Le gouvernement va soutenir l'industrie automobile française en transition vers l'électrique - L'EnerGeek

Le gouvernement va soutenir l’industrie automobile française en transition vers l’électrique

gouvernement soutenir industrie automobile francaise electrique - L'Energeek

Ce lundi 26 avril 2021, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a reçu les patrons de Renault et de Stellantis (PSA + Fiat-Chrysler) pour évoquer l’avenir des fonderies de l’industrie automobile française, menacées par le développement du véhicule électrique. Dans le même temps, le gouvernement a annoncé une extension des aides gouvernementales aux grands fourgons électriques.

La transition vers l’électrique va peser sur l’emploi dans l’industrie automobile

Quelle réponse aux conséquences industrielles de la transition vers la mobilité électrique ? C’est à cette épineuse question qu’ont tenté de répondre, ce lundi 26 avril, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire et celle du Travail Elisabeth Borne, lors d’une rencontre avec Luca de Meo et Carlos Tavares, PDG des groupes automobiles Renault et Stellantis (issu de la fusion entre PSA et Fiat-Chrysler), et les différentes organisations syndicales.

Quelques heures avant ce rendez-vous, Luc Chatel, président de la Plateforme de la filère automobile (PFA), avait présenté, au micro de BFM, les enjeux de l’électrification en termes d’emplois pour l’industrie automobile française. « Quand vous abandonnez une technologie pour une autre [le thermique pour l’électrique], qui utilise sept fois moins de composants pour la fabrication d’un moteur et qui nécessite trois fois moins d’ouvriers, évidemment ça a des conséquences sur l’emploi », pointe Luc Chatel.

Certains métiers “vont disparaître dans la forge, dans la fonderie, dans la mécanique. D’autres vont se transformer et émerger”, complète le président de la PFA. En tout, d’après l’observatoire de la métallurgie et la PFA, ce sont 100 000 emplois qui sont menacés.

Le gouvernement créé un fond de soutien à la reconversion des salariés des fonderies automobiles

Bruno Le Maire a décidé de mettre l’accent sur le secteur le plus en péril à court terme, à savoir les fonderies automobiles, qui drainent 15 000 emplois en tout. “Notre responsabilité, c’est de ne pas faire la politique de l’autruche, de mettre la tête dans le sable et faire comme si de rien n’était. Notre politique c’est d’anticiper et d’accompagner”, a déclaré le ministre de l’Economie.

“Les moteurs électriques consomment beaucoup moins de fonte ou d’aluminium. Ces emplois sont clairement menacés mais ces emplois peuvent être utilisés pour d’autres débouchés, par exemple le nucléaire”, complète le ministre, confirmant que le gouvernement voyait bien dans le nucléaire une filière d’avenir.

Au sortir de la réunion, Bruno Le Maire a ainsi annoncé la création d’un fonds de soutien de reconversion des salariés travaillant dans les fonderies, d’un montant de 50 millions d’euros. L’Etat le financera à hauteur de 30 millions d’euros, Renault et Stellantis de 10 millions chacun.

Le ministre de l’Economie a profité de la conférence de presse pour annoncer aussi un élargissement du soutien gouvernemental au véhicules électriques, pour toucher les gros utilitaires, notamment en supprimant le plafond de 60 000 euros pour être éligible aux aides gouvernementales.

“Nous sommes décidés à maintenir le soutien aux véhicules électriques et même à l’élargir s’agissant des véhicules utilitaires. Nous allons renforcer le soutien financier aux véhicules les plus lourds qui, jusqu’à présent, ne bénéficient pas des aides à cause des effets de seuil”, a commenté Bruno Le Maire.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 17 Août 2017
Profitant d'une baisse progressive du coût des batteries, de meilleurs subventions publiques et d'un réseau de stations de recharge croissant, la voiture électrique a de beaux jours devant elle et devrait poursuivre son développement à l'international. Un contexte favorable qui…
ven 29 Jan 2021
Le 19 janvier dernier, l'Observatoire des Mobilités Emergentes a publié un hors-série spécial. Il se consacre à l'effet de la crise sanitaire sur la mobilité des Français. Une étude qui observe notamment que la crise de Covid-19 profite à la…
ven 21 Mar 2014
Du FMI aux Nations Unies, la communauté internationale observe le rapide développement de l’Afrique, aidée par une croissance soutenue. Après le forum Build Africa, et le CEO Africa forum, c’est au tour du New-York Forum Africa 2014 d’orienter les investisseurs…
mar 25 Juin 2019
L'édition 2019 du Salon de l'aviation du Bourget était organisée du 18 au 23 juin 2019, aux portes de Paris. A l'occasion de ce rassemblement annuel des professionnels de l'aviation mondiale, les préoccupations environnementales ont été l'objet de débats passionnés.…

