L'Islande, source d'inspiration pour l'exploitation géothermique du bassin rhénan - L'EnerGeek L'Islande, source d'inspiration pour l'exploitation géothermique du bassin rhénan - L'EnerGeek

L’Islande, source d’inspiration pour l’exploitation géothermique du bassin rhénan

geothermie_fonrocheÉtudiée depuis de nombreuses décennies, l’exploitation de la géothermie en Alsace connaît ces dernières années un regain d’intérêt. Les nouveaux objectifs de transition énergétique et les progrès de la technologie font de cette source d’énergie renouvelable une réserve très prometteuse pour le bassin rhénan. A tel point que plusieurs élus locaux et opérateurs de la région se sont rendus récemment en Islande, afin d’observer les méthodes appliquées par le pays, référence en la matière.

L’Alsace et son fort potentiel géothermique

L’inauguration récente par Ségolène Royal, à Rittershoffen, de la première centrale géothermique d’Alsace, est loin d’être anecdotique pour la région et les collectivités du bassin rhénan, qui trouvent à l’heure de la transition énergétique, un intérêt écologique et économique certain au développement de cette technologie. Le fossé rhénan dispose, de par les petites failles tectoniques dont il est constitué, d’eau souterraine à haute température, et représente actuellement la première filière géothermique française reconnue sur le plan européen et international. L’Alsace recouvre en effet un potentiel exceptionnel avec des réservoirs d’eau à près de 100 degrés dès 1000 mètres de profondeur.

Lire aussi : L’Alsace inaugure la centrale de géothermie profonde de Rittershoffen

« On ne peut pas faire de géothermie partout, mais la plaine d’Alsace s’y prête bien, de par la géologie de son sous-sol. Ensuite, le contexte est très positif, nous rencontrons une attente des collectivités en termes de production de chaleur », explique Philippe Soulé, directeur du groupe Fonroche.

L’Alsace semble donc être un terrain privilégié pour le développement de la géothermie à l’échelle industrielle. Des expérimentations y sont d’ailleurs menées depuis plusieurs décennies, et trois nouveaux projets devraient être lancés prochainement pour accompagner la transition énergétique : dans les communes bas-rhinoises de Eckbolsheim (destiné au chauffage du réseau d’Hautepierre), de Vendenheim (pour du chauffage à visée industriel) et de Illkirch (afin de produire chaleur et électricité pour l’Eurométropole de Strasbourg).

Cela étant, de tels projets ne s’improvisent pas et si les industriels français présentent d’ores et déjà un savoir-faire reconnu en la matière (Fonroche, Groupe ÉS, etc.), l’Islande, pays considéré comme la référence dans ce domaine, est une source d’inspiration légitime pour les responsables alsaciens.

L’Islande, une source d’inspiration technologique et sociétale

De nombreux élus, universitaires et opérateurs locaux se sont rendus au pays des volcans afin de mieux apprécier les technologies utilisées par Reykjavik depuis le milieu du 20ème siècle. « Certes, la géothermie est à fleur de peau là-bas, mais ça nous a permis de voir la technologie utilisée ou de parler des questions de sismicité par exemple », explique dans le journal 20 minutes Alain Jund, en charge des questions énergétiques à la mairie de Strasbourg.

L’exploitation de la géothermie profonde, notamment, pose de nombreux défis technologiques et la région s’est toujours voulue à la pointe de la recherche et de l’innovation. C’est par exemple en Alsace, à Soultz-Sous-Forêts plus exactement, qu’eut lieu dans les années 1990 la première expérimentation en matière de géothermie, sous l’impulsion du groupe ÉS, filiale de l’énergéticien EDF. En Alsace toujours, à Rittershoffen, que la première centrale au monde de géothermie profonde à vocation industrielle a été inaugurée. De nouveaux programmes d’échanges universitaires devraient voir le jour entre Reykjaik et l’Insa de Strasbourg (école publique d’ingénieurs) afin de maintenir cette dynamique.

Lire aussi : Géothermie profonde : l’Université de Strasbourg se lance dans la recherche industrielle

Mais la technique ne fait pas tout et les opérateurs et élus français souhaitaient également, lors de cette visite, s’inspirer du modèle islandais en matière d’acceptabilité citoyenne. « Trois permis d’exploitation ont été accordés, mais tout se fera à condition de prendre en compte les inquiétudes légitimes et expliquer la géothermie, pour éviter la confusion et les fantasmes », précise le président de l’Eurométropole Robert Hermann. Heureux hasard, Strasbourg recevait justement fin septembre un congrès européen de géothermie destiné à informer et sensibiliser le grand public sur les enjeux et atouts de cette énergie pour la région alsacienne.

Crédits photo : Fonroche

Rédigé par : lucas-goal

sam 30 Juil 2016
Jusqu’au 28 août, le Muséum d'histoire naturelle de Toulouse organise l'exposition « O ! l’expo. Une nouvelle histoire d’eau » à Mulhouse. Avec cette manifestation, l’objectif est notamment de rappeler que « l’eau, source d’énergie renouvelable, participe pleinement à la transition énergétique .…
jeu 8 Sep 2016
Ségolène Royal, ministre de l'Environnement et de l'Énergie, a annoncé le 24 août dernier le lancement d'un appel d'offres portant sur le développement de nouveaux moyens de production solaire au sol à hauteur de 3.000 MW. Ce dispositif s'inscrit dans…
jeu 14 Nov 2013
Solairedirect et la commune de Caillavet, dans le Gers, ont inauguré un nouveau parc solaire d'une puissance de 1,5 MW. Construit et exploité par Solairedirect dans le cadre d'un bail de 40 ans, le parc solaire de Caillavet est composé…
dim 16 Avr 2017
Le 9 et le 10 avril 2017, les ministres de l’énergie du G7 se sont retrouvés à Rome. Dans un communiqué de presse, Ségolène Royal explique que ce fut l’occasion de « réaffirmer le rôle clef de la transition énergétique ». Car…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *