Tarifs du gaz : augmentation de 1,2% en octobre 2017

Tarifs du gaz : augmentation de 1,2% en octobre 2017

tarifs-reglementes-gaz

Après plusieurs mois de baisse consécutifs (- 4,3% en juillet, -0,8% en août, stables en septembre), les tarifs réglementés du gaz devraient repartir à la hausse au mois d’octobre 2017. Selon un communiqué officiel de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) publié vendredi 29 septembre dernier, ces tarifs, encore appliqués par Engie à environ 5,8 millions de consommateurs dans l’Hexagone, augmenteront de 1,2%.

Les tarifs réglementés du gaz naturel, encore appliqués par Engie à plusieurs millions de clients en France, augmenteront en moyenne de 1,2% au 1er octobre, a indiqué vendredi 29 septembre 2017 la Commission de régulation de l’Energie. Ces tarifs augmenteront en effet de 0,4% pour les consommateurs qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 1,2% pour ceux qui l’utilisent pour se chauffer et de 0,7% pour ceux qui en font un double usage chauffage et cuisson, détaille la CRE.

Lire aussi : Les tarifs réglementés du gaz se stabilisent au mois de septembre 2017

En baisse moyenne de 20,5% depuis le 1er janvier 2014, ces tarifs avaient augmenté de manière significative cet hiver, plus particulièrement au mois de janvier 2017 pour lequel la CRE avait autorisé une hausse de 5% du fait de la hausse d’une taxe et des coûts d’approvisionnement d’Engie, avant d’entamer une tendance baissière au printemps. Il s’agit donc là de la première augmentation depuis le mois de mars dernier. Une augmentation que la CRE justifie par la hausse du prix du gaz sur les marchés de gros.

Lire aussi : Rapport du Conseil d’Etat : vers la fin des tarifs réglementés du gaz ?

Pour rappel, depuis l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence, les 10,6 millions de consommateurs français abonnés au gaz ont le choix entre les tarifs réglementés de l’ancien monopole, et les prix de marché, proposés tant par Engie que par ses concurrents (EDF, Direct Energie, Eni, Lampiris, etc). Les tarifs réglementés du gaz n’incluent pas les diverses taxes, mais comprennent les coûts d’approvisionnement d’Engie, et sont révisés mensuellement par le collège de la Commission de régulation de l’énergie, selon une formule qui prend en compte notamment les prix du gaz sur le marché de gros et le cours du baril de pétrole. Ils sont actuellement en sursis à la suite d’une décision du Conseil d’Etat rendue en juillet 2017 et jugeant ces tarifs contraires au droit européen.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 12 Sep 2017
Placé au cœur des politiques publiques de réduction de la consommation d’énergie, le diagnostic de performance énergétique (DPE) permet d’évaluer avec précision pour un futur acheteur ou locataire, la performance énergétique d’un logement avant même d’y habiter. Problème, ces DPE…
Le 24 août, l’Autorité environnementale a publié son avis sur la programmation pluriannuelle de l’énergie du ministère de l’Environnement. Ce dernier étant « positif », selon Ségolène Royal, une consultation du public sera lancée dans les jours qui viennent. (suite…)
ven 19 Mai 2017
Destiné à renforcer le réseau électrique breton, le projet de centrale à gaz de Landivisiau emmené par Direct énergie, a finalement reçu lundi 15 mai 2017, le feu vert de la Commission européenne. Bruxelles enquêtait depuis plusieurs années sur l'aide…
lun 29 Fév 2016
En entamant le démantèlement de l’ancienne centrale thermique à Bellefontaine, l’île de la Martinique souhaite accélérer sa transition énergétique. En octobre 2014, le conseil régional et EDF Martinique avaient notamment signé une convention prévoyant « la création d'un pôle de transition énergétique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.