COMMENTAIRES

  • Encore des aides distribuées sans réfléchir, pour satisfaire de potentiels électeurs et prétendre que l’on a fait quelque chose, tout comme pour la tentative d’intégrer le nucléaire à la taxonomie verte européenne au lieu de clairement comprendre pourquoi ce secteur a enregistré de tels déficits et que ce n’est pas son éventuelle intégration à la taxonomie européenne en tentant de noyauter les conseils scientifiques européens par des chevaux de Troie qui va changer fondamentalement les choses puisque le paramètre financier lors de la construction d’une centrale nucléaire ne compte que pour environ 25% de son coût. En conséquence, même si l’on pouvait réduire ce paramètre au plus bas, çà ne réglerait pas le problème du nucléaire français qui n’arrive pas à réduire ses coûts aussi rapidement que les renouvelables qui n’ont pas encore atteint leur optimal technologique et économique, tout comme leur simplicité et universalité de diffusion, d’intégration etc.

    Nucléaire qui en plus comme monopole en France et dans le cadre d’une politique clairement inscrite comme “tout nucléaire” sur les documents des années 70 que l’on peut encore retrouver, à passé son temps à étouffer les autres filières et approches type solaire thermique, réseaux de chaleur, hydro etc. et qui continue de tenter d’enrayer toutes les tentatives de réduction de la consommation d’énergie.

    Recherchez chez EDF les propositions pour réduire fortement les consommations d’électricité, vous verrez c’est le désert, à part de vous dire de prendre des douches au lieu d’un bain, comme dans les publicité des années 80.

    Pour mémoire les pompes à chaleur c’est bien mais quand on arrive à des coefficients de performances pratiques moyens de 3 alors que le solaire thermique entre autres CSP atteint les 80 et que l’on arrive à faire couramment des réseaux de chauffage urbain intégrant au Nord de l’Europe et au Canada 100% de solaire thermique avec stockage inter-saisonnier, on ne peut que constater la gabegie énergétique du nucléaire qui a conduit à une grande part des quelques 12 millions de personnes en précarité énergétique en France à qui ont prétend que l’électricité ne serait pas chère alors que leur consommation et donc leur facture explose.

    Autrement dit, et comme l’ont déjà démontré différents rapports scientifiques et économiques, tous fonds ajoutés aux EPR est ce qu’il y a en moins pour des technologies et approches plus rapides à implanter et à décarboner et qui ont plus d’avenir.

    C’est meilleur pour le climat, l’économie, les emplois, c’est sans risques et il y a encore de multiples technologies et approches à intégrer il suffit de suivre l’actualité scientifique et technologique dans tous les domaines concernés.

    De plus un aspect que l’on n’ose jamais aborder mais qui existe bel et bien comme on le voit notamment au Moyen-Orient, est que les conflits n’ont jamais cessé, tout comme le terrorisme qui peut s’aggraver, et que des réacteurs nucléaires sont un jeu de quilles face aux armements actuels. On en a 56 en France çà fait 56 Tchernobyl en puissance et plusieurs dizaines de milliers d’années à entretenir un sarcophae très coûteux à refaire régulièrement dans une région durablement désertée. Et encore on a échappé au pire avec les nappes phréatiques européennes à Tchernobyl et pour d’autres raisons à Fukushima. Faire l’autruche n’est vraiment pas ni responsable ni sérieux face à ces réalités qui soi-disant n’arriveront jamais. Comme les guerres qui chez certains français étaient supposées au départ des promenades de santé et qui ont été des déculottées en 1870, 1940 et aurait été de même en 1914 sans des appuis externes massifs et que l’on continue de payer car elle s’est déroulée en France et que çà a des conséquences encore sur les sols, nappes phréatiques etc.

