L'Iran sélectionne 29 compagnies pour participer aux appels d'offres pétroliers et gaziers - L'EnerGeek

L’Iran sélectionne 29 compagnies pour participer aux appels d’offres pétroliers et gaziers

pétrole Iran

Désireux de lancer plusieurs appels d’offres pour le développement de champs pétroliers et gaziers, le gouvernement iranien tente d’inciter les grandes compagnies internationales énergétiques à revenir sur son territoire après plusieurs années de sanctions économiques. Il a dévoilé cette semaine une liste de 29 compagnies internationales qualifiées pour y participer.

Près d’un an après l’entrée en vigueur des accords de Vienne entre Téhéran et les grandes puissances mondiales qui limitent le programme nucléaire iranien au seul domaine civil et organisent la levée d’une partie des sanctions économiques internationales, l’Iran est désormais perçu comme un partenaire potentiel. Nombreuses compagnies européennes et asiatiques, qui avaient quitté le pays à cause de la crise nucléaire, sont invitées à reprendre contact avec l’Iran dans le cadre du développement énergétique et économique du pays.

Lire aussi : Nucléaire iranien : les conséquences de l’accord sur le marché des hydrocarbures

Plusieurs groupes pétroliers et gaziers comme le Français Total, le russe Gazprom ou l’anglo-néerlandais Shell ont d’ores et déjà signé des protocoles d’accord pour la prospection ou l’exploitation de nouveaux gisements, et pourraient poursuivre dans cette voie lors des nouveaux appels d’offres à venir. Si aucune date n’a été fixée, le ministère iranien du Pétrole, Bijan Namdar Zanganeh, prévoit de lancer prochainement une série d’appels d’offres pour le développement de champs pétroliers et gaziers dans le pays.

Lire aussi : Total prépare son retour en Iran

Il a dévoilé en ce sens le 3 janvier dernier, une liste de 29 compagnies sélectionnées pour participer à ces appels d’offres. On y retrouve entre autres les groupes Total et Shell, le néerlandais Shlumberger, l’Italien Eni, les russes Gazprom et Lukoil, les chinois CNPC et Sinopec international, les japonais Japan Petroleum Exploration et Mitsubishi, ainsi que les sud-coréens Korea Gas Corporation et Posco Daewoo et le malaisien Petronas.

Crédits photo : Hossein Zohrevand

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
dim 13 Déc 2015
Après le tonnerre d’applaudissements, samedi 12 décembre, venu clore la conférence sur le climat de Paris, que restera-t-il de cette COP21 ? Si les 195 participants ont signé l’accord final proposé par Laurent Fabius, il doit encore être ratifié dans chaque pays. De…
lun 24 Avr 2017
Fragilisées depuis la crise de Crimée en 2014, les relations commerciales entre l'Ukraine et la Russie sont aujourd'hui réduites au stricte minimum. L'Ukraine, dont le réseau électrique est sous tensions constantes, ne peut pas pour l'instant se passer du charbon…
ven 3 Nov 2017
Mises en place ces dernières années par le gouvernement en collaboration avec l’Ademe, les aides financières à la rénovation énergétique ont pour but d’inciter les ménages aux revenus modestes à entreprendre des travaux d’optimisation dans leur logement. Ces aides distribuées…
mar 29 Mai 2018
Annoncé en 2017, le projet de gazoduc East Med n'a pourtant pas beaucoup avancé en l'espace d'un an. Voulu par l'Union Européenne pour s'émanciper de la Russie en ce qui concerne l'approvisionnement en gaz, le gazoduc East Med représente une…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.