Energies renouvelables: l'UE confirme ses objectifs pour 2020 - L'EnerGeek

Energies renouvelables: l’UE confirme ses objectifs pour 2020

efficacite-energetique-union-europeenne-renouvelables

Si la France accuse toujours un léger retard sur ses objectifs 2020 en matière d’énergies renouvelables, l’Union européenne semble quant à elle plus à même de les respecter. Selon un rapport de la Commission européenne publié le 1er février dernier, la part croissante des renouvelables dans la production d’énergie de l’UE devrait en effet lui permettre de remplir ses objectifs dans les prochaines années.

Avec une part d’énergie verte dans son mix énergétique évaluée à 16,4% en 2015, l’Union européenne est sur la bonne voie pour atteindre l’objectif de 20% fixé à l’horizon 2020, souligne un récent rapport de la Commission. “Les faits parlent d’eux-mêmes: les énergies renouvelables sont déjà rentables et parfois moins chères que les combustibles fossiles. Elles emploient plus d’un million de personnes en Europe, attirent plus d’investissements que de nombreux autres secteurs et ont réduit notre facture d’importations de combustibles fossiles de 16 milliards d’euros”, explique à l’AFP le commissaire européen à l’Action pour le Climat Miguel Arias Canete.

Lire aussi : La Banque européenne d’investissement réaffirme son engagement pour le climat

Cette tendance positive se retrouve principalement dans le secteur de la production d’électricité dans lequel la part des renouvelables flirte aujourd’hui avec la barre des 30%, en grande partie grâce à la production hydraulique et au développement constant des énergie éoliennes et solaire. A contrario, le secteur du transport reste à la traîne avec une croissance d’à peine 0,5 point de pourcentage en moyenne par an des sources d’énergies renouvelables entre 2005 et 2014, et un ralentissement marqué après 2011.

Lire aussi : Politique énergétique européenne: un « paquet hiver » jugé trop frileux

La Commission européenne souligne donc en parallèle la nécessité de maintenir les efforts et cela quelque soit les Etats, afin que chacun atteigne ses objectifs nationaux. A l’heure actuelle, plusieurs pays membres comme l’Irlande, le Luxembourg, les Pays-Bas et le Royaume-Uni accusent un retard inquiétant laissant planer le doute sur leur capacité à respecter leurs engagements. Le rapport estime que ces pays pourraient devoir “renforcer leur coopération avec d’autres Etats membres” pour s’y tenir.

Crédits photo : Parlement européen

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 19 Juin 2017
Troisième acteur français de l'électricité et du gaz (derrière EDF et Engie), Direct Energie souhaite consolider toujours plus ses positions sur le marché de l’énergie, renforcer ses perspectives de croissance et diversifier ses sources de production. Xavier Caitucoli, le PDG…
jeu 18 Juin 2015
A Tahiti, le soleil et la mer devraient bientôt permettre de produire de l’énergie ! En effet, l’entreprise française DCNS a présenté la semaine dernière au Cluster maritime de Polynésie Française son projet de centrale à énergie thermique marine (ETM), qui…
jeu 18 Mai 2017
Vous habitez dans une zone coupée du monde ou non interconnectée au réseau électrique national et vous souhaiteriez éviter le recours systématique à votre groupe électrogène énergivore et polluant ? La start-up française Powidian propose désormais une solution clé en…
mar 18 Avr 2017
En visite à Paris mardi 11 avril 2017, le Président guinéen Alpha Condé, également Président en exercice de l’Union africaine et Président du Conseil d’administration de l’Initiative africaine pour les énergies renouvelables, a signé en présence du Président Français François…

COMMENTAIRES

  • A souligner que l’UE détient 30 % des brevets mondiaux dans les renouvelables, ces objectifs stimuleront donc les investissements futurs et participeront à une légère hausse de l’économie.

    Par ailleurs elle importe 53 % de toute l’énergie qu’elle consomme pour un montant de plus d’un milliard d’euros par jour. Les renouvelables pourraient faire économiser 58 milliards d’euros par an – le PIB du Luxembourg – en 2030 selon la CE.

    De même une meilleure efficacité réduit les demandes d’importations. Un objectif 2030 de 30% d’efficacité en plus permettrait d’économiser 70 milliards d’euros par an sur la facture des importations de combustible fossile et réduirait les importations de gaz de 12 %.

    Cà vaut la peine de progresser plus vite.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.