Les tarifs réglementés du gaz pourraient rester stables en juin 2017 Les tarifs réglementés du gaz pourraient rester stables en juin 2017

Les tarifs réglementés du gaz pourraient rester stables en juin 2017

tarifs reglementes

Après plusieurs mois de baisse contrebalançant la forte hausse du mois de janvier 2017, les tarifs réglementés du gaz ne devraient plus bouger avant l’été. Selon une information du Figaro, ces tarifs, appliqués par Engie à environ 5,8 millions de consommateurs en France, resteront stable en moyenne au 1er juin prochain.

Après deux mois de baisse consécutive (-0,7% en avril et – 3,3% en mai), marquant la diminution de la consommation de gaz liée à la fin de l’hiver, les tarifs réglementés du gaz devraient rester stables jusqu’au 1er juillet 2017. Aucune évolution ne serait prévue le 1er juin selon une information du Figaro confirmée par une source proche du dossier.

Lire aussi : Enercoop se lance dans la fourniture de gaz renouvelable

Ces tarifs avaient augmenté de manière significative cet hiver, plus particulièrement au mois de janvier pour lequel la CRE avait autorisé une hausse de 5% du fait de la hausse d’une taxe et des coûts d’approvisionnement d’Engie, avant d’entamer une tendance baissière au printemps. Joint par l’AFP, Engie n’a pas souhaité faire de commentaire, rappelant que seul le chiffre officiel qui sera communiqué ultérieurement par la CRE faisait foi.

Lire aussi : Gaz naturel liquéfié : la filière française s’allie pour le développer

Pour rappel, depuis l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence, les 10,6 millions de consommateurs français abonnés au gaz ont le choix entre les tarifs réglementés de l’ancien monopole, et les prix de marché, proposés tant par Engie que par ses concurrents (EDF, Direct Energie, Eni, Lampiris, etc). Les tarifs réglementés du gaz n’incluent pas les diverses taxes, mais comprennent les coûts d’approvisionnement d’Engie, et sont révisés mensuellement par le collège de la Commission de régulation de l’énergie, selon une formule qui prend en compte notamment les prix du gaz sur le marché de gros et le cours du baril de pétrole.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 20 Fév 2017
Si le processus de méthanisation est bien connu pour la revalorisation énergétique des déchets verts en provenance de l'agriculture ou de l'industrie agroalimentaire, il n'avait encore jamais été appliqué à une échelle industrielle sur les déchets domestiques. C'est ce que…
Grâce à ses unités de production majoritairement décarbonnées (centrales nucléaires et hydrauliques) ainsi qu'à un vaste plan de réhabilitation de son parc thermique, l'électricien français EDF devrait diviser par deux ses émissions de gaz à effet de serre à l'horizon…
lun 17 Oct 2016
En 2015, la croissance du PIB mondial n’a pas été synonyme de hausse de l’intensité énergétique. Dans son dernier rapport, l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE) explique en effet que la croissance économique mondiale a eu besoin de moins d’énergie pour…
mer 8 Fév 2017
Après une année 2016 florissante en termes de bénéfices, le premier production d'énergie éolienne en Europe se dit aujourd'hui convaincu des fortes perspectives de développement dans les filières renouvelables, et entend se retirer de toutes activités dans le secteur du…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *