Nicolas Hulot et Laurent Berger signent un pacte social et écologique

Nicolas Hulot et Laurent Berger signent un pacte social et écologique

transition ecologique

Alors que le Grand Débat National se termine dans quelques jours, Nicolas Hulot vient de reprendre la parole. L’ancien ministre et Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, ont présenté le 5 mars 2019 un Pacte social et écologique. Ensemble, ils forment une coalition inédite de dix-neuf syndicats et associations pour défendre l’environnement…

Pacte social et écologique : un lien étroit entre écologie, énergie et social

Avec cette liste de 66 propositions, l’objectif est notamment de souligner le lien qui existe entre l’écologie, l’énergie et le modèle social français. Face au phénomène de précarité énergétique, les organisations dressent par exemple plusieurs propositions concrètes pour l’habitat. Selon la proposition n°2, il faut “en finir avec les logements indignes et les passoires énergétiques en finançant leur rénovation et en interdisant à terme leur mise en location“.

Un plan d’investissement pour la transition écologique

Les propositions portées par Nicolas Hulot et Laurent Berger s’intéressent aussi au financement de la transition écologique. D’après eux, il est impératif de “sortir les investissements verts du calcul du déficit public dans les règles européennes“. Dans le même temps, ils souhaitent que le gouvernement définisse “un plan d’investissement public et privé dans la transition écologique à hauteur des 55 à 85 milliards d’euros manquants par an entre 2019 et 2023“. Ces deux dispositions devraient permettre de s’orienter plus assurément vers le respect des ambitions portées par l’Accord de Paris.

Cette logique doit en particulier intégrer les spécificités régionales, et impliquer les territoires dans la transition écologique. Pour cela, les propositions s’intéressent à deux points spécifiques. En ce qui concerne le financement, l’Etat doit “créer des budgets participatifs au niveau local pour organiser la transition : 10 milliards de l’Etat, 10% du budget des collectivités locales, 10% du budget de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine” (ANRU). Le financement ainsi dégagé doit servir à soutenir le développement des ENR sur tout le territoire. La proposition 49 invite ainsi les pouvoirs publics à “s’engager résolument dans les énergies renouvelables et les économies d’énergie, créatrices d’emplois non-délocalisables.”

La mobilité durable pour sortir du pétrole

Autre point crucial de la transition écologique : la fin de la dépendance aux énergies fossiles. Pour cela, le programme prévoit une série de propositions en faveur de la mobilité durable. Il demande notamment de “fixer la fin de vente des véhicules essence/diesel neufs à un horizon compatible avec l’Accord de Paris“. Il réclame aussi que l’Etat se réengage “dans le maillage ferroviaire du territoire, pour lutter contre le dérèglement climatique et les fractures territoriales“.

Les propositions en faveur de la mobilité propre ne concernent pas que les transports en commun. Elles visent aussi à favoriser les alternatives pour les trajets quotidiens, notamment en ce qui concerne les déplacements domicile-travail. Le remboursement employeur des frais de trajets pourrait par exemple bénéficier à tous les salariés, tant pour favoriser l’usage du vélo que le recours au covoiturage.

Vers la fin de l’exonération de la taxe carbone ?

Par ailleurs, la question de la taxe carbone refait surface dans la liste des propositions portées par Nicolas Hulot et Laurent Berger. Ils proposent ainsi de “mettre fin aux exonérations de la taxe carbone française pour certains secteurs, en particulier pour le transport aérien et maritime, les entreprises du secteur carbone européen et le transport routier de marchandises.

Le sujet n’est pas nouveau, mais la question de la taxe carbone reste encore assez incompréhensible pour de nombreux Français. Lors de BFM Politique le 10 mars 2019, il n’est pas certain que l’intervention de Ségolène Royal clarifie la situation… En effet, contrairement à ce qu’elle affirme lors de l’émission, Nicolas Hulot n’est pas celui qui a instauré la taxe carbone en France !

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 9 Sep 2016
C'est à Abou Dhabi qu'a commencé et s'est terminée l'aventure de Solar Impulse 2. Le 26 juillet dernier, cet avion à propulsion électrique terminait en effet avec succès un périple tout aussi ambitieux qu'improbable : un tour du monde en avion…
lun 12 Sep 2016
Tandis que l'Amérique latine est la région du monde où l'énergie renouvelable se développe le plus rapidement, le Chili, gros producteur d'énergie solaire, participe aujourd'hui pleinement de cette croissance exponentielle. Le pays a vu son nombre d'installations renouvelables augmenter considérablement…
jeu 23 Mai 2013
Le barrage hydroélectrique de Voulgans est situé sur la rivière de l’Ain, dans le Jura. D’une puissance de 262 MW, ce barrage voûte a été mis en service en 1970. Sa hauteur est de 135m, pour 425m de longueur. Son…
lun 19 Sep 2016
Trois îles du Finistère non raccordées au réseau électrique du continent ont lancé officiellement, mardi 6 septembre dernier à Molène, le coup d'envoi d'un ambitieux programme de transition énergétique. Ce projet pilote unique en France a pour objectif d'alimenter ces territoires…

COMMENTAIRES

  • La taxe carbone ? questions: après l’établissement de la taxe carbone les véhicules vont ils moins polluer ? et nos hommes politiques donneurs de leçons se déplacent ils à bicyclette ?La France est un tout petit pays , elle ne peut à elle seule résoudre les problèmes de pollution de la planète, par contre si les chercheurs et les pays du monde entier se donnaient les moyens de contrôler la fusion nucléaire je crois que les problèmes du monde seraient en grande partie résolus

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.