La lutte contre le réchauffement climatique doit inclure tous les pays - L'EnerGeek

La lutte contre le réchauffement climatique doit inclure tous les pays

lutte contre rechauffement climatique tous pays - L'Energeek.jpg

Lors du sommet virtuel sur le climat « Partenariat pour la croissance verte et les objectifs mondiaux 2030 », qui se tient ces 30-31 mai 2021 en Corée du Sud, les dirigeants des pays industrialisés ont appelé à agir davantage et à intégrer plus de pays dans la lutte contre le réchauffement climatique, notamment en Asie et en Afrique.

Le sommet « Partenariat pour la croissance verte et les objectifs mondiaux 2030 » s’est ouvert en Corée du Sud

Le sommet virtuel « Partenariat pour la croissance verte et les objectifs mondiaux 2030 » (ou P4G) s’est ouvert ce 30 mai 2021 pour deux jours de débats entre plusieurs dirigeants mondiaux, notamment des pays industrialisés.

Il est organisé par la Corée du Sud, dont le président Moon Jae-in a annoncé, fin 2020, que le pays s’engageait à atteindre la neutralité carbone en 2050. Récemment, l’exécutif coréen a déclaré son intention de réduire fortement réduire le financement par la Corée du Sud des projets internationaux d’extraction ou d’exploitation de charbon.

“La Corée du Sud jouera un rôle responsable pour faire le pont entre les pays en développement et les pays avancés”, a déclaré Moon Jae-in en ouverture du sommet. Les dirigeants participants défendent en effet l’idée qu’il faut inclure davantage de pays dans la lutte contre le changement climatique. Le sommet se concentre notamment sur les partenariats public-privé, en particulier dans les pays en développement.

Débloquer des financements pour intégrer plus de pays dans la lutte contre le changement climatique

Investir dans les énergies renouvelables peut justement être un moyen de stimuler le développement humain. “Lutter de front contre le changement climatique aidera à protéger les personnes les plus vulnérables de la prochaine crise tout en soutenant une reprise riche en emplois après la pandémie”, a ainsi défendu le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

Le président français Emmanuel Macron a notamment déclaré qu’il ne fallait pas « enfermer les pays africains » dans les énergies fossiles, et les aider à avancer vers la neutralité carbone avec le reste du monde. Il a également appelé à trouver des moyens d’attirer des investissements à grande échelle dans les énergies renouvelables.

Dans le même temps, plusieurs dirigeants ont réclamé une accélération de l’action climatique, à échelle mondiale. “Nous avons besoin de gouvernements qui ne feront pas seulement des promesses sur le climat et la nature, mais joignent le geste à la parole”, a notamment pointé le premier ministre britannique Boris Johnson.  La chancelière allemande Angela Merkel, de son coté, a appelé les pays à éliminer progressivement leur dépendance aux combustibles fossiles.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 7 Sep 2020
Ce jeudi 3 septembre 2020, deux oléoducs ont subi une fuite de pétrole d'importance à El Oued, en Algérie. Le pétrole s'est déversé dans l'oued Itell, fondamental pour l'agriculture de la région. Samedi 5 septembre, le gouvernement algérien s'est rendu…
jeu 4 Juil 2019
Après des mois de suspens, le projet d'oléoduc Trans Mountain vient enfin d'obtenir le feu vert des autorités canadiennes. Justin Trudeau, le premier ministre canadien, a annoncé le 18 juin 2019 que l'oléoduc ferait l'objet d'une extension. L'enjeu est crucial…
jeu 23 Nov 2017
Lundi 6 novembre 2017, la Région Nouvelle-Aquitaine et la Banque Européenne d’Investissement (BEI) signaient un accord de financement à hauteur de 43 millions d’euros, en faveur de la rénovation énergétique et des économies d’énergie. Confiés à l'Agence Régionale pour les…
mer 28 Août 2019
Le lundi 26 août 2019, le Kenya a vécu un « moment particulier » de son histoire. Le président et les plus hautes autorités de l’Etat étaient réunis au port de Mombasa à l’occasion du chargement des tous premiers barils…

COMMENTAIRES

  • Quel faux-c… que la chancelière allemande !
    elle se veut le leader de la lutte contre le réchauffement climatique, mais elle abandonne le nucléaire, dispose d’un parc charbon “kolossal” de 100 GW qu’elle voudrait convertir progressivement vers du gaz russe, également émetteur de CO2 !
    Et surtout, elle pèse de tout son poids à Bruxelles pour que la France la suive dans sa logique suicidaire, notamment en pénalisant financièrement son nucléaire et en démantelant EDF.
    Nous avons fait l’Europe pour éviter des guerres militaires, mais notre voisin s’est reconverti dans la guerre économique où il est à nouveau hégémonique.

    Répondre
  • Quel faux-cul ce Struder qui feint d’ignorer que le nucléaire arrêté a été remplacé par du renouvelable et que depuis la date de cet abandon le charbon a diminué lui aussi en parallèle au nucléaire.

    Une suggestion : cessons d’utiliser l’hydroélectricité que l’Allemagne n’a pas la chance d’avoir, afin de se mettre sur un pieds d’égalité, comme cela nous devrons recourir au charbon et au gaz pour assurer le suivi de charge puisque c’est bien l’hydraulique qui en assure la charge et on verra ce que deviennent les belles vantardises d’émission de CO2 que vantent les Struder et Cie

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.