2020 : forte baisse de la demande d'énergie, les renouvelables seuls en hausse - L'EnerGeek

2020 : forte baisse de la demande d’énergie, les renouvelables seuls en hausse

2020 baisse demande energie renouvelables hausse - L'Energeek

Ce lundi 4 mai 2020, l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) a publié un rapport détaillant ses prévisions pour l’année 2020, en prenant en compte la crise économique provoquée par la pandémie mondiale de Covid-19. La demande en énergie devrait connaître une baisse historique de 6% par rapport à 2019, mais avec une hausse de 1% des renouvelables. Ces derniers sont en effet favorisés par leurs prix et les dispositifs les rendant prioritaires dans les réseaux de distribution d’électricité.

Une baisse historique de la demande en énergie dans le monde

2020 : année noire pour la demande en énergie, année verte pour les renouvelables ? Le raccourci est simpliste, mais c’est bien ce qui ressort du rapport publié ce lundi 4 mai 2020 par l’AIE sur la consommation énergétique pour l’année 2020. L’agence a ainsi analysé les données énergétiques d’une centaine de journées des premiers mois de 2020, et en a corrélé une analyse détaillée de l’impact de la pandémie de Covid-19 sur les dépenses et émissions énergétiques.

Le premier enseignement est que la demande en énergie devrait s’effondrer de 6% en 2020, par rapport à 2019. Soit la plus forte chute depuis la Seconde Guerre Mondiale. Et, en chiffre absolu, la plus forte de l’histoire.

Par source d’énergie, l’AIE prévoit une baisse spectaculaire de la demande en pétrole (9%) et en charbon (8%). La consommation de gaz se maintient davantage, mais chuterait tout de même de 5%. En conséquence, les émissions de CO2 devraient diminuer de 8% sur l’année 2020, la plus forte baisse de l’histoire là aussi. Les émissions retrouveraient ainsi leur niveau de 2010.

Quant au nucléaire, il résisterait mieux à la pandémie, car il a la priorité sur les centrales thermiques pour l’injection sur les réseaux : l’AIE anticipe une baisse d’un peu plus de 2% pour l’énergie atomique en 2020.

Malgré la crise, les renouvelables maintiennent leur croissance

En revanche, les énergies renouvelables devrait maintenir leur croissance. De 1,5% sur le premier trimestre 2020, elle devrait rester un peu en dessous des 1% sur l’ensemble de l’année. La majorité des gestionnaires d’énergie dans le monde favorisent en effet les énergies renouvelables.

Trois grandes raisons à cela : d’abord, une fois installées, les renouvelables produisent souvent une électricité moins chère que les centrales conventionnelles. Ensuite, dans l’optique de soutenir la transition énergétique, de nombreux régulateurs rendent les renouvelables prioritaires pour l’injection sur les réseaux d’électricité. Même si la demande baisse, la production renouvelable est donc plus facilement consommée. Enfin, les vents et l’ensoleillement ont été particulièrement forts en Europe et aux Etats-Unis début 2020, conduisant à une production renouvelable globalement plus élevée.

Si bien que la part du renouvelable dans l’approvisionnement électrique mondial devrait atteindre 30% en 2020, contre 26% en 2019. Pour autant, les usines d’éoliennes et de panneaux solaires étant, dans le monde entier, ralenties, voire à l’arrêt, la croissance de la puissance renouvelable installée devrait connaître un recul sur l’année. «Il est encore trop tôt pour déterminer les impacts à long terme, mais le secteur de l’énergie qui sortira de cette crise sera différent de celui qui l’a précédé», conclue Fatih Birol, directeur de l’AIE.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 14 Fév 2017
Deuxième producteur français d'électricité, la Compagnie nationale du Rhône (CNR) a annoncé, le 9 février dernier, son ambition de raccorder d'ici 2018 39 hydroliennes fluviales dans le Rhône près de Génissiat dans l'Ain. Réalisé en partenariat avec le fabricant grenoblois d'hydroliennes…
jeu 2 Fév 2017
Très active sur le marché du nucléaire à l'international, l'agence russe Rosatom ne semble plus s'en contenter et regarde progressivement du côté des énergies renouvelables. Le fort potentiel de la Russie en matière d'énergie éolienne et les nouveaux objectifs du…
mer 29 Jan 2014
Le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) vient d’annoncer la fin des travaux de rénovation de l’unité 1 de la centrale géothermique de Bouillante (Guadeloupe), à ce jour la seule centrale de ce type à produire de l’électricité à…
lun 14 Août 2017
Après les déchets industriels, agricoles et domestiques, les eaux usées sont elles aussi destinées à participer à la transition énergétique des collectivités locales. Le processus de valorisation énergétique des eaux d'égouts, mis en place dans une piscine municipale parisienne et…

COMMENTAIRES

  • Les renouvelables en hausse ? évidemment , puisqu’en période de baisse générale de la consommation d’énergie, elles sont prioritaires.
    Mais tout cela à quel prix ? le Mwh de l’éolien est à 90 euros alors que le prix de gros de l’électricité est passé à moins de 20 : beau résultat.Qui paye la différence selon vous ?
    Par ailleurs ce n’est pas la baisse du nucléaire qui a fait baisser les émissions de CO2 puis qu’il n’en produit pas. C’est tout simplement l’arrêt du chauffage et du trafic routier.
    Pour finir le coupures de courant depuis cette crise , se multiplient.
    Alors les renouvelables ? il faut arrêter les fake news

    Répondre
  • Si l’on se contentait seulement de couvrir l’ensemble du bâtit de France de PPV, nous produirions le double de ce que produisaient les 58 réacteurs nucléaires du parc de réacteurs civils.

    Répondre
  • Rien d’étonnant que les renouvelables “maintiennent” la croissance de leur production, ce n’est pas un exploit sportif, technique ou managérial. Ni économique (elles coûtent plus cher aux clients et aux contribuables), ni écologique (l’électricité qu’elle déplace est généralement encore moins émettrice de gaz à effet de serre) : simplement, très simplement, l’électricité des renouvelables a la priorité sur toutes les autres … Ainsi l’a voulu l’Europe pour assurer leur développement dans les pays européens où l’électricité produite, souvent à base de charbon, émet beaucoup de CO2. Le menu nous a été imposé en France par l’Europe, par les anti-nucléaires hyper actifs et qui ont l’oreille de la plupart des gouvernements et par le dynamisme des entreprises- ensembliers Renouvelables qui achètent les équipements à l’étranger et se bornent à monter ces petites installations, souvent fortement consommatrices de terres agricoles (pour des rendements énergétiques médiocres et surtout intermittents).

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.