Inde : début de chantier pour le plus grand parc d'énergies hybrides renouvelables du monde - L'EnerGeek

Inde : début de chantier pour le plus grand parc d’énergies hybrides renouvelables du monde

inde plus grand parc energies hybrides renouvelables - L'Energeek

Ce mardi 15 décembre 2020, le premier ministre de l’Inde Narendra Modi a posé la première pierre d’un parc d’énergies renouvelables hybrides, à Kutch, dans l’Etat aride du Gujarat. Mixant solaire, éolien et unités de stockage, il sera, avec 30 GW de puissance installée, le plus grand du monde de ce type. Il s’intègre dans la volonté de l’Inde de développer massivement les énergies renouvelables.

Avec ses 30 GW, le parc d’énergies hybrides renouvelables de Kutch sera « le plus vaste du monde »

L’Inde continue son offensive sur les énergies renouvelables. Le premier ministre Narendra Modi s’est rendu, ce mardi 15 décembre 2020, dans son Etat natal du Gujarat, une zone aride dans l’Ouest du pays, frontalière du Pakistan. Il y a inauguré plusieurs usines (dont quatre unité de dessalement, qui devrait amener de l’eau potable à 800 000 habitants), et posé la première pierre d’un vaste complexe d’énergies hybrides renouvelables, le plus important de l’Inde.

Avec ses 72 600 hectares et ses 30 GW de puissance installée, le futur parc de Kutch, pleinement opérationnel d’ici 5 ans, sera « le plus vaste au monde » de ce type. Il associe en effet solaire, éolien et unité de stockage pour répondre à l’intermittence des renouvelables. Il est composé de deux zones : une zone hybride de 49 000 hectares qui abritera des centrales éoliennes et solaires, et une zone exclusivement dédiée aux éoliennes, d’une superficie de 23 000 hectares.

Ce projet est l’une des têtes de pont d’un ambitieux plan de développement des renouvelables, tant dans l’Etat du Gujarat que dans l’ensemble du pays. Un rapport de 2019, publié par l’Institute of Energy Economics and Financial Analysis (IEEFA), soulignait ainsi l’important potentiel du Gujarat en terme de production d’électricité éolienne et solaire. D’après ce texte, un ajout de 4 à 5 GW de puissance renouvelable supplémentaire par an était un objectif réaliste, qui permettrait de porter la part des renouvelables, en 2030, à 48% de la production d’énergie de cet Etat.

L’Inde s’engage sur les renouvelables, pour compléter sa lutte contre le changement climatique

Au niveau national, le premier ministre Narendra Modi s’est engagé, fin novembre 2020, à mettre en service 175 GW de renouvelables d’ici 2022 et 450 GW d’ici 2030. Cette volonté politique forte vise à achever l’électrification du pays à l’aide d’énergies vertes, tout en augmentant leur part dans le mix électrique total.

Ce plan ambitieux devrait aussi permettre de compléter la principale faiblesse du pays en terme de lutte contre le changement climatique. En effet, la dernière édition de l’indice de performance sur le changement climatique (CCPI), publié par l’organisation à but non lucratif Germanwatch, place l’Inde dans le peloton de tête des pays les plus avancés en la matière.

Aucun pays n’obtient une note « très élevée » dans les quatre composantes de l’indice (émissions de GES, énergies renouvelables, consommation d’énergie et politique climatique), si bien que Germanwatch continue de laisser les trois premières places du classement vacantes, mais le podium est occupé par des pays européens : Suède (4e), Royaume-Uni (5e), Danemark (6e).

L’Inde se distingue par une 10ème place, et fait partie des trois seuls membres du G20 présents dans le haut du classement, avec l’Union Européenne et le Royaume-Uni. Or, selon ce rapport, rédigé avant les annonces du premier ministre, c’est sur le front des renouvelables que l’Inde accuse le retard le plus important, Germanwatch ayant jugé « faibles » et « moyens » ses efforts sur ce sujet en termes d’utilisation et d’objectifs.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Développement des énergies renouvelables, promotion de l'efficacité énergétique ou de la rénovation thermique, rôle de l'énergie nucléaire dans la transition énergétique... Alors que le débat de l'entre-deux tours s'est avéré animé mercredi 3 mai 2017, les questions énergétiques semblent être…
lun 22 Juil 2019
Vendredi 19 juillet 2019, le Kenya était en fête. Le pays a inauguré le plus grand champ éolien du continent africain. Construites par la société danoise Vestas, les éoliennes confirment, comme  l'ambassadrice Judi Wakhungu, l'engagement du Kenya contre le réchauffement…
jeu 18 Mai 2017
A l'inverse d'un président et d'un gouvernement fédéral qui ne croient pas à la nécessité de combattre le réchauffement des températures et redonnent la priorité aux industries fossiles les plus polluantes, plusieurs villes et Etats américains veulent poursuivre de leur…
jeu 25 Mai 2017
Connue pour avoir mis en service en 2015 la plus grande centrale solaire d'Europe à Cestas près de Bordeaux, la société française continue d’être particulièrement active dans le domaine du photovoltaïque. Neoen a annoncé mardi 23 mai 2017, la signature…

COMMENTAIRES

  • @Alain Capitaine
    eh bien j’espère que oui et qu’ils se sont rendu compte que les seules sources d’énergies inépuisables venaient du Soleil, directement et indirectement. Et l’humanité entière y viendra obligatoirement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.