergétique du logement en question est indispensable pour évaluer son prix et le coût des travaux éventuels qui seront à réaliser. Pas simple…
ven 3 Nov 2017
Mises en place ces dernières années par le gouvernement en collaboration avec l’Ademe, les aides financières à la rénovation énergétique ont pour but d’inciter les ménages aux revenus modestes à entreprendre des travaux d’optimisation dans leur logement. Ces aides distribuées…
ven 2 Nov 2018
Bien qu'il favorise l'open data, ce n’était sûrement pas la disposition la mieux connue de la loi de transition énergétique. L’article 179 prévoit pourtant que les gestionnaires de réseaux mettent effectivement à disposition les données locales d’énergie. Une mesure qui…

COMMENTAIRES

  • Arrêter de produire avec le PV en cas de surproduction me semble être l’idée la plus idiote et je pèse mes mots. Pourquoi ne pas commencer à mettre des batteries stationnaires à côté des champs de PV, batteries dont on aura de plus en plus besoin dans le futur. On va me dire le coût, combien va couter demain le kWh d’occasion des VE ? Il me semble temps de réfléchir sérieusement au MIX de demain dans lequel il y aura du PV et aussi du stockage. La France est elle limiter à n’investir que 60GW de PV au delà de ce chiffre elle ne saura que faire du kWh produit ….

    Répondre
  • La seule chose qui ne soit effectivement pas idiote dans cette affaire c’est qu’elle démontre bien que le nucléaire n’est pas du tout le pilotable qu’il se vante d’être car il suffirait de baisser la production nucléaire aux heures de fort ensoleillement, puisque de toutes les façons elles sont connues à l’avance et ne sont jamais une surprise. Mais le solaire comme l’éolien sont effectivement bien plus pilotable que le nucléaire qui ne se vante que de qualités qu’il n’a pas.

    Répondre
  • “Pourquoi ne pas commencer à mettre des batteries stationnaires à côté des champs de PV, batteries dont on aura de plus en plus besoin dans le futur”

    Brilliant comme idée…
    On va investir des millions pour des batteries qui ne serviront que 4 ou 5 fois dans l’année ?
    Un investissement qui ne sera jamais rentabilisé compte tenu de la durée de vie des batteries.
    Mieux vaut accepter de perdre de temps en temps une partie de la prod ou payer pour s’en débarrasser comme le font les allemands.
    Et je ne parle même pas des pertes à la conversion.

    La vrai débilité au final est de faire des ENRi.
    Avec les systèmes pilotable, on ne se pose pas de question et on produit quand on a besoin.

    Répondre
  • Merci de la part du clown du forum, je n’en attendais pas tant. Mais je pense que ces sujets sont un peu complexes pour son QI de poireau, où si ce n’est pas le cas, il a d’énormes lacunes vis-à-vis du fonctionnement d’un MIX comportant une part significative d’EnR

    Répondre
  • En ayant recours à l’insulte et non à l’argumentation, vous prouvez qui de nous deux est le vrai clown.
    Comme les politiciens, vous faites parti de ces gens qui ont une pensés trop élaboré et trop subtil pour être comprise par la plèbe.
    Même des polytechniciens comme J.M Jancovici n’arrive pas à saisir toute l’ampleur de votre réflexion.

    Mais peut-être que votre formidable QI va t-il un jour se heurter à la réalité et au loi basique de de la physique qui font qu’aucun système n’a de rendement supérieur à 1 et qui font qu’a chaque fois qu’on stocke et déstocke on accumule les pertes, non ?

    Répondre
  • Avec le clown de service on est jamais déçu….le forum serait bien triste sans ces étranges personnages qui n’ont aucune imagination, un vrai vide sidéral. Ils pérorent que rien ne peut changer. Je sais, les innovants sont largement moins nombreux que les limités du neurone. Il a même honte de son nom et préfère mettre un masque pitoyable.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.