Biomasse : Ségolène Royal dévoile les lauréats du premier appel d'offres Biomasse : Ségolène Royal dévoile les lauréats du premier appel d'offres

Biomasse : Ségolène Royal dévoile les lauréats du premier appel d’offres

La ministre de l’Environnement et de l’Energie a dévoilé mardi 21 mars 2017, les lauréats de la première période de candidature pour l’appel d’offres biomasse/biogaz lancé en 2016. 14 projets ont été sélectionnés dans ce cadre et devront contribuer au développement de sources de production d’électricité et de chaleur à partir de biomasse. Une deuxième période candidature a également été ouverte.

Destiné à donner de la lisibilité aux industriels du secteur, cet appel d’offres lancé en février 2016 pour les filières bois énergie et méthanisation porte sur une période de trois ans, et concerne les nouvelles installations bois énergie de plus de 300 kW (50 MW par an) et les nouvelles installations de méthanisation de plus de 500 kW (10 MW par an) pour une capacité totale de 180 MW.

Lire aussi : La biomasse, une source d’énergie prometteuse

Alors que près de 41 dossiers de candidature avaient été reçus pour la première tranche, seuls 14 lauréats ont été désignés cette semaine par la ministre (12 projets pour le lot bois-énergie et 2 projets de méthanisation), après évaluation de la CRE concernant le prix de vente de l’électricité proposée, la qualité de l’approvisionnement, l’efficacité énergétique ou encore la performance en matière de qualité de l’air. Ils représentent au total un investissement de plus de 170 millions d’euros et 480 mégawattheures par an de production d’électricité renouvelable.

Lire aussi : Akuo Energy lance le chantier d’une centrale Cogénération Biomasse dans le Doubs

Ces installations, dont le tarif moyen pondéré par leur puissance est de 122 euros le mégawattheure, bénéficieront d’un complément de rémunération garanti pendant 20 ans. A noter qu’un des projets lauréats, proposé par Grenoble Alpes Métropole, sera le premier à bénéficier du bonus mis en place par Ségolène Royal en 2016 pour soutenir les structures ayant recours au financement participatif. Rappelons enfin que la deuxième période de candidature est d’ores et ouverte et se terminera le 1er septembre prochain.

Crédits photo : Veolia

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 19 Sep 2014
La ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie aurait laissé entendre le mardi 16 septembre dernier qu'un consensus était désormais envisageable entre son ministère et le ministère de la Défense concernant une cohabitation entre l'armée et l'industrie éolienne.…
lun 13 Fév 2017
La Commission européenne a donné son feu vert vendredi 10 février à trois nouveaux mécanismes de soutien aux énergies renouvelables mis en place en France dans le cadre de la transition énergétique. Ces mécanismes, appliqués aux filières solaire et hydroélectrique,…
ven 7 Août 2015
Les volontés locales et industrielles pour développer les énergies marines ne suffisent pas pour concrétiser les projets. L’Etat reste le seul décideur en matière de domaine maritime public et c'est donc avec une certaine logique, que le gouvernement et l'Ademe…
mer 9 Nov 2016
Entre la remise en cause de l'accord de Paris sur le climat, la levée des restrictions à la production d'énergies fossiles et la suppression de l'Agence américaine de protection de l'environnement, la politique climatique et environnementale de Donald Trump est…

COMMENTAIRES

  • Faut-il rappeler une fois de plus que la biomasse émet du CO², comme tous les combustiles contenant du carbone. On peut produire de l’énergie, et cela peut être rentable, mais pas affirmer que cette énergie est « verte »

    Répondre
  • Et Eco-Tree :

    http://ecotree.fr/

    Pour mémoire également faire du biogaz comme on le fait à partir de sous-produits agricoles, de fermes etc est neutre voire négatif en émissions (moins 4% d’émissions aux Etats-Unis pour le seul traitement de l’élevage bovin, c’est énorme en terme d’émissions évitées par rapport à l’épendage direct). Idem pour la biomasse dont les tailles de haies etc pour laquelle la pyrolyse voire gazéification couplée à des réseaux de chaleur (en particulier basse température) ont parmi les meilleurs bilans au plan local, plus encore comme on le comprend aisément en remplacement du gaz et fioul.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *