Recyclage des déchets nucléaires : le défi d'Hitachi - L'EnerGeek

Recyclage des déchets nucléaires : le défi d’Hitachi

640px-Hitachi_Group_PavilionL’été dernier, le groupe Hitachi a annoncé qu’il travaillait en partenariat avec des universités américaines sur le réacteur nucléaire de demain. L’enjeu de ces recherches est de composer avec un des éléments les plus problématiques  de l’énergie nucléaire : les déchets radioactifs. L’objectif du groupe japonais est donc de trouver une solution scientifique pour limiter, voire supprimer ces déchets. Après un an de recherche, quel bilan pour Hitachi et ses partenaires ?

 

Utiliser les déchets radioactifs comme combustible pour le réacteur de demain

Il y a quasiment un an, le groupe Japonais Hitachi a annoncé officiellement qu’il travaillait sur un projet de recyclage des déchets radioactifs, avec l’aide de trois universités américaines : le Massachusetts Institute of Technology (MIT), l’Université du Michigan (U-M) et la fameuse Université californienne de Berkeley (UCB). Le groupe Hitachi qui est aujourd’hui un des leaders japonais de l’industrie électronique, s’est engagé durablement dans le secteur du nucléaire en 2012 avec le rachat d’Horizon Nuclear Power.

Doté d’un service de Recherche et Développement (R&D) puissant et réputé, le groupe Hitachi a décidé de faire du recyclage des déchets nucléaires son cheval de bataille. La production d’électricité via le nucléaire produit deux types de déchets : les déchets de courte vie qui sont majoritaires et qui restent radioactifs durant quelques décennies. La deuxième catégorie de déchets est celle des déchets qui ont une vie longue. Ils sont certes minoritaires (environ 10% des déchets) mais ils restent radioactifs pendant plusieurs millénaires.

La proposition de recherche sur laquelle travaille le groupe japonais Hitachi ainsi que ses partenaires universitaires du nouveau continent, serait d’utiliser les déchets nucléaires de vie longue comme combustible au sein d’un réacteur à eau bouillante (BWR : Boiling Water Reactors) pour en réduire la radioactivité tout en produisant de l’énergie. En mai dernier, lors d’une conférence internationale sur le nucléaire à Chiba au Japon, le groupe Hitachi a livré ses dernières avancées sur ce dossier, annonçant que la phase de recherche était quasiment terminée et que le projet entrait dans sa phase de développement.

Un projet qui devrait voir le jour en 2030

Il existe plusieurs types de réacteurs nucléaires : les réacteurs à eau sous pression, les réacteurs CANDU, les RBMK et les réacteurs à eau bouillante. Ce sont ces derniers que le groupe Hitachi développe au sein de ses centrales nucléaires tout en menant des recherches sur le recyclage des déchets nucléaires. En modifiant la structure de ces réacteurs, la firme japonaise entend utiliser les déchets radioactifs de longue vie comme combustible, en appoint de l’uranium. La réaction produite permettrait ainsi d’utiliser la radioactivité de ces déchets pour produire de l’énergie.

Alors qu’il faut près de 100.000 ans aux déchets radioactifs de longue vie pour retrouver leur état naturel, le futur réacteur à eau bouillant ferait tomber à une centaine d’années la radioactivité de ces déchets utilisés comme combustible. Le groupe japonais espère pouvoir mettre ce type de réacteur sur le marché dès 2030, cependant le développement d’une telle technologie coûte cher au groupe nippon. Et jusqu’à présent le gouvernement japonais ne s’est pas montré très enclin à apporter les fonds nécessaires. La priorité pour le gouvernement de Shinzo Abe étant de sécuriser les sites actuels et de relancer tous les réacteurs qui peuvent l’être dans des conditions optimales de sûreté.

En mai dernier, au salon international du nucléaire à Chiba, le groupe japonais Hitachi a dévoilé au grand public son futur réacteur à eau bouillante, le RBWR (Resource-renewable Boiling Water Reactors) qui permettra la combustion des déchets radioactifs de longue vie. Cette avancée, si elle se concrétise, permettra de réduire la radioactivité des déchets, qui pose aujourd’hui problème. Mais cette technologie permettrait aussi de réduire la consommation d’uranium en utilisant les déchets radioactifs comme combustible. Une invention donc potentiellement bénéfique pour l’économie mais aussi pour la planète.

reacteur_eau_bouillante_photo_hitachi

Crédits photo: Hitachi group

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 13 Juil 2018
Appelé à se prononcer sur le cas des deux EPR de la centrale Hinkley Point C au Royaume-Uni suite au recours déposé par l’Autriche et le Luxembourg, le Tribunal de l’Union européenne s’est déclaré favorable à la poursuite du projet,…
mer 17 Juin 2015
Quatre années après l'accident nucléaire de la centrale de Fukushima (11 mars 2011), un nouveau calendrier de démantèlement a été présenté. Il accuse deux à trois années de retard pour le nettoyage du site par rapport au planning initial. L’électricien Tokyo Electric Power…
jeu 1 Mar 2018
Conformément aux accords initiaux signés avec Japan Nuclear Fuel Limited (JNFL) et Mitsubishi Heavy Industries (MHI) en mars 2017, les deux sociétés japonaises sont entrées au capital du groupe français Orano à hauteur de 500 millions d’euros. Cette participation vient…
mar 27 Juin 2017
Remise en cause ces derniers mois par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en raison de teneurs en carbone excessives, la qualité de la cuve du futur réacteur EPR de Flamanville dans la Manche ne poserait en réalité aucun problème de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.