L’Union européenne ne renonce pas au pétrole iranien

L’Union européenne ne renonce pas au pétrole iranien

Un mécanisme européen doit voir le jour pour continuer à importer du pétrole iranien.

Après le retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire civil iranien le 8 mai 2018, beaucoup d’incertitudes pèsent sur le secteur de l’énergie.  En effet, les sanctions de Washington contre Téhéran risquent de durablement bouleverser les relations internationales. En première ligne, les énergéticiens sont particulièrement concernés par les soubresauts de la politique américaine… D’abord car l’Iran est un important producteur et exportateur de pétrole, mais aussi parce qu’un accord sur le nucléaire a été signé avec l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique !

Des sanctions américaines qui gênent l’Iran et… l’Union européenne

Malgré la montée en puissance des énergies renouvelables et l’attrait de l’Afrique pour le nucléaire, le pétrole reste une énergie stratégique. Depuis le pacte de Quincy, rappelle Matthieu Auzanneau, l’acquisition de réserves de pétrole hors des frontières américaines est devenue une priorité vitale pour l’administration de la première puissance mondiale. Et il en va désormais de même pour l’Union européenne…

Avec le retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire civil iranien, Donald Trump se retrouve isolé. En effet, ni la Chine, ni la Russie, l’Allemagne, la Grande-Bretagne ou la France, n’ont souhaité imiter le locataire de la maison blanche. Pour autant, cela n’a pas empêché ce dernier d’établir des sanctions le 5 novembre 2018. Parmi les secteurs touchés, le pétrole iranien est expressément visé. L’administration américaine cherche ainsi à déstabiliser l’Iran sur le plan économique. Cependant, les objectifs américains ont également des répercussions sur de nombreux pays européens qui achètent du pétrole à l’Iran. A titre d’exemple, le lundi 20 août 2018, Total a annoncé son retrait du projet South Pars .

Un mécanisme européen bientôt dévoilé

En 2017, les pays de l’Union européenne ont acheté 20 % du pétrole iranien produit. Aussi, le manque à gagner pour l’Iran est de l’ordre de 8 milliards d’euros. De leur côté, les pays européens doivent trouver de nouveaux fournisseurs avec le risque de voir les prix monter en raison de l’embargo décrété par les Etats-Unis. L’Union européenne travaille donc à une solution pour continuer à importer le pétrole iranien.

Invité à Bruxelles, le Vice-président iranien, Ali Akbar Salehi, se montre confiant : « Les Européens ont des difficultés, mais il sont en train de mettre en place un mécanisme qui va faciliter les transactions financières et les ventes de pétrole ». Le mécanisme devrait être présenté prochainement, mais il impliquera uniquement les pays qui en feront la demande. Concrètement, il s’agit de « créer une entreprise enregistrée dans un des Etats membres qui permettra les transactions. Il faut la doter de capital et préciser sa gouvernance » avait déclaré en septembre dernier Federica Mogherini, la Haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.

Miguel Arias Cañete veut poursuivre la coopération sur le nucléaire civil

Bruxelles ne veut pas couper tous les ponts avec Téhéran. Et les enjeux sont effectivement de taille ! En effet, le commissaire Européen, Miguel Arias Cañete, estime que l’Accord de Vienne sur le nucléaire iranien est crucial pour la sécurité de l’Union Européenne et le reste du monde. C’est pourquoi, il a réaffirmé l’intention européenne de poursuivre la collaboration dans le nucléaire civil avec l’Iran. Pour rappel, l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (IAEA) considère que jusqu’à présent l’Iran a toujours tenu ses obligations dans le cadre de l’accord…

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 10 Août 2018
Désireuse de réduire sa trop grande dépendance au gaz russe, l’Union européenne pourrait désormais s’approvisionner davantage aux Etats-Unis. Le GNL américain, dont le Président Donald Trump fait la promotion avec vigueur depuis quelques semaines, est effectivement envisagé par Bruxelles comme…
lun 3 Juil 2017
Comptant environ 500 installations de méthanisation en activité fin 2016, la France affiche toujours un retard conséquent sur ses voisins européens en la matière, mais espère bien dynamiser une filière énergétique prometteuse. Le gouvernement s’est fixé comme objectifs d’atteindre 1.000…
lun 8 Avr 2019
La diversification est un des maîtres-mots des énergéticiens. Engie n’échappe pas à la règle et vient de remporter un appel d’offres géant au Brésil. Associé au fonds canadien de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), Engie a…
Aperçu de la production énergétique française par filière depuis 2012 et nette prédominance du nucléaire dans le mix énergétique français. Source: https://opendata.rte-france.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.