    On soutient des secteurs qui ont été en échec comme en son temps le charbon dont on connaît la fin assez tragique et très coûteuse en 1983 en France, alors que le fait qu’ils soient en échec nécessite au contraire avant tout de comprendre les raisons de leurs échecs et d’éviter que cela ne recommence.

    Pour le nucléaire et les EPR prétendre parler d’avenir quand le marché mondial est actuellement détenu à 60% par Rosatom qui regroupe tout le secteur civil et militaire russe qui a misé énormément dessus pour des raisons géopolitiques notamment de dépendance comme ils le font pour le gaz, au point de prendre des risques très élevés dont devoir intervenir dans des guerres coûteuses pour eux et alors que l’on admet aisément, y compris chez les responsable d’EDF, que la Chine devrait passer en tête du marché d’ici à 20 ans et que l’on ne vend guère d’EPR, est pour le moins se moquer des gens qui y travaillent en n’osant pas leur dire la vérité et la laisser à d’autres.

    Passer à l’électrique pour les véhicules c’est bien mais la plupart des pays savent le faire et le font plus massivement à meilleur coût.

    Donner des aides en contrepartie de véhicules électriques qui consomment le moins possible et sont donc notamment les plus aérodynamiques et les plus légers possible, sans parler des autres coefficients négativement impactant type coef. de roulement etc serait déjà mieux comme entre autres un rapport de France Stratégie l’a conseillé au gouvernement et qui a été retoqué par le sénat qui n’a pas voulu que l’on réduise trop le seul poids des véhicules. Lobbying facile mais au final nuisible y compris pour les acteurs concernés.

    C’est globalement extrêmement coûteux en émissions, ressources, finances et économie que de perpétuer le seul mode commercial qui consiste à vendre n’importe quoi alors qu’entre un véhicule très efficient utilisant donc peu des ressources et un autre, c’est le jour et la nuit sur l’ensemble des différents bilans.

    C’est ce qui permettrait également d’avoir des filières d’execellence plutôt que de continuer à essayer de vendre des espèces de grosses “patates roulantes” et qui n’ont guère de succès sur les marchés étrangers comme on le constate.

    On trouve des véhicules électriques équivalents qui consomment quelques 4 fois moins que la Zoé qui n’est pourtant pas très énergivore et avec plus d’autonomie donc on relève qu’il y a de la marge.

    Distribuer de l’argent, tout le monde sait le faire surtout quand c’est celui des autres. Le distribuer intelligemment et plus efficacement c’est une toute autre affaire et pourtant ce serait plus que jamais nécessaire si l’on ne veut pas continuer à décliner comme depuis plusieurs décennies à cause de boulets que l’on n’ose pas réformer, peut être aussi car il représentent pas mal d’électeurs potentiels.

    Répondre
  • Les avantages des batteries structurelles

    Les batteries représentent environ 20 à 25% de la masse totale des véhicules électriques actuels

    Transformer certains composants structurels de la voiture en batteries et faire disparaître cette surcharge de poids est une approche que des groupes du monde entier poursuivent depuis un certain temps.

    Parmi d’autres une équipe de l’Université de technologie Chalmers en Suède vient de faire une petite percée à cet égard, en faisant de chaque composant de la batterie fonctionne structurellement ainsi qu’électriquement.

    La batterie structurelle combine une anode en fibre de carbone et une cathode en feuille d’aluminium revêtue de phosphate de lithium-fer, qui sont séparées par une fibre de verre dans un matériau de matrice électrolytique de batterie structurelle. L’anode a une triple fonction en hébergeant les ions lithium, conduisant les électrons et renforçant les structures du véhicule, le tout en même temps.

    Les chercheurs ont testé quelques différents types de fibre de verre – ils aboutissant à des cellules avec une tension nominale de 2,8 V – et ont obtenu de meilleurs résultats en termes de performances de la batterie avec une armure toile plus fine. Les cellules utilisant cette construction avaient une capacité spécifique de 8,55 Ah / kg, une densité d’énergie de 23,6 Wh / kg (à 0,05 °C), une puissance spécifique de 9,56 W / kg (à 3°C) et une épaisseur de 0,27 mm.

    A titre comparatif, les 4680 cellules que Tesla déplace ont une densité d’énergie de 380 Wh / kg. Cependant, ce chiffre de densité d’énergie pour les cellules cylindriques n’inclut pas la masse de la matrice structurelle qui les entoure.

