Canicule et climatisation : la consommation d’électricité augmente en France !

Canicule et climatisation : la consommation d’électricité augmente en France !

climatisation-canicule

Si la demande d’électricité diminue généralement au mois d’août en raison des congés estivaux et de la faible activité économique, un autre facteur pourrait bientôt inverser cette tendance. Selon une étude du cabinet SIA Partners réalisée le 4 août 2018 pour le compte du journal Le Monde, la canicule aurait conduit à un pic de consommation d’électricité inhabituel pour cette période de l’année lié à l’utilisation croissante de la climatisation. Explications.

Avec un mois de juillet considéré comme le troisième mois le plus chaud depuis 1900 et un début du mois d’août caniculaire, l’été 2018 s’annonce comme un été record en matière de chaleur en France et en Europe. Les températures ont fleureté avec les 40°C partout dans l’Hexagone (soit 6 à 7 degrés de plus que les normales saisonnières) poussant les particuliers à s’équiper en systèmes de climatisation et donc à consommer davantage d’électricité.

Un pic de consommation d’électricité à 55 000 MW

Selon cette étude du cabinet SIA Partners publiée le 4 août 2018, la production électrique française aurait connu un pic de consommation à 55 000 mégawatts à la mi-journée, lors des premiers jours du mois d’août, soit une consommation largement au-delà des chiffres constatés habituellement à cette période. « Avec les besoins de climatisation, chaque degré supplémentaire par rapport aux normales de saison demande la mobilisation de l’équivalent d’un demi-réacteur nucléaire », explique Pierre Leplatois, consultant au cabinet SIA Partners et expert du réseau électrique. Si les chiffres de cette année ne sont pas encore connus, les périodes estivales se traduisent ces dernières années par une hausse sensible des achats de climatisation généralement très gourmands en énergie. En 2017 par exemple, plus de 500 000 unités ont été vendues, soit 8% de plus qu’en 2016.

Pas d’inquiétude pour autant concernant l’approvisionnement électrique de la France. Cette surconsommation passagère reste largement inférieure aux besoins électriques hivernaux (qui dépassent bien souvent les 2 400  MW) et ne remet pas en cause l’équilibre du réseau à l’échelle nationale. Les centrales nucléaires permettent à elles seules de couvrir les besoins du pays et les fermes de panneaux solaires affichent de très hauts rendements en cette période à fort ensoleillement. « La France exporte massivement sa production électrique depuis le début de la canicule. On arrose toute l’Europe », conclut Pierre Leplatois.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 4 Jan 2013
Le dispositif gouvernemental pour limiter le risque de black-out (coupure d’électricité géante lors d'un pic de consommation) est entré en vigueur le samedi 29 décembre 2012. Il permettra à RTE, filiale d’EDF chargée de la gestion du réseau électrique, de…
lun 25 Août 2014
En test depuis 2 ans à Carros, le projet pilote d’ERDF de réseau électrique intelligent (Smart Grid) a validé son expérimentation. Il va donc être lancé en grandeur nature et donner naissance au premier quartier solaire intelligent d’Europe. Michel Cadot, le…
mer 22 Fév 2017
Si l'objectif de la France de réduire de 40% ses émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2030 semble encore loin, la tendance à la baisse se poursuit malgré tout depuis le début des années 1990, et…
lun 15 Oct 2018
Lors des ElectricDays, EDF a annoncé son nouveau plan pour la mobilité électrique. Celui-ci doit lui permettre de devenir le premier exploitant européen de bornes de recharge pour véhicules électriques, mais également le premier fournisseur d’électricité pour les alimenter. D'ailleurs, le groupe…

COMMENTAIRES

  • Sauf que si la canicule avait duré à peine quelques semaines de plus, ce n’est pas 4 réacteurs que l’on fermait mais au moins 17 comme en 2003.

    Et le climat français commence à ressembler à celui de l’Espagne il y a quelques années seulement. On sait que les +50°C seront de plus en plus fréquents et ce plus rapidement qu’anticipé.

