Transition énergétique: les régions d'Europe préparent l'après charbon

Transition énergétique: les régions d’Europe préparent l’après charbon

Les performances environnementales du charbon plaident en sa défaveur. C’est pourquoi, l’Europe est le continent où les efforts pour se passer de cette énergie sont les plus intenses. Seulement aujourd’hui encore, les centrales à charbon restent indispensables à l’approvisionnement électrique de certains territoires. Une réunion est d’ailleurs prévue à Bruxelles sur ce sujet le 8 et 9 avril 2019. À en croire un classement diffusé par le Guardian le 1er avril 2019, 9 des 10 entreprises les plus polluantes en Europe sont liées à l’exploitation du charbon. En France, le ministre François de Rugy prépare aussi la reconversion des territoires en transition. Dans cette perspective, RTE publie un rapport ce mercredi 3 avril 2019 pour préciser les conditions de l’équilibre offre-demande d’électricité en France sur la période 2019-2023…

Le charbon, premier pollueur d’Europe 

Le charbon n’a pas bonne presse en raison de la forte pollution qu’il engendre. En Europe, tous les pays n’adoptent cependant pas la même stratégie énergétique. Avec la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), la France prévoit d’arrêter l’exploitation du charbon d’ici à 2022. En revanche, son voisin allemand et son partenaire polonais suivent des trajectoires bien différentes. Le mix électrique allemand repose encore à 38 % sur le charbon, en raison d’une sortie rapide du nucléaire. La Pologne, elle, continue de miser sur le charbon, une ressource dont elle dispose à profusion et qui lui permet de jouir d’une certaine indépendance énergétique.

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant de constater que parmi les dix entreprises les plus polluantes du continent, neuf évoluent dans le secteur du charbon et huit sont allemandes ou polonaises. La centrale de Bełchatów en Pologne détient le triste record européen de 38,3 mégatonnes de CO2 relâchés dans l’air en 2018. Derrière, les six autres entreprises les plus polluantes sont des centrales allemandes.  Au niveau européen donc, comme au niveau mondial, le charbon continue de peser dans le mix énergétique, et sur les émissions de gaz à effet de serre.

La transition énergétique des régions passe par les ENR, le nucléaire et les smart grids

Pour évoquer le sujet à Bruxelles, Dominique Ristori retrouvera notamment le président de la commission énergie au Parlement européen, Jerzy Buzek. A cette occasion, il sera notamment question de la situation allemande, avec les recommandations de la commission charbon et le secrétaire d’Etat, Hendrik Fischer. Les enjeux sont complexes, avec l’Accord de Paris à respecter. En France justement, le ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES) veut montrer l’exemple. Il  s’est engagé à mettre fin à l’exploitation du charbon. Cependant, le 1er avril 2019, François de Rugy avertissait : “nous voulons évidemment prendre toutes les précautions parce que la sécurité d’approvisionnement en électricité des Français, ce n’est pas un sujet que l’on peut balayer d’un revers de la main (…) ça c’est ma responsabilité”. C’est pourquoi, EDF prépare le projet Ecocombust depuis 2015, afin de remplacer le charbon par de la biomasse.

Et ce mercredi 3 avril 2019, le Réseau de transport d’électricité (RTE) publiait justement son rapport sur l’équilibre offre-demande d’électricité en France sur la période 2019-2023. Le document commandé par le MTES contient “des analyses complémentaires du Bilan prévisionnel 2018 avec « certains scénarios particulièrement contraints »“. Selon Dominique Pialot dans La Tribune, il indique que la centrale de “Cordemais (Loire-Atlantique) devra rester en veille jusqu’au démarrage de l’EPR de Flamanville“. Par ailleurs, le rapport précise : “le déploiement des compteurs communicants, qui sera généralisé d’ici 2022, et la sensibilité croissante de la population à l’enjeu de maîtrise de la consommation d’énergie, offrent des perspectives nouvelles pour maîtriser les appels de puissance des pointes de consommation“.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 14 Juin 2017
Fermement opposée au nouveau projet de gazoduc Nord Stream 2 reliant la Russie et l'Allemagne par la mer Baltique, la Pologne confirme sa volonté de se défaire progressivement de l'emprise russe en matière d'approvisionnement gazier. A la suite d’un contrat…
mar 19 Fév 2019
Avec l'approche du Brexit, les acteurs de l'économie britannique bouillonnent. La perspective d’une sortie de l’Union européenne sans accord mobilise beaucoup d’énergie, en raison des conséquences très concrètes qui se feraient sentir dès le 31 mars 2019. L’alimentation ou les…
jeu 11 Mai 2017
Selon la dernière estimation de l'association professionnelle Cedigaz rendue publique mercredi 10 mai 2017, la consommation de gaz naturel dans le monde aurait progressé de 1,6% en 2016. Bénéficiant de températures plus fraîches en fin d'année, la filière a toutefois dû…
jeu 14 Mar 2013
Le parc thermique français est en cours de modernisation : des installations plus propres, au meilleur rendement et utilisant notamment du gaz naturel comme combustible remplacent progressivement les plus anciennes centrales au charbon. Pourtant cet hiver la consommation du charbon pour…

COMMENTAIRES

  • Ecocombost et biomasse?
    Dans le système terre d’avant les hydrocarbures, quelle gestion pour la biomasse?
    Il me semble que c’était un juste retours de la biomasse à la terre, pour entretenir la pédosphère.
    Notre système terre aurait il changé depuis? Qu’est ce qui va remplacer cette biomasse transformée en gaz, rien?
    L’incurie et l’inconséquence des projets énergétique est décidément un leitmotiv de nos sociétés!
    S’en faire le relais semble relever d’un obscurantisme qui étonne pour un blog composé d’experts en système, non?

    Répondre
  • Experts en système ? Je ne le pense pas. L’esprit de ce site est tout à fait dans la pensée unique bobo-écolo-marxiste de notre époque, sans véritable compétence dans les systèmes énergétiques complexes liés aux impératifs économiques et sociologiques.

    Répondre
  • Pourquoi ne pas mentionner que RTE estime à 20h par an en moyenne le besoin d’utiliser la centrale de Cordemais pour équilibrer le réseau du Grand-Ouest ? (et en tous cas maxi 250h sans l’EPR ni la CCG ni Eleclink et en cas de froid historique)
    EDF estime de son côté qu’en dessous de 800h le projet Ecocombust n’a pas de sens économiquement, et que là encore il faudra malgré tout des subventions de l’Etat via un tarif de rachat.
    Pourquoi ne pas dire que RTE ne se base quasiment pas sur une trajectoire de diminution des consos, qui pourrait réellement advenir en cas de politique volontariste notamment dans la rénovation ?
    Pourquoi ne pas dire que la CCG et l’EPR s’avèrent tout à fait superflus à partir du moment où Eleclink sera mis en service ?

    Finalement une seule question me vient : avez-vous lu le rapport RTE avant la publication de votre article ????

    Un site soit disant “geek de l’énergie” ou un site qui cherche à faire de l’audience tout simplement ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.