Nucléaire iranien : les conséquences de l'accord sur le marché des hydrocarbures - L'EnerGeek

Nucléaire iranien : les conséquences de l’accord sur le marché des hydrocarbures

gaz_iran-creditphoto-dynamosquitoL’Iran a conclu mardi 14 juillet à Vienne un accord historique sur le nucléaire avec les grandes puissances internationales. En effectuant de larges concessions sur son programme nucléaire à usage militaire, Téhéran peut enfin entrevoir une levée des sanctions économiques à son encontre et repartir à la conquête, dès 2016, du marché des hydrocarbures.

 

Un pays fortement doté en ressources d’hydrocarbures

En rendant impossible la production par l’Iran de certains composants d’une bombe nucléaire, l’accord international signé à Vienne vient dans le même temps lever les sanctions occidentales à l’encontre du régime de Téhéran.

Parmi ces sanctions, l’interdiction d’accueillir des compagnies pétrolières européennes ou américaines sur le sol iranien, ou encore l’interdiction d’exporter du pétrole auprès des grandes puissances occidentales.

De ce fait, les réserves iraniennes en hydrocarbures ont été largement sous-exploitées au cours des dernières années. Or, l’Iran détient pas moins d’un cinquième des réserves mondiales (prouvées) de gaz naturel et figure au deuxième rang mondial, derrière l’Arabie Saoudite, en termes de réserves de pétrole.

Il est donc fortement envisageable que l’accord sur le nucléaire iranien ait des répercussions, dans les mois à venir, sur le marché mondial des hydrocarbures. D’après, les premières estimations, les exportations iraniennes de pétrole pourraient atteindre 2,4 millions de barils par jour en 2016, contre 1,6 en 2014.

 

Bras de fer au sein de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole ?

Seulement, le retour du brut iranien sur les marchés internationaux pourrait attiser de nouvelles divisions au sein de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), à l’aune notamment d’une chute des prix du baril dans les derniers mois.

Après avoir oscillé entre 90 et 100 dollars le baril pendant trois ans, les cours ont chuté à 50 dollars en 2014. En cause, une montée en puissance des hydrocarbures non conventionnels, à l’instar des gaz de schiste aux États-Unis. In fine, l’offre excédentaire sur le marché mondial tire les prix vers le bas. Or, avec le retour des hydrocarbures iraniens sur le marché, les excédents de pétrole dans le monde devraient exploser, en dépit d’un plafonnement des besoins.

Le voisin irakien a d’ores et déjà indiqué qu’il souhaitait compenser la baisse des cours du pétrole par un accroissement de sa production et de ses exportations. Quant au royaume wahhabite d’Arabie Saoudite, chef de file de l’OPEP, elle ne souhaite pas voir ses parts de marché se réduire au profit de son “partenaire-adversaire” chiite.

Crédit photo : Dynamosquito

Rédigé par : Fabien Maout

Avatar
jeu 28 Avr 2016
Souvent cité en exemple pour ses objectifs climatiques, le Danemark serait sur le point de revenir sur l’abandon du charbon et du gaz. Ce changement de stratégie s’explique surtout par l’explosion des prix de l’électricité liée au développement des énergies…
mar 29 Oct 2019
Disposant de considérables réserves de gaz, le Sénégal s'impose comme un acteur incontournable dans le secteur pétrolier. De la formation des travailleurs à l'assainissement du climat des affaires, les autorités du pays font tout pour que l'exploitation de ces ressources…
mer 11 Mar 2015
Le groupe industriel français Alstom a annoncé ce lundi 9 mars avoir remporté un nouveau contrat pour la livraison clé en main de nouvelles unités de production au lignite fonctionnant en conditions ultra-supercritiques. Une nouvelle technologie inédite sur le continent…
mar 7 Fév 2017
Le groupe bancaire allemand Deutsche Bank a annoncé mardi 1er février sa volonté de ne plus financer d'activités liées au charbon conformément à son engagement de ne pas soutenir des infrastructures incompatibles avec l'accord de Paris sur le climat. Une…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.