RTE se prépare aux raccordements des parcs éoliens offshore - L'EnerGeek

RTE se prépare aux raccordements des parcs éoliens offshore

Bien que les premiers parcs éoliens offshore français ne devraient pas être mis en service avant 2021 compte tenu des recours administratifs portés à leur encontre par les associations anti-éoliennes, le gestionnaire du réseau à haute tension prépare malgré tout leur raccordement. RTE a validé cette semaine une commande de câbles sous-marins de transport d’électricité de 300 millions d’euros auprès du fabricant italien Prysmian.

Le fabricant italien de câbles Prysmian a annoncé mardi 21 février avoir décroché un contrat de 300 millions d’euros auprès du gestionnaire du réseau français à haute tension RTE pour des liaisons sous-marines et terrestres destinées à relier trois parcs éoliens offshore. « Ce contrat est le premier attribué par RTE afin d’injecter de l’énergie issue d’implantations éoliennes offshore dans le réseau électrique français« , explique Prysmian dans un communiqué.

Lire aussi : Jean-Bernard Lévy prône la simplification administrative dans l’éolien offshore

Ces trois projets de parcs éoliens offshore menés au large des côtes françaises ont été ralenti par des recours administratifs déposés par des opposants à l’énergie éolienne, et ne pourront pas être mis en service avant 2021. Ces parcs avaient pourtant tous obtenu la validation des préfectures concernées pour pouvoir lancer les chantiers, mais les recours formulés contre ces arrêtés préfectoraux bloquent pour l’instant le processus. Les trois sites concernés sont situés à Courseulles-sur-Mer dans le Calvados et Fécamp en Seine-Maritime pour le consortium EDF Dong, Alstom et WPD, puis au large de Saint-Nazaire pour le consortium EDF Dong, Alstom et Nass & Wind.

Lire aussi : Parc éolien offshore de Dunkerque : le gouvernement table sur une mise en service en 2022

De son côté, le groupe italien, déjà largement impliqué dans le développement de nouveaux réseaux électriques via la réalisation par exemple des interconnexions entre la France et l’Espagne, et l’Italie et la France, compte lui aussi sur l’expansion des filières marines pour poursuivre sa croissance. « Le marché de l’éolien offshore représente pour un développement nouveau et prometteur« , a souligné Massimo Battaini, vice-président exécutif de la division Energy Projects, cité dans le communiqué.

Crédits photo : Ad Meskens

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 31 Déc 2014
En septembre était lancé le projet Némo, premier projet mondial de centrale flottante exploitant l’énergie thermique des mers. Aujourd’hui, c’est un projet terrestre baptisé Nautilus qui est lancé conjointement par DCNS, Entrepose et Akuo Energy : complémentaire au projet Némo, ce…
L’objectif du Pakistan est de mettre fin aux coupures de courant à répétition qui frappent le pays et de réduire le déficit énergétique, qui est de plus de 4000 mégawatts. Pour cela, le gouvernement a opté pour différentes solutions. Tout d’abord, une…
lun 31 Août 2015
Deux gestionnaires de réseau de transport électrique, le français RTE et l'italien Terna, ont annoncé mardi 25 août la signature d’un protocole d’accord. Les deux entreprises souhaitent maintenir et renforcer leur coopération, alors même qu’ils collaborent actuellement à la réalisation d’une ligne…
lun 9 Avr 2018
A l’instar de son voisin marocain, très porté sur le développement des énergies renouvelables (solaire et éolienne en particulier), la Tunisie affiche elle aussi de grandes ambitions en la matière. Selon un communiqué officiel publié jeudi 5 avril 2018, le…

COMMENTAIRES

  • Les énergies vertes c’est comme les banques : « too big to fail » Vous pouvez pressurer le consommateur et le contribuable, faire n’importe quoi et vous payer grassement, l’Europe viendra vous aider quand vous avez accumulé les malfaçons et les gestions opaques.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *