PPE : première présentation prévue pour fin octobre 2018

PPE : première présentation prévue pour fin octobre 2018

ppe-programmation-pluriannuelle-energie-ppe-nucleaire-renouvelables

Enrichie d’un débat public globalement satisfaisant, la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) pour les périodes 2019-2023 et 2024-2028 devrait être dévoilée très prochainement par le gouvernement. Le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy a annoncé mercredi 5 septembre 2018 une première présentation avant la fin du mois d’octobre et saisi l’occasion pour rappeler la position du gouvernement sur la question de l’énergie nucléaire.

Tout juste nommé au ministère de la Transition écologique, l’ancien Président de l’Assemblée nationale s’exprimait au micro de France Inter mercredi 5 septembre 2018. Évoquant la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), François de Rugy profita de sa première interview pour annoncer la présentation officielle de la PPE avant la fin du mois d’octobre prochain. Le gouvernement sera en mesure de présenter sa feuille de route énergétique « à la fin du mois d’octobre ». Celle-ci précisera « la part de chaque énergie, le développement des énergies renouvelables que nous voulons faire », a-t-il indiqué.

La part du nucléaire en question dans la prochaine PPE

Fidèle à la ligne de conduite adoptée par le Président Emmanuel Macron jusqu’à présent, François de Rugy a rappelé que seule la centrale de Fessenheim en Alsace était prévue pour fermeture à ce jour et que le retrait du nucléaire ne pouvait être que progressif. Point central de cette PPE, la part du nucléaire dans le mix énergétique futur fait débat depuis plusieurs années maintenant et différents scénarios possibles ont déjà été évoqués par le ministre précédent Nicolas Hulot. Si aucune décision ne sera connue de fait avant fin octobre, on sait d’ores et déjà que la réduction de la production nucléaire sera mesurée, progressive et suivra un calendrier très précis, défini selon des critères économiques, sociaux et de sûreté.

Interrogé ensuite sur la question des déchets et le projet d’enfouissement en profondeur Cigéo en cours dans la commune de Bure dans la Meuse, le nouveau ministre a là aussi réaffirmé la position de son gouvernement, rappelant le manque d’alternatives sur ce dossier. « Même si on arrêtait le nucléaire demain matin – ce que personne ne propose et ce que tout le monde sait impossible à faire – même dans 10 ans, même dans 30 ans, on aurait de toute façon à gérer l’héritage des déchets nucléaires qui existent depuis qu’on produit de l’électricité avec des centrales nucléaires en France, c’est à dire depuis plus de 50 ans. Cela fera partie des sujets évidemment liés aussi à la Programmation pluriannuelle de l’énergie », a-t-il expliqué.

Pour rappel, la PPE actuelle, qui définit la trajectoire énergétique de la France pour la prochaine décennie, a été publiée officiellement fin 2016, mais était largement critiquée pour son manque de cohérence entre ses différents volets (consommation et production d’énergie). Une nouvelle version révisée sera donc présentée prochainement.

Crédits photo : Jean-louis Zimmermann

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
    L'UE persiste et signe : la France doit impérativement rehausser ses objectifs concernant les énergies renouvelables. C'est ce qu'à une nouvelle fois demandé la commissaire européenne à l'énergie, Kadri Simson, lors de son discours devant la Commission de…
Elon Musk, la figure emblématique derrière Tesla et SpaceX, a récemment secoué la sphère publique par une prédiction : une pénurie mondiale d'électricité dès 2025. Lors de la prestigieuse conférence Bosch Connected World, le PDG de Tesla a partagé ses…
Quelques jours après le dévoilement du contenu définitif de la future réglementation environnementale 2020 (RE2020), une étude réalisée par l’ADEME et RTE confirme la pertinence des choix gouvernementaux dans le bâtiment.  Au terme de deux années de recherche commune, l’agence…
mer 9 Nov 2022
Les niveaux atteints par le déficit commercial français sont littéralement stratosphériques, et incontestablement très inquiétants. Sur douze mois glissants, la barre des 150 milliards d’euros de déficit est quasiment franchie. Parmi les causes : les importations d’énergie, et en particulier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.