Engie va poursuivre sa conversion aux énergies renouvelables

Engie va poursuivre sa conversion aux énergies renouvelables

engie isabelle kocher enr

Ce jeudi 28 février 2019, Isabelle Kocher continue de suivre sa feuille de route. Le géant français de l’énergie Engie (ex-GDF Suez) a fait plusieurs annonces lors de la présentation de ses résultats. La plus importante est peut-être celle concernant la stratégie 2019-2021, qui met en son cœur le développement des énergies renouvelables. L’entreprise entend ainsi poursuivre sur sa lancée afin de devenir « le leader mondial » de « la transition zéro carbone ».

Les EnR plus que jamais au cœur de la stratégie

Après les discussions de la loi Pacte, Engie se rêve en champion mondial de la transition énergétique. Les résultats 2018 dévoilés par Isabelle Kocher ce jeudi 28 février 2019, à Londres, confirment du moins la stratégie pour la période 2019-2021. Au cours des trois prochaines années, le groupe va poursuivre son recentrage sur les énergies renouvelables. Il va également continuer la cession de certains actifs qui n’entrent pas dans les plans de la direction. Ce dernier doit finir de se séparer des centrales à charbon dont il est toujours propriétaire. Avec une trajectoire financière confirmée malgré les difficultés en Belgique, les agences de notation valident les options de la direction.

Premier objectif fixé : l’ajout de 9 MW d’énergies vertes à son portefeuille. Engie veut se placer à l’avant-garde de la « deuxième vague de la transition énergétique ». « Alors que, dans les dix dernières années, la transition énergétique était poussée par les Etats, elle est aujourd’hui tirée par les entreprises et les collectivités territoriales sous l’impulsion exigeante de leurs parties prenantes, clients et citoyens, qui font monter la pression » a affirmé Isabelle Kocher. Désormais l’Accord de Paris sert effectivement de ligne conductrice pour l’action de multinationales.

Une transition jusque-là payante

Si Engie continue son fort développement dans les énergies renouvelables, c’est aussi parce que les fruits économiques et financiers sont à la hauteur des prévisions. Le groupe assure avoir atteint ses objectifs pour l’année 2018 avec notamment un résultat net récurrent part du groupe de 2,5 milliards d’euros. Grâce à sa croissance organique et à des opérations de cessions, l’entreprise assure son désendettement tout en conservant la préoccupation d’améliorer sa rentabilité. Ainsi, Engie table sur une progression du résultat net courant entre 7 % et 9 % par an pour la période 2018 -2021.

Pour accroître sa présence dans le domaine des EnR, Engie prévoit notamment de recentrer ses activités en quittant une vingtaine de pays au cours des trois prochaines années. L’Asie du sud-est et le continent africain vont être au cœur des préoccupations du groupe. Engie veut faire moins de choses, mais mieux et toujours avec l’idée d’être plus compétitif. En Indonésie par exemple, Engie va investir dans la géothermie. Au total, le groupe prévoit de consacrer entre 11 et 12 milliards d’euros pour les investissements sur la période 2019/2021.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 18 Fév 2020
Bonne nouvelle : l'éolien a encore progressé en Europe en 2019, où il a couvert 15% du mix électrique. Ce chiffre fait partie des résultats publiés lundi 6 février par l'association WindEurope. Une bonne nouvelle qui ne doit toutefois pas…
mer 10 Avr 2013
Mercredi 10 avril, la deuxième convention Thétis des Energies marines renouvelables (EMR) s’ouvre à Brest. Elle réunit 170 exposants et près de 1500 participants sont attendus. Créée en 2012, la convention Thétis a pour but de faire se rencontrer les…
mar 20 Août 2013
Inauguré dimanche 18 août, le parc éolien offshore allemand de Riffgat, situé en mer du Nord au large de l’île de Borkum, ne peut pourtant pas produire d’électricité et consomme des milliers de litres de diesel. Ce parc pour lequel…
mar 1 Août 2017
Considéré comme une alternative propre et durable pour le stockage des énergies renouvelables intermittentes, l'hydrogène reste toutefois encore assez peu compétitif au regard des coûts de production qu'il implique. Un manque d’efficacité et de compétitivité auquel les chercheurs de l'Institut…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.