    En parlant de charges structurelles, la plus grande rigidité a également été obtenue avec une armure en fibre de verre simple, à 25,5 GPa. Pour mettre ce chiffre dans son contexte, il est à peu près similaire au plastique renforcé de fibre de verre, tandis que pour le plastique renforcé de fibre de carbone il sera environ 10 fois plus élevé, selon qu’il s’agit d’un moulage par transfert de résine ou de feuilles tissées pré-imprégnées de résine (pré-preg).

    L’équipe travaille maintenant pour voir si le remplacement de la feuille d’aluminium de la cathode par de la fibre de carbone augmentera à la fois la rigidité (ce qu’il devrait faire) et les performances électriques. Il teste également des séparateurs encore plus minces. Il espère atteindre 75 Wh / kg et 75 GPa, ce qui se traduirait par une cellule légèrement plus rigide que l’aluminium (GPa: 68) mais évidemment beaucoup plus légère.

    Construire des voitures électriques ou même des avions à partir de batteries composites structurelles est toujours un projet à plus long terme, et même au mieux, les cellules de batterie structurelles peuvent ne jamais approcher les performances des cellules dédiées. Mais comme ils remplaceraient également des structures métalliques plus lourdes, le véhicule résultant devrait être beaucoup plus léger et donc moins consommer.

    Pendant ce temps d’autres produits pourraient bénéficier de ces avantages plus tôt. Il peut être tout à fait possible dans quelques années de fabriquer des smartphones, des ordinateurs portables ou des vélos électriques qui pèsent deux fois moins qu’aujourd’hui et sont beaucoup plus compacts

    https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/aesr.202000093

    .

    Répondre
  • Parmi d’autres, la société de recherche et d’études anglo-américaine IDTechEx estime que les constructeurs auto qui n’ont pas de projets de voitures électro-solaires vont rapidement perdre l’attention du public.

    Le marché des véhicules électro-solaires devrait atteindre 15 milliards d’euros d’ici 2030 et passer les 40 milliards d’euros dix ans plus tard, soit + 167% de croissance en seulement 10 ans

    Plus de 22 constructeurs développent déjà des voitures électro-solaires

    Parmi différentes technologies de réduction des consommations : le solaire PV intégré aux véhicules

    Modélisation sur des véhicules électriques courants et un climat de type européen : Le photovoltaïque intégré aux véhicules actuels (encore trop lourds) réduit pourtant déjà de 40% le temps de recharge dans les régions ensoleillées. Par an c’est plusieurs mois sans recharger avec un temps de retour sur investissement actuellement tout au plus de 3 ou 4 ans. En cas de panne d’énergie, lors d’une journée ensoleillée, le solaire sur véhicule a assez de puissance pour le recharger partiellement et l’amener à la station de recharge la plus proche sans avoir besoin d’une aide extérieure.

    Les apports sont également importants à l’année (jusqu’à plus de 30% de réduction de consommation) sur les flottes de camions électriques, en particulier les plus consommateurs (frigorifiques) dont la croissance dans le parc de camions est élevée.

    Les différents supports employés ont amplement montré leur résistance et durabilité par tous temps, situations permanentes humides, venteuses et salines comprises comme dans le cadre des voiles pour bateaux, amplement testées dans les pires situations depuis maintenant de nombreuses années.

    De plus il n’a pas encore été tenu compte dans cette étude de la réduction des coûts de peintures qui sont pourtant élevés

    Il n’est pas non plus évoqué les évolutions positives des supercondensateurs hybrides qui augmentent fortement l’apport solaire et font en plus passer les taux de récupération d’énergie au freinage de quelques 30% à plus de 80% (voir en France Nawa Technologies, en Europe Skeleton Technologies etc)

    https://www.pv-magazine.com/2021/02/24/vehicle-integrated-pv-reduces-ev-charging-time-in-sunny-regions-by-40/

    .

    Répondre
  • Comme le disait Jean Marie Messier à une époque à propos de Vivendi Universal alors très endetté, on pourrait dire de notre secteur des EPR qu’il va “mieux que bien”, que comme le Titanic il est “insubmersible” ou bien mettre à jour une réplique efficace de Lino Ventura en son temps : les EPR c’est foutu, les grosses bagnoles très consommatrices d’énergie et de ressources c’est foutu !

    https://www.youtube.com/embed/08Rdfz-FLVs

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.