Gaz naturel véhicules : le gouvernent dévoile les lauréats de l’appel à projets

Gaz naturel véhicules : le gouvernent dévoile les lauréats de l’appel à projets

En accord avec l’ambition de déployer un large réseau de Gaz naturel pour véhicules (GNV) sur le territoire français, le ministère de la Transition écologique et solidaire a annoncé jeudi 11 janvier 2018, avoir sélectionné huit collectivités et entreprises dans le cadre d’un appel à projets lancé en 2016 par l’Ademe. Ces projets ont tous pour objectif de développer les véhicules roulant au gaz naturel, ainsi qu’un réseau national de stations d’approvisionnement.

Moins polluant que le pétrole, le GNV est considéré par le gouvernement français comme un vecteur majeur de la transition énergétique dans le domaine du transport de personnes ou de marchandises par des véhicules lourds, qu’il s’agisse de flottes de bus, de bennes à ordures ménagères ou de camions de transporteurs routiers. Ce carburant alternatif propose en effet de se substituer au gazole, beaucoup plus émetteur de particules fines, pour un tarif moindre à la pompe (même si les modèles de véhicules sont plus chers à l’achat).

100 stations d’approvisionnement et 2.100 véhicules supplémentaires d’ici 2022

Si la France ne compte à ce jour que 38 stations publiques et quelques milliers de poids lourds en circulation, la loi de transition énergétique prévoit que 3% des poids lourds rouleront au gaz naturel en 2023, soit une multiplication par dix de la consommation actuelle de gaz carburant. Un objectif ambitieux pour lequel le gouvernement a lancé en 2016 un appel à projets dédié et promis un large soutien financier à la filière. Le soutien de l’Etat vise à « impulser une dynamique décisive en vue d’atteindre les ambitions européennes et nationales de carburants alternatifs », expliquent le gouvernement et l’Ademe dans leur communiqué.

Les huit projets lauréats, dévoilés jeudi 11 janvier, devront notamment permettre d’installer en France, dans les quatre prochaines années, 100 nouvelles stations d’approvisionnement de GNV et de mettre en service plus de 2.100 véhicules équivalent poids lourds dédiés au transport de marchandises. On retrouve parmi ces lauréats plusieurs collectivités comme la Vendée, la Nouvelle Aquitaine ou la région Bretagne qui envisage de déployer 9 stations et de mettre en circulation plus de 180 véhicules sur son territoire. Mais également des entreprises de l’énergie comme Total, Engie ou encore Air Liquide qui porte un projet de 24 stations et de 600 véhicules à l’échelle nationale.

Crédits photo : Ludovic Delage – Engie

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 27 Mar 2019
Dans la France de 2019, 24 centrales thermiques sont encore en activité (charbon, fioul et gaz). Selon le bilan électrique 2018, ces unités assurent 14% de la production nationale d’électricité. Alors que la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) prépare la…
mar 12 Jan 2016
Sorti le 4 novembre dernier, le jeu Cleanopolis s’est fixé pour objectif de sensibiliser les familles aux enjeux du changement climatique. Téléchargeable sur Google Play et l’Apple Store, il a été créé par la société de jeux vidéo Bulkypix à…
lun 2 Jan 2017
Selon le plan d'une agence gouvernementale rapporté samedi 31 décembre par la presse d'Etat, les autorités chinoises souhaiteraient diminuer de 800 millions de tonnes leurs capacités annuelles de production de charbon d'ici 2020. Pressée par une demande en berne et…
mer 21 Juin 2017
Comme prévu dans l’accord de cession du pôle énergie d’Alstom conclu en 2015, le groupe General Electric (GE) devrait bien investir dans de nouveaux moyens de production en Franche-Comté et créer plusieurs centaines d’emplois supplémentaires. Le conglomérat industriel américain a…

COMMENTAIRES

  • Il serait bon d’utiliser l’énergie et les types de véhicules selon leur meilleure efficacité énergétique, sinon on perd comme d’habitude son temps et argent :

    – pour les bus et quand c’est possible ceux électriques à recharge ultrarapide et super-condensateurs ont un bien meilleur bilan énergétique dans les viles et en péri-urbain et utilisent très peu de batteries

    – le biogaz/biométhane donc Bio GNV et valable pour les poids-lourds mais est bien plus pertinent que le gaz naturel importé. même si le rendement du biogaz/gaz dans un moteur thermique est modeste et qu’il vaudrait mieux le privilégier pour des applications type chaudières à haut rendement (plus de 100%), réseaux de chaleur, entreprises nécessitant beaucoup d’énergie etc

    – la grosse fausse piste ce sont les véhicules légers au biogaz et gaz ou hydrogène. Le bilan est modeste donc gros gaspillages en vue. L’électro-solaire est bien plus efficient :

    Consommation minimale par personne transportée aux 100 km, dans l’ordre croissant :

    https://cdn4.explainthatstuff.com/how-electric-cars-compare.png

    Bref il est impératif de faire des choix en connaissance de cause sinon on aura certes fait marcher le commerce, mais on sera encore en transition énergétique dans un siècle sans avoir avancé.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.