Changement climatique et réchauffement climatique : de quoi parle-t-on ?

Changement climatique et réchauffement climatique : de quoi parle-t-on ?

rechauffement-climatique-dereglement-climatique

La très grande majorité de la communauté scientifique s’accorde à dire que le réchauffement de la planète est causé par les activités humaines. Attention toutefois à ne pas confondre le phénomène naturel de changement climatique avec le réchauffement rapide des températures observé depuis la fin du XIXème siècle et causé par des émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique. Mais qu’est-ce qui distingue vraiment ces 2 notions ?

Distinguer un phénomène naturel du dérèglement causé par l’homme

Contrairement au réchauffement climatique qui désigne l’augmentation globale des températures, le changement climatique englobe d’autres paramètres que la température, comme les précipitations et les vents. Ainsi l’observation de variations dans les phénomènes climatiques extrêmes comme les ouragans ou les épisodes de sécheresse relève du changement climatique. Précisons toutefois que ces dérèglements météorologiques peuvent être causés par le réchauffement de la planète.

La seconde différence entre changement climatique et le réchauffement climatique réside dans leur portée géographique. Alors que le réchauffement climatique est un phénomène global observé à l’échelle de la planète, les manifestations du changement climatique peuvent varier localement avec des variations significatives observées entre les différentes régions du monde.

Troisième nuance, réchauffement climatique et changement climatique varient également sur le plan temporel. Dans sa définition moderne, le réchauffement climatique est un phénomène récent et rapide. Il faut rappeler que la tendance observée jusqu’au XIXème siècle n’était pas celle d’un réchauffement, mais au contraire d’un refroidissement des températures. Mais ce refroidissement global était extrêmement lent (de l’ordre de 0,1 à 0,3 degré par millénaire en fonction des régions) contrairement au réchauffement, anormalement rapide, observé depuis la fin du XIXème siècle (+0,8 degré).

Ce dernier point est en fait le corolaire de la quatrième et principale différence entre les notions de réchauffement et de changement climatiques : elles n’ont pas la même cause. Le changement climatique est normalement un phénomène dont les causes sont entièrement naturelles. Durant la préhistoire, des périodes glaciaires et interglaciaires se sont ainsi succédées pour des raisons distinctes qui font encore l’objet d’études de la communauté scientifique (des causes astronomiques et volcaniques ainsi que l’effet de déplacement des continents vers les pôles). En revanche, le réchauffement climatique global observé à la suite de la révolution industrielle est lié aux émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique.

Plus de 80% de l’énergie produite dans le monde est d’origine fossile

L’effet de serre est un phénomène naturel qui permet à notre planète de réguler sa température et son climat. Des gaz naturellement présents dans l’atmosphère comme le dioxyde de carbone, le méthane et l’ozone renvoient vers la Terre une partie des rayons du soleil eux-mêmes renvoyés de la Terre vers l’espace. Sans ce phénomène, la température moyenne de la planète bleue serait de – 18 degrés.

Depuis la révolution industrielle, l’activité humaine a engendré une hausse de 40% du CO2 dans l’atmosphère, contribuant au dérèglement de l’effet de serre naturel et engendrant un réchauffement anormal des températures dont les conséquences pourraient être désastreuses pour notre planète (comme par exemple l’acidification et la montée des océans). Cette hausse s’explique par le recours massif aux énergies fossiles depuis la révolution industrielle, mais aussi par la déforestation puisque les arbres jouent un rôle de captage du CO2.

Ce surplus de CO2 restera des siècles dans l’atmosphère, raison pour laquelle on sait d’ores et déjà que la température moyenne va continuer d’augmenter au cours des prochaines décennies (le GIEC espère limiter le réchauffement global à 2 degré d’ici 2100). D’où l’importance de réduire au plus vitre les émissions d’origine humaine afin de limiter la hausse des températures. Le secteur énergétique a évidement un rôle déterminant à jouer pour permettre d’atteindre cet objectif en favorisant les alternatives aux combustibles fossiles… Un chantier conséquent puisque les énergies fossiles représentent encore  plus de 80% de la production d’énergie commercialisée dans le monde.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 17 Jan 2017
Après trois mois de hausse consécutive, les tarifs réglementés du gaz pourraient légèrement diminuer à compter du 1er février prochain selon une information du Figaro confirmée à l'AFP par une source proche du dossier. Ces tarifs sont recalculés chaque mois…
lun 20 Mar 2017
Si l'engagement des pays membres de l'Opep (et de certains pays non membres) de réduire la production globale de pétrole a bien été respecté pour les mois de janvier et février 2017, les effets sur les cours du barils devront…
ven 7 Mar 2014
Trois centrales au fioul exploitées par EDF vont être mises à l'arrêt à partir d’avril  et ce jusqu’au mois d’octobre. Si ces fermetures estivales n’auront aucune conséquence sur la sécurité d’approvisionnement en France, elles illustrent bien la crise de surcapacité…
ven 26 Mai 2017
Engagé dans un vaste programme de cessions destiné à réduire la part de ses activités liées aux combustibles fossiles, le groupe Engie a annoncé, jeudi 11 mai 2017, avoir entamé des négociations exclusives pour céder au britannique Neptune Energy son…

COMMENTAIRES

  • Mesdames, Messieurs,

    Cette page est vraiment très bien car elle tente de faire la part entre l’origine naturelle et l’origine anthropique du réchauffement climatique. C’est rare et mérite d’être mentionné ! Bravo !

    Pourtant, l’auteur signale « En revanche, le réchauffement climatique global observé à la suite de la révolution industrielle est lié aux émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique ». Or la terre s’est refroidie de 1945 à 1975, lorsque les concentrations de gaz à effet de serre étaient très grandement accrues.
    .
    D’autre part, le GIEC a raison de trouver une corrélation entre la teneur en CO2 et la température. Mais elle n’est pas celle proclamée.
    Ci-cliquable un lien montrant que la teneur en CO2 est déterminée par la température avec de nombreux siècles de retard :
    https://contreveritesclimatiques.wordpress.com/

    Bien cordialement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.