PPE : première présentation prévue pour fin octobre 2018

PPE : première présentation prévue pour fin octobre 2018

ppe-programmation-pluriannuelle-energie-ppe-nucleaire-renouvelables

Enrichie d’un débat public globalement satisfaisant, la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) pour les périodes 2019-2023 et 2024-2028 devrait être dévoilée très prochainement par le gouvernement. Le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy a annoncé mercredi 5 septembre 2018 une première présentation avant la fin du mois d’octobre et saisi l’occasion pour rappeler la position du gouvernement sur la question de l’énergie nucléaire.

Tout juste nommé au ministère de la Transition écologique, l’ancien Président de l’Assemblée nationale s’exprimait au micro de France Inter mercredi 5 septembre 2018. Évoquant la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), François de Rugy profita de sa première interview pour annoncer la présentation officielle de la PPE avant la fin du mois d’octobre prochain. Le gouvernement sera en mesure de présenter sa feuille de route énergétique « à la fin du mois d’octobre ». Celle-ci précisera « la part de chaque énergie, le développement des énergies renouvelables que nous voulons faire », a-t-il indiqué.

La part du nucléaire en question dans la prochaine PPE

Fidèle à la ligne de conduite adoptée par le Président Emmanuel Macron jusqu’à présent, François de Rugy a rappelé que seule la centrale de Fessenheim en Alsace était prévue pour fermeture à ce jour et que le retrait du nucléaire ne pouvait être que progressif. Point central de cette PPE, la part du nucléaire dans le mix énergétique futur fait débat depuis plusieurs années maintenant et différents scénarios possibles ont déjà été évoqués par le ministre précédent Nicolas Hulot. Si aucune décision ne sera connue de fait avant fin octobre, on sait d’ores et déjà que la réduction de la production nucléaire sera mesurée, progressive et suivra un calendrier très précis, défini selon des critères économiques, sociaux et de sûreté.

Interrogé ensuite sur la question des déchets et le projet d’enfouissement en profondeur Cigéo en cours dans la commune de Bure dans la Meuse, le nouveau ministre a là aussi réaffirmé la position de son gouvernement, rappelant le manque d’alternatives sur ce dossier. « Même si on arrêtait le nucléaire demain matin – ce que personne ne propose et ce que tout le monde sait impossible à faire – même dans 10 ans, même dans 30 ans, on aurait de toute façon à gérer l’héritage des déchets nucléaires qui existent depuis qu’on produit de l’électricité avec des centrales nucléaires en France, c’est à dire depuis plus de 50 ans. Cela fera partie des sujets évidemment liés aussi à la Programmation pluriannuelle de l’énergie », a-t-il expliqué.

Pour rappel, la PPE actuelle, qui définit la trajectoire énergétique de la France pour la prochaine décennie, a été publiée officiellement fin 2016, mais était largement critiquée pour son manque de cohérence entre ses différents volets (consommation et production d’énergie). Une nouvelle version révisée sera donc présentée prochainement.

Crédits photo : Jean-louis Zimmermann

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 14 Août 2014
Selon la Word Nuclear Association, le nucléaire vit une période déterminante en Europe. La réussite des projets en cours (France, Finlande, Slovaquie) et à l’étude (Hongrie, Royaume-Uni, Lituanie, Bulgarie, République Tchèque, Pologne, Suède….) déterminera de l’avenir de l'énergie nucléaire sur…
lun 29 Sep 2014
L'éruption du volcan japonais Ontake qui a fait plusieurs dizaines de morts au cours du weekend ne devrait pas, selon le gouvernement, affecter le redémarrage des réacteurs nucléaires de Sendai. Cette centrale nucléaire se trouverait en effet dans une zone…
lun 2 Déc 2019
Lundi 2 décembre, la COP25 s'ouvre dans un climat tendu à Madrid. Le 28 novembre dernier, le Parlement Européen a décrété l'urgence climatique. Le Parlement appelle la COP25 à "prendre des mesures audacieuses et ambitieuses". Et la plus ambitieuse de…
mar 16 Mai 2017
Interpellé par la justice sur le manque de transparence des accords signés dans le cadre du nouveau programme nucléaire, le gouvernement sud-africain n'entend pas pour autant renoncer à l'énergie nucléaire, considérée comme indispensable pour garantir la stabilité du réseau. La…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.