Energies renouvelables: l'UE confirme ses objectifs pour 2020 Energies renouvelables: l'UE confirme ses objectifs pour 2020

Energies renouvelables: l’UE confirme ses objectifs pour 2020

renouvelables

Si la France accuse toujours un léger retard sur ses objectifs 2020 en matière d’énergies renouvelables, l’Union européenne semble quant à elle plus à même de les respecter. Selon un rapport de la Commission européenne publié le 1er février dernier, la part croissante des renouvelables dans la production d’énergie de l’UE devrait en effet lui permettre de remplir ses objectifs dans les prochaines années.

Avec une part d’énergie verte dans son mix énergétique évaluée à 16,4% en 2015, l’Union européenne est sur la bonne voie pour atteindre l’objectif de 20% fixé à l’horizon 2020, souligne un récent rapport de la Commission. « Les faits parlent d’eux-mêmes: les énergies renouvelables sont déjà rentables et parfois moins chères que les combustibles fossiles. Elles emploient plus d’un million de personnes en Europe, attirent plus d’investissements que de nombreux autres secteurs et ont réduit notre facture d’importations de combustibles fossiles de 16 milliards d’euros », explique à l’AFP le commissaire européen à l’Action pour le Climat Miguel Arias Canete.

Lire aussi : La Banque européenne d’investissement réaffirme son engagement pour le climat

Cette tendance positive se retrouve principalement dans le secteur de la production d’électricité dans lequel la part des renouvelables flirte aujourd’hui avec la barre des 30%, en grande partie grâce à la production hydraulique et au développement constant des énergie éoliennes et solaire. A contrario, le secteur du transport reste à la traîne avec une croissance d’à peine 0,5 point de pourcentage en moyenne par an des sources d’énergies renouvelables entre 2005 et 2014, et un ralentissement marqué après 2011.

Lire aussi : Politique énergétique européenne: un « paquet hiver » jugé trop frileux

La Commission européenne souligne donc en parallèle la nécessité de maintenir les efforts et cela quelque soit les Etats, afin que chacun atteigne ses objectifs nationaux. A l’heure actuelle, plusieurs pays membres comme l’Irlande, le Luxembourg, les Pays-Bas et le Royaume-Uni accusent un retard inquiétant laissant planer le doute sur leur capacité à respecter leurs engagements. Le rapport estime que ces pays pourraient devoir « renforcer leur coopération avec d’autres Etats membres » pour s’y tenir.

Crédits photo : Parlement européen

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 28 Mai 2014
Le bureau d’étude économique Enerdata a publié mardi une étude montrant que les énergies renouvelables occupent la première place du mix électrique européen en 2013 avec 28% de la production. Cela étant, cette évolution n'est pas sans soulever certains problèmes ...…
mer 20 Jan 2016
Le secteur canadien de l'énergie éolienne se porte à merveille. C'est du moins ce qu'affirme l'Association canadienne de l'énergie éolienne (CanWEA) qui a annoncé, au début du mois de janvier, que 2015 avait été une année des plus dynamiques pour…
mar 30 Juil 2013
Le fabricant chinois TCL Communication va tester la nouvelle technologie de l'industriel français Sunpartner, un film photovoltaïque qui permet de recharger, via l'énergie solaire, les téléphones mobiles. La technologie Wysips Crystal se présente sous la forme d'un film photovoltaïque transparent…
jeu 12 Nov 2015
De faible capacité mais présentant toutes les qualités d'une énergie propre, stable, durable et locale, la petite hydroélectricité offre de nouvelles pistes de développement pour la filière hydraulique française et s'impose progressivement comme une énergie de complément prometteuse. Après l'inauguration…

COMMENTAIRES

  • A souligner que l’UE détient 30 % des brevets mondiaux dans les renouvelables, ces objectifs stimuleront donc les investissements futurs et participeront à une légère hausse de l’économie.

    Par ailleurs elle importe 53 % de toute l’énergie qu’elle consomme pour un montant de plus d’un milliard d’euros par jour. Les renouvelables pourraient faire économiser 58 milliards d’euros par an – le PIB du Luxembourg – en 2030 selon la CE.

    De même une meilleure efficacité réduit les demandes d’importations. Un objectif 2030 de 30% d’efficacité en plus permettrait d’économiser 70 milliards d’euros par an sur la facture des importations de combustible fossile et réduirait les importations de gaz de 12 %.

    Cà vaut la peine de progresser plus vite.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *