Climatisation individuelle ou centralisée : comment faire le bon choix ?

Climatisation individuelle ou centralisée : comment faire le bon choix ?

climatisation-individuelle-centralisee

Si de nombreuses astuces existent pour concilier respect de l’environnement, fraîcheur dans le logement et sobriété énergétique, le recours à un système de climatisation ou de rafraîchissement de l’air pour conserver un logement frais durant les fortes chaleurs estivales est de plus en plus courant. Au départ très énergivores, ces dispositifs s’améliorent au fil des ans et proposent désormais des solutions mieux adaptées au logement de chacun et plus performantes.

La climatisation : une installation à anticiper

Dans la majorité des cas, adopter des comportements de bon sens (aérer au bon moment, brasser l’air efficacement, etc.) peut permettre de préserver la fraîcheur du logement en période estivale et de limiter la hausse des températures intérieures sans avoir recours à la climatisation. Cela étant, il existe aussi de nombreuses situations inverses dans lesquelles la climatisation s’avère indispensable (impossibilité d’ouvrir les fenêtres à cause du bruit ou de pollution extérieure par exemple), et pour lesquelles des solutions plus ou moins performantes et plus ou moins énergivores sont disponibles.

Quel que soit votre cas, il est tout d’abord fortement déconseillé d’acheter une climatisation dans l’urgence pour faire face à une situation exceptionnelle, car elle risque de se révéler coûteuse à l’usage et mal adaptée à vos besoins. Le choix et l’installation d’un système de climatisation adapté, fiable et peu gourmand en énergie, se prépare à l’avance, de préférence bien avant l’arrivée des fortes chaleurs. Il faut pour cela se reporter à l’étiquette énergie des appareils afin de repérer les équipements les plus sobres. Cette étiquette vous indique la classe énergétique de l’appareil, la consommation énergétique annuelle, la puissance, l’EER (coefficient d’efficacité frigorifique) et le niveau sonore. Choisissez si possible une climatisation avec la meilleure classe énergétique possible (A++) et ne vous précipitez pas sur du matériel bas de gamme au moment d’une canicule. Beaucoup d’appareils relativement peu coûteux à l’achat, peuvent représenter par la suite une consommation d‘énergie non négligeable sur votre facture d’électricité. De manière générale, la consommation électrique des climatiseurs de faible puissance oscille entre 300 et 500 kWh/an pour 500 heures de fonctionnement dans une pièce fermée et cela même pour les climatiseurs les plus performants qui consomment plus (en moyenne sur l’année) que les réfrigérateurs et les congélateurs.

Les systèmes individuels pour climatiser une seule pièce

Compte tenu du coût énergétique de la climatisation, beaucoup choisissent de ne climatiser qu’une seule pièce de leur logement, et peuvent avoir recours pour cela à plusieurs dispositifs plus ou moins efficaces. Les climatiseurs mobiles monoblocs tout d’abord sont faciles à installer, transportables d’une pièce à l’autre. Ils sont très bon marché mais également peu puissants, bruyants et nécessitent une installation proche d’une ouverture pour laisser passer le tuyau d’évacuation (généralement une fenêtre entrebâillée) qui du coup laisse entrer l’air chaud…. Les climatiseurs mobiles split sont composés quant à eux de deux blocs reliés par des tubes : un condenseur extérieur évacuant l’air chaud, et une unité intérieure délivrant l’air frais. Ces appareils sont moins bruyants que les monoblocs pour l’utilisateur (la partie la plus bruyante est à l’extérieur) mais pas nécessairement pour ses voisins qui, en fonction de leur proximité, peuvent être incommodés par le bruit.

De manière générale, ces systèmes mobiles sont peu coûteux et ne nécessitent pas d’installation spécifique, mais sont beaucoup moins fiables, moins performants et plus énergivores que les climatiseurs fixes split. Ces derniers sont composés de deux unités reliées par une gaine. L’unité intérieure peut être fixée au sol ou au mur, en allège, en plafonnier et l’autre unité fixée à l’extérieur du logement. Ils nécessitent une installation spécifique (un trou dans le mur doit être réalisé pour laisser passer la gaine d’air chaud) mais sont beaucoup plus performants puisque qu’aucune ouverture ne laisse entrer la chaleur.

Des systèmes centralisés plus performants : la pompe à chaleur réversible

Les systèmes centralisés pour un logement permettent quant à eux de climatiser plusieurs pièces, la totalité d’un logement ou un immeuble entier. Souvent réversibles, ils représentent un investissement important et nécessitent l’intervention de spécialistes compétents. Le multisplit par exemple est un dispositif auquel sont raccordées plusieurs unités intérieures de climatisation. L’équipement peut se faire de manière progressive pièce par pièce et être installé dans un logement déjà construit.

Autres exemples, les pompes à chaleur réversibles peuvent alimenter des ventilo-convecteurs, un plancher rafraîchissant (et chauffant) ou un réseau de gaine (aussi appelé climatisation centralisée à air). Ce dispositif est très performant car il assure à la fois le chauffage et la climatisation via l’installation d’un split dans chacune des pièces. Le basculement entre les deux modes se fait ici en fonction de la température de la pièce et des seuils de température que vous aurez fixés. On peut par exemple décider qu’au-dessus de 25°C, la pompe à chaleur souffle de l’air froid et qu’en-dessous de 19°C, elle souffle de l’air chaud. Attention ici à ne pas confondre une pompe à chaleur réversible et un système de climatisation réversible qui peut lui aussi assurer une fonction de chauffage. Ces systèmes prennent effectivement de la chaleur à l’extérieur pour la restituer à l’intérieur, mais ne sont pas forcément adaptés à vos besoins de chauffage en hiver et sont généralement très énergivores.

Crédits photo : Koch Electricité

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 28 Jan 2014
Une tendance se dégage de la dernière étude PwC sur le facteur carbone des principaux électriciens européens : alors que la production des énergéticiens  a reculé  en 2012 (-34 TWh), principalement en raison du ralentissement économique, les émissions de CO2…
lun 19 Juin 2017
Vivement critiqué par Bruxelles qui y voit surtout le moyen pour la Russie de renforcer son poids dans l'approvisionnement européen en gaz, le projet controversé du gazoduc Nord Stream 2 continue de diviser les membres de l’UE. Défendu par Berlin,…
Réseau de Transport d’Électricité (RTE), filiale d'EDF en charge du réseau public de transport d'électricité, a publié comme chaque année son bilan électrique. Selon cette étude chiffrée, 2014 a été une année marquée par la baisse de la consommation d'électricité, en…
mer 12 Sep 2018
Alors que le monde agricole représente un potentiel de développement prometteur pour les énergies renouvelables et la transition énergétique dans son ensemble, la production de gaz vert par méthanisation y reste encore peu développée malgré des synergies évidentes. Présent lors…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.