Afrique : la Côte d’Ivoire face au défi de l'électrification

Afrique : la Côte d’Ivoire face au défi de l’électrification

En pleine croissance démographique et économique, le gouvernement ivoirien entend doubler la capacité de production électrique du pays, à 4 500 MW. Les projets se multiplient, notamment sous l’impulsion du président Alassane Ouattara.

Alassane Ouattara s’engage avec le Programme national d’électrification rurale

Le Président de la Côte d’Ivoire Alassane Ouattara l’avait promis. L’électrification de la Côte d’Ivoire devrait être totale à l’horizon 2025. Promesse particulièrement ambitieuse si l’on considère qu’une grande partie des habitants des zones électrifiées ne sont pas raccordés au réseau, comme le faisait remarquer la Banque mondiale en 2017. Selon l’institution financière internationale, en 2016 le taux d’électrification du pays était de 64,3%.

Particulièrement concernées, les zones rurales retiennent l’attention des pouvoirs publics. En effet, toujours d’après la banque mondiale, l’électrification des zones rurales est sensiblement inférieure (38,1%). C’est pourquoi, le Programme national d’électrification rurale (PRONER) vise l’électrification des villages de plus de 5000 habitants avant 2019. Adopté en Conseil de ministres en juillet 2013, le programme devrait avoir un coût global d’environ 600 milliards de F CFA (1,4 milliard de dollars).

« Le président de la République a promis l’électrification des villages de plus de 500 habitants en 2020. À fin 2017, nous étions à 4 600 localités électrifiées sur 8 000. Je pense qu’à la fin de cette année nous allons dépasser les 5 000 et nous devrions être, en 2020, dans les délais impartis par le président de la République », a affirmé le ministre ivoirien du Pétrole, de l’Énergie et des Énergies renouvelables, Thierry Tanoh, le dimanche 4 novembre 2018.

Promesses tenues : priorité à l’électricité

Les promesses du gouvernement ivoirien ne s’arrêtent pas là. Instauré en mai 2014, le Programme Électricité pour tous (PEPT) vise de son côté à « favoriser l’accès de l’ensemble des populations à l’électricité », notamment en facilitant les modalités de paiement du coût de raccordement. « Avec un apport initial de 1 000 FCFA, les bénéficiaires du “Programme Electricité pour tous” disposent d’un branchement électrique et d’un abonnement au réseau électrique dont le coût total, d’environ 150 000 FCFA, sera payé sur une période de 10 ans », a tweeté Alassane Ouattara le 14 novembre 2018.

Afin de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020, le gouvernement doit répondre à une demande d’électricité de plus en plus importante, induite par la reprise économique et la croissance démographique. Estimée à quelque 2 000 MW en 2015, la capacité de production électrique devrait passer à plus de 4 000 MW d’ici à 2020.

Par ailleurs, un ambitieux Projet de développement et de réhabilitation du réseau électrique (PRODERCI) a été lancé en juillet par le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly. D’un coût de 460 milliards de F CFA (environ 822 millions de dollars), il prévoit la construction de 11 nouveaux postes haute tension, la réhabilitation et l’extension de 15 postes haute tension existants, la construction de 1 685 km de lignes haute tension et la création de 41 nouveaux départs de 30 kW et de cinq nouveaux départs 15 kW à Bondoukou et Bouna, dans le nord du pays.

Photovoltaïque en force

Les investissements dans les énergies renouvelables se multiplient également. Mardi 30 octobre 2018, le Conseil des ministres « a adopté un décret portant approbation de la Convention Galilea pour la conception, le financement, la construction, la détention en pleine propriété, l’exploitation, l’entretien et la maintenance des ouvrages d’une centrale solaire de 66 MW à Korhogo ». D’un coût estimé à 47,2 milliards de F CFA (environ 73,8 millions de dollars), la centrale permettra de produire environ 118 GWh d’énergie par an.

La centrale de Korhogo vient s’ajouter à celle de Boundiali (nord), la première centrale solaire du pays, qui aura une capacité de 37,5 MW et permettra d’alimenter environ 30 000 ménages.

Un troisième grand projet complète la stratégie de développement du photovoltaïque à grande échelle. Il s’agit de la centrale de Benguébougou, dans le département de Korhogo. D’un coût de 23,6 milliards de F CFA et une capacité de 25 MW. Elle contribuera à réduire la dépendance du pays aux combustibles fossiles, et donc à respecter l’Accord de Paris.

Qui plus est, le gouvernement ivoirien n’a pas négligé les partenariats internationaux afin d’atteindre ses objectifs. Un accord de 14,9 milliards de F CFA (environ 25 millions de dollars) a été signé le 19 octobre 2018 avec l’Espagne. Objectif : financer les secteurs de l’eau et l’électricité. L’accord permettra en effet la construction du poste source 225/33 KV d’Abobo-Anyama pour un montant de 9,6 milliards de F CFA (environ 16,6 millions de dollars) et la construction du château d’eau d’Abobo avocatier de 5 000 m3/h pour un montant de 5,3 milliards de F CFA (environ 9 millions de dollars).

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 1 Fév 2017
Présentée comme la solution pour réduire votre facture énergétique et participer à la lutte contre le réchauffement climatique, la rénovation énergétique des logements est aujourd'hui fortement encouragée par le gouvernement. Les mécanismes de soutien financier sont de plus en plus…
jeu 18 Avr 2013
La production électrique de la Russie est largement dominée par les énergies fossiles. Le pays dispose d’importantes ressources en gaz et autres hydrocarbures. Mais il développe peu les filières renouvelables. D’après les chiffres publiés par l’observatoire des énergies renouvelables Observ’ER,…
jeu 7 Août 2014
Après le passage de la tempête tropicale Bertha vendredi dernier, la plupart des foyers Martiniquais ont été privés d’électricité au cours de l’après-midi. La raison de cette coupure généralisée : les impacts de foudre sur les lignes électriques. Permettant de protéger les installations électriques des…
mar 2 Juil 2019
Le 24 juin 2019, le plateau de Saclay, en région parisienne, a inauguré le premier réseau de chaleur de cinquième génération. Le nouveau système déployé marque une innovation technologique qui pourrait aider les réseaux de chaleur à se déployer en…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.