Parc éolien offshore de Dunkerque : le gouvernement table sur une mise en service en 2022 - L'EnerGeek

Parc éolien offshore de Dunkerque : le gouvernement table sur une mise en service en 2022

Eolien-britanique

Le troisième appel d’offres consacré aux éoliennes marines posées et lancé par Ségolène Royal en 2016 avance progressivement. La première phase de dépôt des candidatures des groupes intéressés (seuls ou en consortium) doit s’achever le 28 février prochain, pour une mise en service du futur parc éolien espérée par le gouvernement à l’horizon 2022.

Dans des documents publiés mercredi 15 février dernier, le ministère de l’Energie dévoile ses ambitions concernant le futur parc éolien en mer au large de Dunkerque, dont la procédure d’appel d’offres a débuté. “La date prévisionnelle de mise en service des installations du parc envisagé est 2022″, précise le document listant ses réponses aux questions posées par des candidats intéressés.

Lire aussi : Jean-Bernard Lévy prône la simplification administrative dans l’éolien offshore

Ces derniers ont encore jusqu’au 28 février prochain pour déposer une première candidature. Une fois ce délai passé, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) disposera d’un mois pour sélectionner sur des critères techniques et financiers, les entreprises qui poursuivront avec l’administration une phase dite de dialogue concurrentiel pour définir le cahier des charges définitif du projet. “Ces échanges pourront prendre 4 à 6 mois”, précise le document, avant un dépôt des candidatures définitives. Plusieurs groupes se sont déjà montrés intéressés par ce projet estimé entre 250 et 750 MW de puissance, dont le groupe français EDF et l’allemand WPD Offshore.

Lire aussi : Éolien offshore : EDF prévoit une mise en service de ses premiers parcs français en 2021

Outre Dunkerque, ce troisième appel d’offres prévoit aussi la construction d’un parc au large de l’île d’Oléron (Charente-Maritime), dont la procédure sera lancée prochainement. A ce jour, seuls quatre parcs éoliens offshore sont déjà prévus au large des côtes françaises mais ne devraient pas voir le jour avant 2021. A Courseulles-sur-Mer (Calavdos) et Fécamp (Seine-Maritime) pour le consortium EDF Dong, avec Alstom et WPD, à Yeu-Noirmoutier et au Tréport (Seine-Maritime) pour GDF Suez, associé à EDP Renewables et Neoen Marine, et au large de Saint-Nazaire pour le consortium EDF Dong, Alstom et Nass & Wind.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
A la fin du mois de juin, l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) a publié le World Energy Outlook Special Report sur le thème “Energy and Air Pollution”. Dans ce document, les experts indiquent qu’une hausse de 7 % des investissements…
sam 12 Déc 2015
Afin de réduire son empreinte carbone, Axa a décidé de nouer un partenariat avec EDF. Dans seulement trois ans, l’ensemble de l’électricité consommée en France par l’assureur sera issue des énergies renouvelables. Parallèlement, les deux groupes s’unissent avec le CNRS…
jeu 20 Sep 2018
Si la France ne comptait jusqu’à présent aucune éolienne flottante en activité, elle entend bien combler son retard et compte pour cela sur l'innovation dans l'éolien offshore. Cette technologie émergente progresse rapidement et vient de franchir une nouvelle étape prometteuse…
jeu 8 Fév 2018
Dans le cadre de la transition énergétique, les centrales thermiques sont appelées soit à disparaitre, soit à évoluer vers un modèle plus respectueux de l’environnement, sur le modèle des unités de production des énergies renouvelables. Un défi énergétique et technologique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.