L'Alsace inaugure la centrale de géothermie profonde de Rittershoffen - L'EnerGeek

L’Alsace inaugure la centrale de géothermie profonde de Rittershoffen

installation_geothermie_photo_High ContrastC’est en compagnie de Jean-Bernard Lévy, président-directeur général d’EDF, de Bruno Léchevin, président de l’Ademe, et de Philippe Richert, président du Conseil régional d’Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, que Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, a inauguré mardi 7 juin la centrale de géothermie profonde de Rittershoffen. Une installation qui participe à l’atteinte des objectifs fixés par l’Alliance mondiale pour la géothermie : “multiplier par cinq la capacité installée de production d’énergie géothermique et d’au moins doubler le chauffage géothermique d’ici 2030, par rapport à leur niveau de 2014.”.

“Première mondiale”

Implantée au nord de Strasbourg (Bas-Rhin), cette centrale de 24 MW permet d’extraire de l’eau à très haute température à plus de 2,5 kilomètres de profondeur afin d’alimenter en vapeur une usine d’amidon du groupe agroalimentaire Roquette, spécialiste de la valorisation de matière première végétale.

Concrètement, grâce à un système de pompage, l’eau est remontée à la surface où elle passe ensuite par un échangeur de chaleur. L’énergie thermique issue de cette eau à 165 °C permet de chauffer un circuit d’eau secondaire, acheminée jusqu’à l’usine de Roquette via une canalisation souterraine de 15 kilomètres. Une fois la chaleur qu’elle véhicule valorisée, l’eau est réinjectée dans le sous-sol terrestre.

Ce projet a été réalisé par le groupe Électricité de Strasbourg, filiale de l’électricien tricolore EDF. Il a nécessité un investissement de près de 55 millions d’euros. “La France peut être fière de cette première mondiale. C’est un formidable espoir pour beaucoup de pays qui n’ont pas accès à l’électricité”, s’est notamment félicitée la ministre de l’Énergie.

Une boucle pour produire une chaleur en continue et au rendement permanent

Couplée à une chaudière à bois, la centrale géothermique de Rittershoffen permet de porter à 75 % la part des énergies renouvelables dans la consommation du site industriel de Roquette. La géothermie se substitue à une partie de l’alimentation en gaz du site, entraînant ainsi une économie de 39.000 tonnes de dioxyde de carbone sur une année.

Le fonctionnement de la centrale permet donc d’obtenir une énergie à prix fixe et de manière constante et permanente. “Ce sont deux facteurs de stabilité essentiels pour la compétitivité d’un site gros consommateur” comme celui du groupe Roquette, a expliqué aux journalistes de l’AFP le directeur régional de la Caisse des dépôts, Patrick François.

“Le projet de Rittershoffen nous amène à renforcer notre engagement dans toutes les énergies renouvelables. La technologie est maintenant maîtrisée et respectueuse de l’environnement, sans fracturation du sous-sol”, a pour sa part déclaré Jean-Bernard Lévy. Le groupe EDF a d’ailleurs d’autres projets géothermiques en Alsace : il s’agira de répliquer le projet de Rittershoffen à Wissembourg et Illkirch (Bas-Rhin).

Crédit photo : High Contrast

Rédigé par : lucas-goal

Avatar
jeu 14 Juil 2016
La coentreprise Areva H2Gen a inauguré officiellement le vendredi 24 juin dernier une usine de fabrication d’électrolyseurs PEM aux Ulis dans l'Essonne. Cette unité de production unique en France marque une étape déterminante dans le développement technologique de la mobilité…
ven 20 Oct 2017
Dans un courrier dévoilé mercredi 18 octobre par l’association de collectivités Amorce, Nicolas Hulot fait état aux préfets de la volonté nouvelle du gouvernement de resserrer les fonds alloués aux territoires à énergie positive et de revenir le cas échéant…
lun 25 Fév 2013
L’entreprise basée à Perpignan a présenté son nouveau système de télé-contrôle  des petites installations photovoltaïques lors du salon des énergies renouvelables de Lyon qui s’est achevé vendredi 22 février. Disposant d’un brevet pour l’Union Européenne, l’entreprise Tecsol a mis au…
mer 22 Jan 2014
La Cour des Comptes a publié, jeudi 16 janvier, un rapport de 600 pages portant sur l'évaluation de la politique française de lutte contre le changement climatique, mise en place en 2008 à travers l'adoption du paquet "énergie-climat" de l'Union…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.