Engie bientôt délesté de 4 centrales à charbon en Europe ?

Engie bientôt délesté de 4 centrales à charbon en Europe ?

rotterdam engie charbon

Le géant de l’énergie, Engie, serait en passe de céder ses 4 dernières centrales à charbon en Europe. L’information a d’abord été annoncée par Bloomberg et confirmée le 21 janvier 2019 par les Echos. La cession de trois centrales en Allemagne et d’une centrale aux Pays-Bas serait toutefois imminente. Par ailleurs, Jean-Pierre Clamadieu et Isabelle Kocher présenteront une nouvelle feuille de route pour la stratégie du groupe, en même temps que leurs résultats 2018, c’est à dire en février 2019…

Une nouvelle cession d’actifs pour une décarbonisation d’Engie

Depuis l’automne 2015, Engie souligne son engagement pour la transition énergétique. L’énergéticien a par exemple décidé de renoncer à la source d’énergie la plus polluante : le charbon. C’est pourquoi, récemment, le groupe a cédé ou fermé de nombreuses centrales à charbon aux quatre coins du monde. Ainsi, l’Indonésie, les Etats-Unis ou encore la Pologne ont vu Engie tourner le dos à cette énergie. Le site d’Hazelwood en Australie – extrêmement polluant – a aussi été fermé. L’acteur historique du gaz naturel en France espère effectivement se séparer du charbon au profit du gaz, du nucléaire et des énergies renouvelables. Dans une interview qu’elle accorde au Parisien le 21 janvier 2019, Isabelle Kocher se félicite en évoquant “la vente ou la fermeture de centrales à charbon depuis plusieurs années“.

La nouvelle cession imminente concerne la centrale de Rotterdam (Pays-Bas), ainsi que celles de Zolling, Farge et Wilhemshaven (toutes trois situées en Allemagne). L’américain Riverstone serait le repreneur pour un montant de 250 millions d’euros. Une somme relativement importante au regard des 2,3 GW de capacités cédées (soit 2 % de la production totale d’Engie). Mais l’enjeu est ailleurs puisque cette cession permettrait à Engie de baisser la part du charbon dans son mix électrique. Une évolution positive surtout qu’Isabelle Kocher, directrice générale, doit présenter dans quelques semaines la feuille de route du groupe pour les années à venir.

Une stratégie ambitieuse qui n’évite pas les critiques

Toutefois, Engie n’est pas exempt de quelques critiques. Certains lui reproche par exemple d’être resté engagé dans la construction de centrales à charbon au Brésil, Chili et Maroc. Verre à moitié vide ou à moitié plein, le charbon représente aujourd’hui 7 % du mix d’Engie, contre 15 % il y a trois ans. Autre motif de critiques, la cession et non la fermeture de certains sites agacent les ONG. Si Engie devient plus vert, les centrales cédées à Rivertstone continueront de produire et de polluer. “Sur France Info ce 22 janvier 2019, Isabelle Kocher a néanmoins indiqué qu’en 2020 son entreprise n’exploiterait plus de charbon, et que si elle avait déjà démantelé de nombreuses centrales par le passé, elle préparait cette fois la vente de ses centrales en Allemagne, Au Pays-Bas et en Thaïlande”

Une ONG comme Les Amis de la Terre en appelle à l’Etat, premier actionnaire d’Engie avec 24 % du capital. Afin d'”accélérer la sortie du charbon dans le monde et particulièrement en Europe, [Emmanuel Macron] doit empêcher ces reventes et sécuriser la fermeture de ces centrales” estime l’ONG. Car si les Pays-Bas se sont engagés à sortir du charbon en 2030, l’Allemagne continue d’exploiter ce minerai. Rien n’indique donc, que les centrales de Zolling, Farge et Wilhemshaven auront cessé de tourner à cette date. La présentation de la nouvelle feuille de route d’Engie sera peut être l’occasion d’obtenir plus d’éléments de réponse sur ces différents sujets…

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 18 Mai 2018
Troisième groupe français (après les groupes automobiles PSA et Renault) et premier pétrolier occidental à être revenu en Iran après la levée des sanctions en janvier 2016, le groupe Total pourrait finalement ne pas donner suite à l’accord signé avec…
mar 10 Oct 2017
Si la production de gaz vert continue d'augmenter en France, grâce notamment à des mécanismes de soutien public réguliers, la filière ne compte actuellement que 36 sites de production de biométhane en service et le pays est encore très en…
ven 5 Juil 2019
La filiale italienne d’EDF a décidé de renoncer à ses activités dans le gaz et le pétrole. En effet, jeudi 4 juillet 2019, Edison Exploration and Production a été cédé pour près d’un milliard de dollars. Grâce à cette opération,…
jeu 6 Juil 2017
Bientôt deux ans après les Accords de Vienne entre Téhéran et les grandes puissances mondiales qui limitent le programme nucléaire iranien au seul domaine civil, l'Iran est désormais perçu en Europe comme un partenaire économique prometteur. Le pays, qui souhaite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.