L'Agence internationale de l'énergie (AIE) craint un possible choc pétrolier d'ici 2020 - L'EnerGeek L'Agence internationale de l'énergie (AIE) craint un possible choc pétrolier d'ici 2020 - L'EnerGeek

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) craint un possible choc pétrolier d’ici 2020

La chute des investissements dans le secteur pétrolier liée au faible prix du baril en cours depuis 2014 pourrait rapidement poser problème dans un contexte de hausse constante de la consommation mondiale. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) estime même qu’une pénurie de l’offre et une envolée des prix déséquilibrant le marché seraient envisageables dès 2020 si l’industrie pétrolière n’investit pas davantage dès aujourd’hui dans ses capacités de production.

Un nouveau choc pétrolier caractérisé par une envolée des prix du brut serait donc tout à fait possible à court terme selon l’AIE. La forte réduction des investissements, et l’annulation ou le report de nouveaux projets d’extraction ou d’exploitation guidés par la baisse des prix, pourraient en effet déséquilibrer le marché dans les cinq prochaines années.

Lire aussi : Pétrole : une production en forte baisse en janvier

« A moins que de nouveaux projets soient sanctionnés rapidement, l’offre n’augmentera quasiment plus à partir de 2020« , explique l’AIE dans son rapport sur le marché du pétrole à cinq ans publié lundi 6 mars 2017. Après une réduction de 25% en 2015, les investissements dans les projets d’exploration-production ont subi une nouvelle coupe de 26% en 2016 (pour s’établir à 433 milliards de dollars), et la stabilisation des cours fin 2016 n’y changera rien. Si « une hausse marginale » des dépenses est bien attendue en 2017 sous l’impulsion notamment des projets d’hydrocarbures de schiste aux Etats-Unis, elle restera largement insuffisante pour relancer la filière, et préparer les capacités de production nécessaires dans les prochaines années.

Lire aussi : Pétrole : l’accord de l’Opep s’étend aux pays producteurs non membres

« Il est nécessaire d’investir davantage dans les capacités de production pétrolière pour éviter le risque d’une forte hausse des prix du pétrole vers la fin de la période examinée« , conclut l’AIE. Rappelons que les cours du brut ont été divisés par deux à l’été 2014, et se sont stabilisés autour de 55 dollars le baril depuis la conclusion l’automne dernier d’un accord de limitation de la production par l’Opep et onze pays partenaires.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 7 Sep 2016
A l’occasion du sommet du G20 organisé le week end dernier, les deux plus gros émetteurs de gaz à effet de serre (Chine et Etats-Unis) ont ratifié l’Accord de Paris sur le climat. Pour l’ONG WWF, cela confirme que « la…
lun 27 Fév 2017
Autrefois vu comme le symbole d’une révolution industrielle triomphante, le charbon est aujourd’hui devenu persona non grata dans le mix énergétique des pays développés. Pointé du doigt pour son empreinte carbone trop élevée, il a tenté un retour en grâce…
mar 4 Oct 2016
Selon la dernière étude publiée par l'Organisation non gouvernementale CoalSwarm, les projets de centrales à charbon n'ont en effet plus le vent en poupe. Mieux, les chiffres du rapport "A shrinking coal pipeline" semblent même indiquer un net recul de…
dim 25 Sep 2016
Le 27 septembre, la ministre de l’Energie, Ségolène Royal, participe au 15ème Forum International de l’Energie, organisé à Alger. A cette occasion, en plus d’évoquer l’après COP21, la ministre qui occupe le troisième rang protocolaire au sein du gouvernement français…

COMMENTAIRES

  • Il est surtout nécessaire de réduire fortement au plus vite les quelques 5 300 milliards de dollars (10 millions de dollars par minute) dépensés chaque année par les Etats pour soutenir les énergies fossiles et en reporter une part pour les énergies renouvelables, la mobilité électrique, le stockage, l’efficacité énergétique etc.

    Et bien d’autres secteurs ayant plus d’avenir et beaucoup plus efficients.

    Sans parler des autres aspects négatifs ayant également un coût et des conséquences énormes.

    Le pétrole et gaz ne devraient plus avoir à être utilisés sous forme « combustible ».

    D’autres études et non des moindres montrent en effet que d’autres scénarios sont possibles.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *