Une conversion à électrique tardive pour l'industrie automobile européenne

Une conversion à l’électrique trop tardive pour l’industrie automobile européenne ?

conversion electrique tardive industrie automobile - L'Energeeek

Dans un entretien à paraître ce lundi 23 décembre 2019, Werner Hoyer, président de la Banque européenne d’investissement (BEI), critique le secteur industriel européen pour sa lenteur à réagir face au changement climatique. Il attaque en particulier l’industrie automobile, qui a pris trop tardivement le virage de la mobilité électrique et le paye cher aujourd’hui.

Les patrons de l’industrie automobile européenne se sont-ils “endormis à la barre” ?

La Banque européenne d’investissement (BEI) est définitivement en train de se muer en une “banque du climat”, comme le préconise la nouvelle présidente de la Commission Européenne, Ursula von der Leyen, dans le cadre de son Green Deal européen.

Dans un entretien à paraître ce lundi 23 décembre 2019 dans le groupe de presse allemand RND, le président de la BEI, Werner Hoyer, commente ainsi les pertes d’emplois industriels que va provoquer la transition énergétique dans l’Union Européenne. Pour lui, les groupes industriels n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes : “Il y a certains patrons de sociétés qui devraient se demander s’ils ne se sont pas endormis à la barre”, critique le président de la BEI.

Un secteur cristallise ses attaques : l’industrie automobile. Pour lui, il était “parfaitement clair il y a 15 ans ou même 20 ans” que cette transition aurait “un impact considérable notamment sur les constructeurs automobiles. Mais au lieu d’y faire face, de nombreux (industriels) n’ont pas réagi, et ont préféré attendre”.

En effet, la mutation de l’industrie automobile vers le moteur électrique, jà largement entamée, risque de faire des dégâts chez les constructeurs européens. Pour commencer, en supprimant la dimension thermique du moteur, elle annule une grande partie de leurs avantages technologiques sur les constructeurs des pays émergents. Elle rend également caducs tous les investissements depuis 15 ans dans les améliorations de ces moteurs thermiques.

Un transfert massif des investissements vers les technologies de l’électro-mobilité aurait pu, compte tenu de la puissance financière de cette industrie, maintenir le leadership européen en la matière. Mais il n’a pas eu lieu.

L’Allemagne touchée de plein fouet

Comme, dans le même temps, les industriels européens viennent à peine de s’entendre pour développer une filière européenne des batteries de véhicules électriques, dans le fameux « Airbus des batteries », l’écrasante majorité de ces batteries demeurent aujourd’hui produites en Chine. Avec un impact considérable sur les profits des constructeurs européens si la mobilité se convertit à l’électrique.

Si certains constructeurs ont su entamer ce virage très tôt, comme le groupe Renault-Nissan ou Volvo, d’autres accusent un retard conséquent. Dès lors, ils doivent aujourd’hui investir massivement pour se convertir à marche forcée à l’électrique.

L’industrie automobile allemande, en particulier, est touchée de plein fouet – d’autant que la conjoncture mondiale a provoqué une chute d’activité dans l’ensemble du secteur manufacturier allemand. En conséquence, des mastodontes comme Volkswagen ou Daimler ont annoncé cette année la suppression de dizaines de milliers d’emplois dans les années à venir. Pour Werner Hoyer, ils payent aujourd’hui leur manque de discernement passé.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 17 Mar 2014
Le pouvoir d’achat est en hausse grâce à la température extérieure, très clémente pour la saison, qui a permis de limiter la consommation d’électricité. Par rapport au mois de février de l’année 2013, la consommation d’électricité a chuté de 10,4% le…
lun 4 Déc 2017
Le géant pétrolier Shell a officialisé, lundi 27 novembre 2017, la signature d’un nouveau partenariat avec Ionity (un regroupement de plusieurs constructeurs automobiles européens) dans le but de déployer des dispositifs de recharge rapides sur son réseau de stations-service en…
ven 2 Nov 2018
Bien qu'il favorise l'open data, ce n’était sûrement pas la disposition la mieux connue de la loi de transition énergétique. L’article 179 prévoit pourtant que les gestionnaires de réseaux mettent effectivement à disposition les données locales d’énergie. Une mesure qui…
mar 7 Jan 2020
Le plus important salon de l'électronique grand public, le CES de Las Vegas, ouvre son édition 2020 ce mardi 7 décembre : rayon énergie, il met en avant de nombreuses solutions domotiques permettant le pilotage de la consommation. En la…

COMMENTAIRES

  • Heureusement que les scientifiques bossent et ont une vision d’avance hein ! Exemple en attendant de transformer tout le secteur mondial des transports

    Capture directe et transformation en carburant du C02 des camions et autres transports thermiques grâce à la chaleur du moteur puis aux renouvelables.

    Tout d’abord, les gaz de combustion du véhicule sont refroidis dans le tuyau d’échappement et l’eau est séparée des gaz. Le CO2 est isolé des autres gaz (azote et oxygène) grâce à un système d’adsorption à température variable, utilisant des adsorbants à structure métallo-organique (MOF), spécialement conçus pour absorber le CO2. Une fois que le matériau est saturé de CO2, il est chauffé afin d’en extraire le CO2 pur. Des turbocompresseurs à haute vitesse utilisent la chaleur du moteur du véhicule pour comprimer le CO2 extrait et le transformer en liquide. Ce liquide est stocké dans un réservoir et peut ensuite être reconverti en carburant conventionnel dans les stations-service utilisant de l’électricité renouvelable. Le camion ne fait que déposer le liquide lors du remplissage de carburant.

    L’ensemble du processus se déroule dans une capsule de 2 m x 0,9 m x 1,2 m, placée au-dessus de la cabine du conducteur. Le poids de la capsule et du réservoir ne représente que 7 % de la charge utile du véhicule. Le procédé lui-même consomme peu d’énergie, car toutes ses étapes ont été optimisées. Un camion utilisant 1 kg de carburant conventionnel peut produire 3 kg de CO2 liquide, et la conversion n’entraîne aucune pénalité énergétique. Seulement 10% des émissions de CO2 ne peuvent pas être recyclées et les chercheurs proposent de compenser cela en utilisant la biomasse.

    Le système pourrait théoriquement fonctionner avec tous les camions, les bus et même les bateaux, et avec n’importe quel type de carburant.

    L’avantage de ce système est que, contrairement aux systèmes électriques ou à base d’hydrogène, il peut être rapidement installé sur les camions existants afin de neutraliser leur impact en termes d’émissions de carbone.

    En Europe le transport est responsable de près de 30% des émissions totales de CO2, dont 72% proviennent du transport routier.

    Dans le monde, il ne nous reste tout au plus que cinq cents milliards de tonnes de CO2 à émettre dans notre budget carbone, soit moins de dix ans.

    https://actu.epfl.ch/news/capturer-le-co2-des-poids-lourds-et-reduire-leurs-/

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.