Le biopropane fait son entrée sur le marché français

Le biopropane fait son entrée sur le marché français

biopropane-primagaz

Un petit nouveau a fait son entrée cette semaine sur le marché français de l’énergie : le biopropane. Primagaz, l’entreprise filiale du groupe SHV Energy, a officiellement lancé la commercialisation de ce propane nouvelle génération, issu d’une filière de développement durable. Désormais, les clients français de Primagaz pourront intégrer le biopropane dans leur consommation quotidienne d’énergie.

Le biopropane, un propane 100% bio

Lundi 26 mars 2018, le port de Brest a réceptionné la première cargaison de biopropane, transporté depuis les Pays-Bas à bord d’un tanker de Primagaz, la filiale française du groupe SHV Energy. Cette première livraison contenait 200 tonnes de biopropane ; une commande passée par un industriel français qui sert donc d’inauguration à l’utilisation du biopropane dans l’hexagone.

Concrètement, le biopropane est un propane nouvelle génération, dont la molécule de base est la même que celle du propane standard ; la seule différence est qu’elle est obtenue grâce à la biomasse. Le biopropane est fabriqué grâce au recyclage de déchets issus de la production industrielle (pour l’essentiel, il s’agit de graisses récupérées en Europe et en Asie) ; ils représentent 68% de la formule. On ajoute ensuite des huiles végétales (des huiles de palme et de colza qui représentent 32% de la formule) lors d’une étape d’hydrotraitement pour aboutir à un propane entièrement biosourcé, qui s’inscrit dans une logique de développement durable. A l’arrivée, le biopropane offre des caractéristiques identiques à celle du propane standard, et il peut être utilisé dans les mêmes conditions.

C’est le groupe finlandais Neste qui a mis au point cette formule. L’entreprise possède une raffinerie à Rotterdam qui a été spécialement aménagée pour produire du carburant biosourcé. La raffinerie peut produire 40 000 tonnes de biocarburant par an. Pour bâtir cette bioraffinerie, SHV Energy a dû investir pas moins de 60 millions d’euros. Mais l’investissement est porteur d’avenir. En échange de sa participation financière à la construction de la raffinerie, Neste a consenti à SHV Energy l’exclusivité sur la production du biopropane. Une source d’approvisionnement idéale pour se lancer à l’assaut du marché européen.

Bientôt du biopropane pour les particuliers

Tout comme les fournisseurs d’électricité tentent d’injecter de plus en plus d’électricité verte dans leur réseau pour être en phase avec les objectifs environnementaux et avec les préoccupations des consommateurs, Primagaz souhaite adopter un nouveau mix énergétique interne. La logique de l’énergéticien consiste à offrir une plus grande part d’énergie biosourcée dans son offre, et le déploiement du biopropane en France entre dans cette stratégie commerciale.

La première livraison, arrivée en France lundi 26 mars, a valeur de test grandeur nature pour mieux cerner le marché industriel français. Dans le courant de l’année, Primagaz devrait livrer deux autres industriels français intéressés par le biopropane. Mais la prochaine étape décisive est bien de séduire les consommateurs. D’ici l’été 2018, Primagaz compte commercialiser la première bouteille de biopropane pour les clients particuliers. Dans la même logique, selon Matthieu Lassalle, le directeur commercial de Primagaz, la moitié des projets de construction de maisons individuelles alimentées par l’entreprise pourront être fournies en biopropane dès 2019. A cette date, Primagaz sera également prête à fournir l’ensemble du territoire français.

Autre ambition : Primagaz compte injecter une part de biopropane dans le GPL qu’il distribue en France. Le marché est encore limité, mais 1 700 stations sont déjà équipées pour fournir du GPL. Dans un premier temps, Primagaz prévoit d’inclure 8% de biopropane dans son GPL. Le développement du côté des biocarburants représente une réelle opportunité : le biopropane détient un facteur d’émission de 60g/kWh, ce qui est 78% inférieur à celui du biopropane standard. Par ailleurs, il n’émet aucune particule fine, ce qui lui permet de respecter les normes environnementales.

En ce qui concerne le prix, pour l’instant Primagaz n’a communiqué sur aucun tarif, pour les bouteilles de biopropane ou pour le GPL enrichi en biopropane. Mais plus que la question du prix, c’est la fiabilité de la production qui pourrait faire défaut au biopropane pour s’imposer sur le marché français. Primagaz prévoit en effet d’importer 10 000 tonnes par an de biopropane en France, entre 2018 et 2020. Or, c’est un volume insuffisant pour couvrir les ventes actuelles de Primagaz en France, qui s’élèvent à 350 000 tonnes par année.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 13 Fév 2017
La Commission européenne a donné son feu vert vendredi 10 février à trois nouveaux mécanismes de soutien aux énergies renouvelables mis en place en France dans le cadre de la transition énergétique. Ces mécanismes, appliqués aux filières solaire et hydroélectrique,…
ven 2 Sep 2016
Dans une étude réalisée par l’IPSOS, 90 % des Chinois interrogés s’inquiètent de la pollution de l’air dans leur pays. Alors que la puissance asiatique est déjà le premier marché mondial pour les énergies renouvelables, le sondage montre également que…
mar 10 Mar 2015
Faire le tour du monde en avion à la seule énergie que procurent les rayons du soleil (et donc sans utiliser une seule goutte de carburant). C'est le défi écologique un peu fou que se sont lancés André Borschberg et…
mer 24 Mai 2017
Dans un communiqué officiel publié dimanche 21 mai 2017 par le Conseil d’Etat, le gouvernement chinois a dévoilé de nouvelles mesures destinées à redynamiser la production d’hydrocarbures à l’échelle nationale. Confrontée à une baisse de la production en contradiction avec…

COMMENTAIRES

  • 32% d’huile de palme et de colza… Huile de palme non cause de déforestations catastrophiques pour l’environnement ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *