Nucléaire : Hitachi devrait abandonner son projet de centrale au Royaume-Uni - L'EnerGeek

Nucléaire : Hitachi devrait abandonner son projet de centrale au Royaume-Uni

nucleaire hitachi abandon projet centrale royaume-uni - L'Energeek

Après l’avoir déjà gelé début 2019 et réactivé au début de l’été, Hitachi devrait renoncer à son projet de centrale nucléaire de 3 GW à Wylfa, au Pays de Galles. Ce projet à 21,7 milliards d’euros aurait couvert près de 6% des besoins en électricité du Royaume-Uni. Un coup dur pour la transition énergétique outre-Manche.

Hitachi devrait jeter l’éponge pour la centrale nucléaire de Wylfa, au Royaume-Uni

La relance n’aura duré que quelques semaines. Ce mercredi 16 septembre, le projet de centrale nucléaire mené par Hitachi, à Wylfa, au Pays de Galles, a été abandonné. « J’ai été informée du fait que Hitachi a l’intention de se retirer du projet de Wylfa Newydd », a déclaré Llinos Medi, présidente du Conseil de l’île d’Anglesey, où la centrale devait être construire. Elle estime ainsi que « si la décision est confirmée, ce serait un coup dur énorme pour l’économie d’Anglesey ».

Début janvier 2019, Hitachi avait déjà gelé ce projet de grande ampleur en raison de coûts jugés trop élevés. Mais le groupe japonais avait repris les discussions avec le gouvernement britannique, au début de l’été 2020, dans l’optique de nouvelles mesures de transitions énergétiques. Hitachi n’a donc pas attendu la publication de la nouvelle stratégie énergétique du Royaume-Uni (et de ses éventuelles subventions au nucléaire) pour jeter l’éponge.

Les deux réacteurs de la centrale de Wylfa aurait offert au pays une capacité de production de 3 GW, soit environ 6% des besoins actuels en électricité du Royaume-Uni. Son coût était estimé à 20 milliards de livres (21,7 milliards d’euros). Le projet devait s’installer sur le site d’une ancienne centrale nucléaire dont le dernier réacteur a été arrêté en 2015.

Les nuages s’accumulent sur l’énergie nucléaire et la transition énergétique du Royaume-Uni

Cette nouvelle serait un coup dur pour le gouvernement britannique. En effet, l’implication du groupe chinois GCN dans plusieurs projets nucléaires en cours est actuellement critiquée par les députés, en raison des tensions économiques et diplomatiques entre la Chine et le Royaume-Uni. GCN pilote notamment avec EDF le développement d’Hinkley Point, la seule centrale nucléaire en construction outre-Manche.

Le nucléaire fournit actuellement 20% de l’électricité du pays. Le gouvernement souhaiterait maintenir cette part d’ici 2050, afin d’atteindre la neutralité carbone à cette date. Mais, comme le rappelle l’analyste Simon Wardley, « environ la moitié de notre capacité nucléaire doit être arrêtée en 2025, soit 10% de la production électrique du pays ». La fermeture programmée de ces réacteurs obsolètes imposent donc d’en construire de nouveaux. Wylfa devait d’ailleurs entrer en service en 2025 ; en 2018, Toshiba avait également renoncé à construire une centrale dans le nord-ouest du Royaume-Uni. Le gouvernement va donc devoir trouver rapidement des alternatives viables.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 18 Fév 2016
Invité de la matinale d'RTL le mardi 16 février dernier, le PDG d’EDF Jean-Bernard Lévy a expliqué que l’entreprise publique ne verserait pas de « dividendes en cash » à l’Etat, actionnaire majoritaire. Cette décision a été prise par les pouvoirs publics eux-mêmes,…
mer 17 Oct 2018
Fin juin, le débat public sur la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) avait souligné l’importance de la dimension solidaire de la Transition écologique et solidaire. Depuis, avec la démission de Nicolas Hulot, de nombreux observateurs s’interrogent sur l’avenir de la…
ven 16 Déc 2016
Le directeur général d'Areva Philippe Knoche a annoncé jeudi 15 décembre, à l'issue d'un conseil d'administration, que des "offres fermes" avaient été reçues par le groupe de la part d'investisseurs étrangers. Ceux-ci souhaiteraient acquérir 10% de la future entité NewCo…
jeu 17 Avr 2014
Par erreur, de l’eau hautement contaminée a été déversée dans l’un des bâtiments de la centrale de Fukushima. L’incident a été révélé par un courriel de la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco), chargé de stocker l’eau souterraine en amont des réacteurs…

COMMENTAIRES

  • Excellente initiative de la part d’Hitachi qui n’a pas envie d’être le dindon de la farce nucléaire

    Répondre
  • Il faut savoir raison garder …
    Sans centrale nucléaire, pas de neutralité carbone en 2050 !

    Répondre
  • La raison justement, c’est de tenir compte des réalités.
    En 2001, le nucléaire représentait 17% de la production d’électricité mondiale avec 2.655 TWh.
    En 2019, le nucléaire n’a produit que 10,4% de l’électricité mondiale, avec 2.796 TWh (moins qu’en 2006, année record avec 2.804 TWh et 14,6%) et moins qu’en 2010 aussi (vous savez, avant Fukushima).

    En 2019, la capacité nucléaire mondiale a diminué, avec 392,1 GW contre 396,4 GW un an plus tôt. Davantage de réacteurs ont été arrêtés que mis en service, en nombre et en puissance.
    Sur une durée de 18 ans, de 2001 à 2019, la capacité nucléaire n’a augmenté que de 38,8 GW (11%).

    L’agence atomique internationale prévoyait en 2010 que la capacité nucléaire atteindrait entre 453 et 550 GW en 2020. Ces prévisions ont diminué avec le temps. Bien que l’année ne soit pas finie, la capacité devrait rester inférieure à 400 MW en 2020.

    Pour ce qui est des prévisions alors que cette agence estimait en 2010 qu’il y aurait une capacité nucléaire de 590 à 1.415 GW en 2050, les dernières prévisions sont encore à la baisse, avec une fourchette de 363 à 715 GW en 2050.

    Si vous voulez éliminer les fossiles de la production d’électricité, regardez plutôt du côté des renouvelables. En 2019, ils ont produit 2,5 fois plus d’électricité que le nucléaire : 1,5 fois plus pour l’hydraulique et un peu plus que le nucléaire pour les autres renouvelables.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.