    Le solaire thermique répond très bien au réchauffement climatique y compris pour la fourniture de froid (en plus du chauffage et de l’eau chaude) avec très peu et même sans consommation d’énergie comme le fait entre autres Endless Solar.

    Le solaire photovoltaïque quant à lui est en pleine évolution pour faire face au réchauffement via des revêtements (notamment silicates) à bas prix qui augmentent les rendement de 20% (comme ceux développés par l’Université de Stanford), c’est une baisse de plus de 5°C des températures reçues.

    On développe aussi les systèmes de “micro-pompes à chaleur thermoélectriques” déjà utilisées en informatique etc pour les panneaux solaires photovoltaïques.

    Par ailleurs la Chine notamment met en place des immeubles ainsi chauffés ou refroidis (en plus de l’eau chaude) via des modules solaires thermoélectriques et espère atteindre des Cop de 4,78 pour le chaud et 4,16 pour le froid sans bruit, sans pièces en mouvements, pouvant utiliser le courant continu donc le PV sans onduleur donc avec des coûts réduits, sans les inconvénients et pertes des gaz réfrigérants ultra-réchauffants. qui sont un méga problème mondial.

    https://www.researchgate.net/publication/278029623_Review_of_solar_thermoelectric_cooling_technologies_for_use_in_zero

    En France à cause du nucléaire nous sommes les champions mondiaux de la thermosensibilité hivernale avec comme cité dans l’article + 2400 MW de demande par degré C de plus en hiver.

    Et on va sans doute arriver à être aussi bien placés sur le podium en thermosensibilité estivale.

    Notre modèle des années 70 est nul !

    Et à rectifier au plus vite.

    Répondre
  • A dan:
    Oui, Dan ; notre modèle des années 70 est très bon et il sera, selon Xavier Ursat(d’EDF), renouvelé en mieux avec la possibilité de remplacer le parc 2G historique (et son bon réseau électrique), qui aura très bien fonctionné et produit une électricité bon marché, par un parc d’une quarantaine d’EPR-NM en quelques décénies, après 2030 ,à 70 euros par MWh, seulement. Et ce sont les activistes antinucléaires stupides, qui déclarent bêtement, que “notre modèle des années 70 est nul”, qui sont et seront encore, les vrais gros nuls de l’Histoire.

    Répondre
  • @ Dan : comme toujours approfondissez un peu le sujet avant d’insulter sans apporter ni arguments ni preuves et quand vous en apportez et qu’ils sont le cas échéant (trop rarement) fiables et pas issus de blogs pro-nucléaire douteux et bas de gamme, lisez les documents que vous publiez sans les comprendre et que l’on doit chaque fois vous expliquer

    @ Avenir du nucléaire : allez donc faire croire à la cour des comptes britannique qui a publié plusieurs rapports sur le sujet et aux britanniques qu’ils vont payer leur électricité nucléaire 70 euros le MWh alors que les prix sont très supérieurs et fixés pour les 35 ans à venir et que d’autres charges vont s’ajouter ensuite.

    Même la Sfen n’oserait jamais prétendre une telle ânerie quand toutes les données officielles mondiales vous contredisent.

    https://lenergeek.com/2018/08/14/nucleaire-canicule-polemique-tristan-kamin-tribune/

    .

    Répondre
  • Les Britanniques comme les Français(et d’autres), payeront leur électricité nucléaire autour 70 euros le MWh, à condition que: Des parcs suffisants en nombres d’EPR-NM(j’avais précisé “EPR-NM en quelques décénies, après 2030 ,à 70 euros par MWh” et non pas évoqué le modèle Hinkley point,ancien modèle d’EPR), soient construits. Et non pas(encore une fois) avec les EPR anciens modèles prototypes et tête de série ,comme ceux en constructions actuellement. Mais les antinucléaires logorrhéiques aussi incompétents que de mauvaise foi, font semblant d’oublier que l’avenir de l’EPR, s’il a un avenir, est le nouveau modèle EPR NM, s’il est construit en nombre suffisant. De toute manière, les antinucléaires bornés auront les mêmes rejets dogmatiques et obsessionnels du nouveau modèle d’EPR(même s’il marchait très bien), que de l’ancien modèle, avec leur même mauvaise foi habituelle sans intérêt ,et leurs ” chiffres” tronqués ,biaisés , trafiqués ,alors il est inutile d’en discuter avec eux. Autant parler à un mur de psychotiques absolument incurables …C’est au niveau politique, Présidence + A.N où les choses se décident vraiment, et non pas avec d’obscurs pseudo scientifiques(s’autoproclamant avec pitoyable vantardise “scientifiques”) noyant les forum d’une logorrhée aussi incontinente que stérilement fatigante.

    Répondre
  • @ Avenirdunucléaire :

    Je constate comme d’habitude qu’à défaut d’arguments vous sombrez dans l’insulte et le ridicule.

    D’une part l’EPR n’est plus une tête de série. D’autre part la Chine a construit beaucoup de réacteurs en espérant faire chuter les prix et elle n’y est guère arrivée malgré des moyens et conditions mis en place que nous n’avons pas et que nous n’aurons jamais.

    Vous faîtes donc des hypothèses sur 70 euros le MWh pour le nucléaire, sans aucune garantie concernent vos chiffres ni préciser combien d’unités il faudrait pour en arriver là alors que l’exemple de la Chine, entre autres, vous prouve, tout comme les rapports de la Sfen elle-même que le nombre n’a pas beaucoup d’impact sur les prix.

    En outre la réalité concrète démontre que l’éolien arrive désormais à 17 euros le MWh aux Etats-Unis et Siemens lui-même confirme pouvoir arriver sous peu à moins de 30 euros le MWh pour l’éolien terrestre en Europe. Et les appels d’offres sans subventions non plus pour le solaire arrivent encore en dessous. Les tendances et compilations de ces chiffres par les organismes financiers (type Banque Lazard etc) confirment régulièrement.

    La majorité des pays autour de nous et au delà ne font plus de nucléaire et vous avez en face de vous Rosatom qui détient 60% du marché mondial talonné par la Chine.

    Vous allez donc les vendre à qui vos EPR-NM. Un président est élu pour 5 ans et faire de l’éolien qui ne comporte pourtant aucun risque ni ne produit aucun déchet n’est déjà pas simple en France. Alors un président et un parlement qui tient à ses électeurs comme c’est souvent le cas ne va certainement pas vous annoncer un programme important de relance nucléaire.

    Vous savez très bien que vous ne tromperez pas longtemps les français avec des promesses bidons et garanties hypothétiques surtout avec les moyens d’informations actuels.

    Dès lors même à 70 euros le MWh et même compte tenu d’une part de stockage pour les renouvelables, plus vous avancez dans le temps et plus l’écart se creuse encore et on sait que ce n’est pas fini, à la fois en raison des améliorations technologiques que des modes et modèles de production et consolidation des entreprises concernées.

    Vous n’avez sans doute pas lu en détail non plus les rapports de la Sfen sur ce sujet. Elle demande notamment un soutien financier public considérable et une prise de risque totale comme jamais vu pour tenter de réduire les coûts sur l’aspect volet financier et, plus honnête que vous, elle en est consciente. Autrement dit plus on s’enfonce plus il faut remettre au pot sans la moindre garantie, que des promesses jamais tenues comme on l’a maintes fois constaté et subit.

    Et c’est sans parler des déchets nucléaires de plus de 100.000 ans alors que la France réduit son activité sur Astrid du fait du manque de rentabilité et que les japonais ont arrêté Monju et envisagent de se retirer complètement d’Astrid.

    Alors à défaut d’argument et de crédibilité de vos propos vous allez sans doute une fois encore m’insulter ou tout autre scientifique et toutes les publications non contestables dont je mets chaque fois les liens qui vous démontrent les faits, mais même dans l’hypothèse où vous arriveriez à 70 euros le MWh, çà ne suffirait pas, surtout en 2030 et même en intégrant la part de stockage nécessaire déjà compétitif et dans toutes les études au plus tard en 2025.

    Et tous les pays qui font du nucléaire se heurtent à la même situation, Etats-Unis, Japon, Corée etc

    http://www.asahi.com/ajw/articles/AJ201806180025.html

    Donc avant d’insulter tout le monde, documentez vous mieux et de manière plus objective.

    Répondre
  • Comme d’habitude ,vous appelez “arguments” des ramassis de fakes études, et de fakes news aussi inobjectives qu’idéologiquement orientées dans le rejet du nucléaire. Mais cela n’impressionne et ne trompe que les antinucléaires sectaires, militants et sympathisants, déjà gagnés à vos mensonges ,à votre cause hostile au nucléaire et à vos faux argumentaires.

    Vos prix de l’éolien à 17 euros et 30 euros le Mwh ne sont que des cas marginaux non significatifs,et tiennent surtout à des artifices de situation,que vous vous plaisez à cacher avec la pire mauvaise fois. Ils ne m’inquiètent en aucun cas,ni l’industrie nucléaire. Comme le dit souvent avec raison Bachoubouzouc, vos délires sur les ENRs intermittentes pas chères avec stockage associé pas cher,le tout moins cher que le nucléaire,et capable de fournir de l’électricité parfaitement pilotable moins chère en toute saison que le nucléaire, notamment en France comme en Allemagne,et sans gaz fossile(avec CCG) et sans polluer, c’est du bidon délirant absolu, qui ne tient pas face à la réalité du monde industriel réel .Vous êtes complètement hors sol et vos ramassis de liens pipos en tous genres et de faux arguments ne tiennent pas la route face à des examens sérieux d’industriels sérieux qui sont dans le monde réel. Votre manière de vous “documenter”, et la façon dont vous espérez “documenter” les gens est très loin d’être d’une manière sérieusement objective,bien au contraire, on est typiquement là, dans la militance la plus tronquée et la plus inobjective qui soit,entièrement orientée vers la condamnation caricaturale de l’énergie nucléaire.
    Hors dans le monde réel industriel à très grande échelle ,si les ENRs + stockage étaient tellement moins cher que le nucléaire(et le fossile) et si facilement mettable en œuvre de manière sûre, sans + de difficultés que ce que vous dites, elles seraient déjà choisi très massivement partout en remplacement partout, du nucléaire et du fossile à la fois. Et les politiciens de tous les pays associés aux industriels de tous les pays mettraient cela en œuvre immédiatement .

    Pour moi, comme pour Bachou et bien d’autres, et surtout pour les vrais grands décideurs industriels et politiques ,vous racontez et délirez n’importe quoi ,vous appuyant sur des ramassis hétéroclites de liens et articles que vous composez et interprétez à votre sauce les parant d’auréoles scientifiques, vous prétendant vrai scientifique,mais vous êtes en fait simplement un enfumeur militant antinucléaire professionnel ou quasiment professionnel.

    Il n’y a, en réalité, strictement rien de crédible ni de valable, dans vos posts ,mais des exemples de la manière dont les gens de la mouvance antinucléaire tentent d’enfumer gravement et très malhonnêtement, des gens passant par hasard, sur des forums, qui seraient éventuellement peu capables de discerner le vrai du faux, le valable du non valable,l’info de l’intox,et les manipulations les plus scandaleuses, présentées abusivement comme des “arguments” (avec de très gros guillemets). Tout ça pour essayer de glaner quelques militants ou sympathisants en plus, et de livrer à quelques autres militants ou sympathisants qui passeraient éventuellement par là, un pseudo argumentaire à colporter de manière virale pour essayer d’enfumer le plus de monde possible sur les sujets de l’énergie et de l’énergie nucléaire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.