Les tarifs réglementés du gaz se stabilisent au mois de septembre 2017 - L'EnerGeek

Les tarifs réglementés du gaz se stabilisent au mois de septembre 2017

tarifs-reglementes-gaz-baisse-mars-2018

Après plusieurs mois de baisse consécutifs contrebalançant la forte hausse du mois de janvier dernier, les tarifs réglementés du gaz ne devraient pas évoluer à la rentrée. Selon un communiqué officiel de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) publié mardi 30 août 2017, ces tarifs, appliqués par Engie (ex GDF -Suez) à environ 5,8 millions de consommateurs dans l’Hexagone, resteront stables au 1er septembre par rapport à leur niveau du mois d’août.

A la suite de la forte diminution enregistrée cette été (-0,8% en août et – 4,3% en juillet), traduisant la tendance baissière sur cette même période des coûts d’approvisionnement du fournisseur Engie, les tarifs réglementés du gaz resteront stables jusqu’au 1er octobre prochain. Aucune évolution n’est prévue au mois de septembre selon les chiffres officiels communiqués la semaine dernière par la CRE.

Lire aussi : Les tarifs réglementés du gaz baisseront de 0,8% en août 2017

En baisse moyenne de 20,5% depuis le 1er janvier 2014, ces tarifs avaient augmenté de manière significative cet hiver, plus particulièrement au mois de janvier 2017 pour lequel la CRE avait autorisé une hausse de 5% du fait de la hausse d’une taxe et des coûts d’approvisionnement d’Engie, avant d’entamer une nouvelle phase de diminution au printemps.

Lire aussi : Marché de l’énergie : est-ce la fin des tarifs réglementés ?

Pour rappel, depuis l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence, les 10,6 millions de consommateurs français abonnés au gaz ont le choix entre les tarifs réglementés de l’ancien monopole, et les prix de marché, proposés tant par Engie que par ses concurrents (EDF, Direct Energie, Eni, Lampiris, etc). Les tarifs réglementés du gaz n’incluent pas les diverses taxes, mais comprennent les coûts d’approvisionnement d’Engie, et sont révisés mensuellement par le collège de la Commission de régulation de l’énergie, selon une formule qui prend en compte notamment les prix du gaz sur le marché de gros et le cours du baril de pétrole. Ils pourraient toutefois bientôt disparaître, le Conseil d’Etat ayant jugé en juillet dernier, leur maintien contraire au droit européen.

Crédits photo : Stevepb

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 7 Sep 2016
La compagnie d’assurance dirigée par Henri de Castries a lancé un appel aux pays du G20 afin qu’ils signent l’accord de Paris. Pourtant, même si l’entreprise a commencé à se détourner du charbon, elle continue de tirer ses revenus des…
dim 7 Mai 2017
Montré du doigt par les associations écologistes pour son impact négatif sur l’environnement et la santé, le diesel est devenu en l’espace de quelques années un véritable ennemi énergétique. Le scandale du dieselgate de Volkswagen en 2015 a encore empiré…
jeu 2 Oct 2014
L'abandon progressif du nucléaire en Allemagne est loin d'être sans conséquence, et si le recours croissant au charbon dans la production électrique a déjà entraîné une hausse des émissions de CO2 (un comble pour un "tournant énergétique"), il pourrait également avoir un…
lun 15 Fév 2016
Pour faire face à un résultat en baisse de 18%, Total a décidé de réduire ses investissements à 19 milliards d’euros. Toutefois, malgré ces chiffres, l’énergéticien français résiste mieux que ses concurrents à la chute des prix du baril de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.